La police, actrice impensée du changement urbain

Ilaria, mémoire de master 1 dirigé par Eleonora Elguezabal, Université Paris-Dauphine, 2021

« Je me souviens qu’à l’automne dernier, des ami·es ont commencé à vivre de manière violente l’intensification des descentes de police sur la gare, voyant les marchandises confisquées, des gens se faire contrôler et parfois embarquer. On ressentait la présence policière comme une occupation, un verrouillage de l’espace du parvis de la gare, pour une heure ou plus, parfois plusieurs fois par jour. »1

Mon choix de travailler sur les changements urbains à Saint-Denis dans le cadre de la préparation des Jeux Olympiques 2024 a été largement déterminé par la répression des vendeur.se.s informel.le.s du parvis de la gare à l’automne 2017, dont j’ai pu être témoin alors que j’étais étudiante en licence à Paris 8. Il s’agira ici de démontrer le rôle, souvent oublié en sociologie urbaine, de l’institution policière dans les processus de changements urbains : celle-ci, en effet, peut être analysée comme un acteur urbain à part entière capable de faire peser ses revendications et de collaborer avec d’autres organisations au développement de la ville. 

Les résultats que je vais exposer sont tirés de mon mémoire de M1 La structuration urbaine et sociale de la ville par les intérêts capitalistes. Transformations urbaines et éviction des populations « indésirables » à Saint-Denis en perspective des Jeux Olympiques 2024. Un stage d’observation de deux semaines effectué au printemps 2020 dans un commissariat de la petite couronne parisienne fournit l’essentiel du matériel utilisé pour la rédaction de ce texte.

Une répression contre les populations “indésirables” afin de protéger la valeur du territoire

Il faut alors, en un premier temps, établir sur qui s’exerce l’action policière : elle prend pour cible ce que Fabien Jobard définit comme une clientèle policière2, c’est-à-dire une série d’individus qui par des caractéristiques propres (notamment le genre, la race et les attributs de classe) sont les sujets principaux de l’action des forces de l’ordre. Des multiples clientèles policières existent (c’est le cas, par exemple, des SDF3 ou des prostituées4), et parmi elles celle qui m’intéresse ici se constitue des jeunes hommes racisés aux conditions de vie modestes.

Le langage quotidien – mais aussi les pratiques – des policier•e•s confirment cette construction de la population racisée et précaire de banlieue en tant que population indésirable – et, aussi, dangereuse. Par exemple, lorsque j’observe une agente du service d’enquête s’occuper d’un flagrant délit sur une enquête pour recel de vol, elle me confie son ressenti sur la population maghrébine : « je n’ai rien contre eux mais quand il y a du recel [de vol] c’est toujours eux »5. En se protégeant des accusations de racisme, par son affirmation « je n’ai rien contre eux », l’agente montre que sa formation6 et sa socialisation7 au sein de la police lui a appris à criminaliser les immigrés arabes de première et deuxième génération.

Un autre élément saisissant dans la désignation d’une population comme indésirable par la police est celui de déshumanisation des habitant•e•s des quartiers populaires accueillant un fort taux de descendant•e•s de l’immigration ou d’immigré•e•s de première génération. Ce procédé a été aussi démontré par des sociologues des forces de l’ordre – comme Didier Fassin8 ou Mathieu Rigouste[10]9. Les individus racisés sont appelés « animaux », comme dans le cas de la préparation d’une audition par une agente, à laquelle j’ai assisté. Pendant qu’elle écrivait les questions à soumettre au gardé à vue, la policière exclame :

« Il a quoi dans sa fouille cet animal ? » […] Il est forcément connu [des services de police] cet animal, c’est une petite merde »[11].

Une des raisons qui font de cette population une clientèle policière est qu’elle met en danger l’image sociale des espaces urbains, et donc l’attractivité du territoire. Elle rend visible la misère sociale et donc le territoire devient moins attractif pour les individus des classes moyennes et supérieures :

« (Bien) vendre la ville implique aussi de la « nettoyer » de ses populations et de ses pratiques indésirables. La promotion de la safe city, sûre, propre, durable, deviendrait un impératif des politiques urbaines pour attirer les groupes sociaux les mieux dotés. »10

Les forces de l’ordre se font alors les défenseures de la valeur marchande des espaces de la ville. Si cette population faisait déjà preuve d’une répression policière, celle-ci s’intensifie pendant les processus de gentrification ou de rénovation urbaine : c’est-à-dire alors que le terrain acquiert une nouvelle valeur, qui est désormais à défendre. Les vendeur.se.s informel.le.s du parvis de la gare de Saint-Denis, alors qu’ils et elles pouvaient être sujets à des contrôles policiers sporadiques, deviennent les sujets d’une répression forte et quotidienne qu’en 2017 : au moment où le projet de rénovation de la gare est officialisé. 

La police protège les espaces de la ville, mais aussi les fonctions que les pouvoirs publics lui ont attribuées : elle se livre donc à la répression de toute réappropriation spatiale, comme la permanence de jeunes hommes dans les halls d’immeuble qui a été construite comme problème public11, et notamment en tant que délit punissable de 2 mois d’emprisonnement et d’une amende de 3 750 euros12 ; ou comme la vente à la sauvette qui a été, elle aussi, construite en tant que délit punissable de six mois d’emprisonnement et de 3 750 € d’amende13. Ces règlements visent en particulier les personnes racisées des quartiers populaires, et notamment des hommes14.

Il est alors possible d’émettre l’hypothèse que le renforcement des organes répressifs municipaux à Saint-Denis, voulu par le nouveau maire PS, a aussi comme but de faciliter le renouvellement de population qui sera causé par les transformations de l’urbanisme entrepris à l’horizon de 2024. En effet, la campagne électorale de Mathieu Hanotin pour les élections municipales de 2020 met particulièrement en avant les aspects de sécurité. Selon un de ses tracts de campagne :

« Nous proposons un changement de philosophie dans la politique de sécurité de la ville. Nous pensons que la responsabilité du Maire et de son équipe est de s’engager sur tout ce qui empoisonne le quotidien des habitant·e·s. […] La réappropriation et l’apaisement des espaces publics, la lutte contre le « tourisme » de la drogue et la sécurisation des écoles et des parcs constitueront nos principaux objectifs. »15

A l’échelle des deux prochaines années, la nouvelle municipalité vise à renforcer l’appareil sécuritaire dionysien notamment en augmentant les effectifs de la police municipale : actuellement composée de 40 agent•e•s, 120 nouvelles embauches sont prévues – tout comme la création d’une brigade de nuit. De plus, la police municipale dionysienne qui jusqu’à aujourd’hui n’a pas été armée, le sera bientôt (la Mairie n’a pas encore donné de date précise, elle est aujourd’hui au stade du marché public). Aussi, 150 nouvelles caméras seront installées sur la commune, et un centre de visionnage sera créé afin de pouvoir visualiser les images en direct. Enfin, les réappropriations de l’espace public sont criminalisées : des interdictions concernant la consommation d’alcool et de la chicha sur la voie publique ont été émises. Mathieu Hanotin affirme également lors de sa campagne vouloir mener une « lutte contre la vente à la sauvette »16. Ces mesures témoignent de la volonté de réprimer les appropriations spatiales par les membres jeunes et racisés des classes populaires, plus enclins à ces pratiques. Le fonctionnement de la police nationale, qui contrôle et évince les populations considérées comme indésirables17, correspond donc en ce cas à la volonté du maire de Saint-Denis – qui, selon ses annonces, se concrétisera par l’action de la police municipale, bientôt renforcée pour ce qui concerne ses effectifs et leurs équipements.

Un rôle peu visible mais institutionnalisé

Le rôle de la police dans la structuration de la ville a aussi un côté institutionnel, par l’existence de services comme celui du délégué cohésion police-population (DCPOP) au sein des commissariats. Celui-ci est composé par des anciens fonctionnaires de police aujourd’hui à la retraite, qui font partie de la réserve civile. Les missions du DCPOP sont multiples. 

(1) Participer en tant que conseillers et experts dans les réunions municipales et des EPT, notamment dans le cadre du Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD18 ) : une instance de dialogue entre municipalité et commissariat. Au sein du CLSPD, présent dans toutes les municipalités de plus de 10 000 habitant•e•s, les Mairies peuvent demander des données quantitatives et qualitatives aux forces de l’ordre afin de penser des plans pour l’amélioration de l’image de la ville. Également, les policier•e•s peuvent exprimer dans ce cadre leurs revendications sur le mobilier urbain, qui les limite parfois dans leurs actions. (2) Le DCPOP s’occupe aussi des relations avec les bailleurs sociaux, afin d’assurer un contrôle accru dans certains quartiers quand ceux-ci les demandent. (3) Enfin, le DCPOP s’occupe des relations avec les commerçants de la ville. Il peut assumer un rôle de conseiller sécurité et de système d’information, autour du programme CESPPLUSSUR19 : mis en place par la Police nationale, il sert à partager des conseils et des informations relevant du domaine de la sécurité avec les commerçant.e.s. L’existence du DCPOP traduit l’influence de l’expertise et des revendications de la police sur l’urbanisme de la ville. Par exemple, les technologies du maintien de l’ordre demandent aussi des projets d’aménagement, comme dans le cas de l’installation de nouvelles caméras de surveillance : et là réside le second exemple de la façon dont le maintien de l’ordre structure la ville. Selon une formule très parlante d’Élodie Lemaire dans l’introduction de son ouvrage L’œil sécuritaire :

« Depuis une dizaine d’années, j’ai eu l’impression que ce regard technologique envahissait les paysages urbains. Progressivement, des yeux se sont greffés sur les murs des bâtiments et ont colonisé les hauteurs des lampadaires. »20

Il est alors possible d’affirmer que la police joue un rôle non-négligeable dans les modifications urbaines, en coopération avec les municipalités – comme le montre le cas de la préparation des Jeux Olympiques. Notamment, l’appel à projet Flash  conçu pour cette échéance vise à développer des technologies de gestion des foules et de surveillance (comme des caméras qui permettent d’avoir une image synthétique des données visuelles visibles et thermiques). Un développement législatif accompagne ce premier mouvement, car la loi Sécurité Globale (LSG), adoptée le 15 avril 2021, a été aussi pensée dans la perspective des Jeux Olympiques – notamment pour ce qui concerne les enjeux liés à la sécurité privée. Sur le site viepublique.fr, géré par la direction de l’information légale et administrative (c’est-à-dire une administration placée sous le Premier Ministre) ce lien s’exprime selon la formule suivante :

« Le secteur de la sécurité privée “en pleine croissance” est “un maillon essentiel du continuum de sécurité” selon les auteurs du texte. Dans le cadre notamment de la préparation de grands événements comme la Coupe du monde de rugby en 2023 et les Jeux olympiques de 2024, plusieurs mesures intéressent les sociétés de sécurité privée et renforcent leur contrôle. »21

Lien qui ne peine pas à mobiliser des multiples militants, comme cela a été visible dans le cadre de la mobilisation contre la loi LSG à l’automne 2020.

  1. Collectif Chouettes Brochettes, « Brochettes à la sauvette. Vendre, vivre et courir à la gare de Saint-Denis », Jef Klak, 27 septembre 2018.  []
  2. Fabien Jobard, « Peurs entretenues. Quand la police fait l’armée, l’armée fait la police », Vacarme, vol. 30, no. 1, 2005, pp. 60-62. []
  3. Emmanuel Soutrenon, « Faites qu’ils (s’en) sortent… À propos du traitement réservé aux sans-abri dans le métro parisien », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 136-137, no. 1-2, 2001, pp. 38-48. []
  4. Gwénaëlle Mainsant, « Contrôle policier et définitions de la prostitution », Ethnologie française, vol. vol. 43, no. 3, 2013, pp. 485-493. []
  5. Journal de terrain 24/04/2021. []
  6. Cédric Moreau de Bellaing, « Comment la violence vient aux policiers. École de police et enseignement de la violence légitime », Genèses, vol. 75, no. 2, 2009, pp. 24-44. []
  7. Didier Fassin, La force de l’ordre. Une anthropologie de la police des quartiers, Le Seuil, Paris, 2011. []
  8. Idem. []
  9. Mathieu Rigouste, La domination policière : Une violence industrielle, Paris, La Fabrique, 2012. []
  10. Gilles Pinson et Hélène Reigner, « Introduction. Politiques urbaines et (in)justice spatiale », Sociétés contemporaines, vol. 107, no. 3, 2017, p. 12. []
  11. Laurent Bonelli, La France a peur, Paris, La Découverte, 2010. []
  12. Code de la construction et de l’habitation, Article L126-3. []
  13. Code Pénal, Article 446-1. []
  14.  Mathieu Rigouste, op. cit. []
  15. Tract de campagne de Mathieu Hanotin, Sécurité, à retrouver ici http://www.notresaintdenis.fr/securite.pdf . []
  16. Idem. []
  17. Magda Boutros, « La police et les indésirables », La vie des idées, 2018. []
  18. Pour approfondir la définition de ces outils de coproduction (entre police nationale et municipalités) de la sécurité voir (a) Richard Bousquet et Éric Lenoir, « Chapitre IV. Structures et dispositifs de la prévention de la délinquance », dans La prévention de la délinquance, Paris, Presses Universitaires de France, 2009, pp. 73-88. (b) Gilles Bentayou and Bilel Benbouzid, « L’urbanisme et ses études. Réflexions à partir de deux exemples de politiques d’aménagement urbain à Lyon », Histoire & mesure, XXIV-2 | 2009, 71-108. []
  19. Pour plus d’informations voir : https://inscription.cespplussur.interieur.gouv.fr/. []
  20. Élodie Lemaire, « Introduction », L’œil sécuritaire. Mythes et réalités de la vidéosurveillance, Paris, La Découverte, 2019, p. 7. []
  21. Viepublique.fr, « Proposition de loi pour une sécurité globale préservant les libertés », https://www.vie-publique.fr/loi/277157-loi-pour-une-securite-globale-preservant-les-libertes. []

La fin de l’or blanc en montagne ?

Entre changement et continuité face au réchauffement climatique

Parc National de la Vanoise

Les Alpes sont l’une des zones de la planète qui se réchauffe le plus. Depuis les années 1950, ce réchauffement atteint +2°C en montagne, soit deux fois plus que la moyenne mondiale. L’enneigement hivernal s’affaiblit ainsi d’année en année, notamment en basse et en moyenne altitude, et la période d’enneigement tend à se raccourcir considérablement1.

Les territoires montagnards se sont, en grande partie, développés et enrichis grâce à l’avènement du tourisme hivernal entre la fin du XIXè et le début du XXè siècle2. La présence de neige, surnommée l’or blanc, a permis leur attractivité auprès de nombreux investisseurs et professionnels de la montagne qui ont réussi à faire venir des vacanciers en leur promettant de beaux paysages et d’agréables moments de glisse. C’est pourquoi les évolutions climatiques actuelles sont inquiétantes pour de nombreux acteurs de la montagne qui ont besoin, pour assurer la pérennité de leur activité, que leur territoire reste attractif, et donc suffisamment enneigé. C’est ainsi tout le modèle économique des territoires montagnards qui est questionné voire remis en cause par le réchauffement climatique.

L’objectif de cet article est de revenir sur un projet porté par les élus locaux d’une vallée alpine qui souhaitent relier par plusieurs remontées mécaniques deux stations de ski entre elles. Ce projet permettrait l’avènement d’un grand domaine skiable à haute altitude, ce qui assurerait pour les stations concernées un enneigement suffisamment fort durant encore quelques beaux hivers. Il est cependant confronté à de nombreuses oppositions de la part d’acteurs estimant qu’il s’agit d’une fuite en avant dans un modèle de développement déjà bien trop menacé par le réchauffement climatique. Ces acteurs, parce qu’ils partagent un ensemble de croyances et de représentations autour du développement des territoires montagnards, se sont mobilisés pour former ce que Paul A. Sabatier nomme une « coalition de cause »3. Selon cet auteur, les coalitions de cause regroupent des acteurs proches qui cherchent à se faire entendre auprès d’une autre coalition avec laquelle ils sont en désaccord. Les changements dans l’action publique s’expliqueraient ainsi par la capacité d’une première coalition d’acteurs à perturber les croyances de ceux qui sont au pouvoir pour influencer leur prise de décision, ou à les remplacer en arrivant au pouvoir et en décidant de nouvelles politiques publiques. La coalition d’acteurs opposés au projet de liaison est-elle parvenue à se faire entendre et à défendre une vision alternative de développement du territoire ? À l’inverse, a-t-elle dû s’incliner face à une autre coalition d’acteurs refusant de développer différemment le territoire ? L’issue de projet symbolise-t-elle la continuité dans un modèle de développement, ou bien est-elle l’impulsion d’un changement dans les politiques publiques montagnardes ?

Cet article se base sur mon mémoire de Master 1 dans lequel je me suis entretenu avec une dizaine d’acteurs (élus, associations environnementales, habitants de la vallée) aux avis divergents sur ce projet de liaison. Je questionnais dans ce mémoire les conditions de pérennisation d’un modèle économique confronté à de nouvelles contraintes telles que le réchauffement climatique4.

Une opposition de coalitions aux représentations divergentes

Le projet de liaison des deux stations de ski concernées a été présenté par des élus locaux dans le cadre d’un plan d’urbanisme. Avant qu’il soit adopté, les opposants au projet ont cherché à se faire entendre durant des phases de concertations. Il s’agit en particulier d’associations environnementales qui ont montré qu’il comporterait de nombreuses failles : il représenterait un investissement très important qui ne serait pas forcément viable ni rentabilisé du fait du déclin actuel de la pratique du ski5. Pour ces associations, l’accélération du réchauffement climatique devrait inciter les élus à investir dans des activités envisageables sur le plus long terme. Ce projet ne serait qu’une façon de retarder un problème inéluctable et participerait à la destruction du patrimoine environnemental montagnard :

« On va détruire des zones qui sont pour le moment complètement vierges et préservées. C’est à côté d’un site classé, or on sait qu’il y aura davantage de dérangements de la faune l’hiver et bien plus de monde proche de zones fragiles. Puis c’est couvert de zones humides à préserver et la ressource en eau va être le problème n°1 des années qui viennent… »

Jeanne*, présidente d’une association environnementale

Les associations plaident ainsi pour un développement des stations autour d’activités qui seraient plus en harmonie avec la nature. Les notions de « tourisme doux » et de « tourisme 4 saisons » sont souvent présentées comme une solution aux problèmes rencontrés par les territoires montagnards, en écho aux multiples possibilités qu’offre la montagne6. Pour les élus locaux, ce discours est utopique et ne prend pas en compte les besoins réels des habitants de ces territoires. Face au dépeuplement des vallées montagnardes, au déclin de la pratique du ski et à la concurrence de plus en plus forte entre les stations de ski, il estiment qu’il faut renforcer l’attractivité de leur territoire pour maintenir une activité et continuer d’attirer de la clientèle en proposant des domaines skiables plus grands et plus hauts. Le chargé de mission et responsable du projet de liaison résumait ainsi :

« Les élus ont fait des choix qui ne vont pas que dans le sens de la protection de l’environnement, mais qui vont aussi dans le sens du maintien des emplois sur le territoire. Les arguments des uns et des autres s’entendent, il y a des différences de points de vue, on comprend le positionnement des environnementalistes et on écoute leurs alertes, mais les élus avaient des choix à faire sur d’autres enjeux ».

Cédric, chargé de mission

Une asymétrie de ressources entre ces coalitions

Deux visions se sont donc opposées autour de ce projet illustrant différentes façons d’envisager le développement actuel et futur des territoires de montagne. Une première coalition d’élus défend une vision qualifiée de réaliste et de pragmatique, concernant les attentes de la population en termes d’emploi et de développement économique. Une seconde coalition d’environnementalistes défend un développement différent qui prendrait en compte les changements climatiques en cours et à venir. Mais ce qui va justifier la poursuite ou l’arrêt de ce projet n’est pas tant la qualité du discours de chaque coalition, mais plutôt la capacité de ces dernières à disposer des moyens et des ressources leur permettant de faire entendre leurs arguments. C’est pourquoi Matthieu Ansaloni explique dans un article que le changement dans l’action publique ne provient pas de la présence de deux coalitions mais de la capacité de l’une d’entre elles à imposer son point de vue, d’où l’importance de s’intéresser « aux conditions sociales de formation des coalitions » en observant « les ressources diverses qu’engagent les acteurs, et les atouts qu’elles leur offrent dans les luttes qui les opposent »7.

L’analyse des ressources de chaque coalition permet de comprendre pour quelles raisons le projet de liaison fut voté : les acteurs qui y étaient opposés n’ont pas réussi à empêcher l’adoption du projet car ils ne disposaient pas des mêmes ressources que les élus en sa faveur. Ces derniers ont toujours su contourner les oppositions durant les phases de concertations au sein des collectivités locales qui ne sont que consultatives. Le manque de ressources financières fut un frein pour les associations qui auraient voulu réaliser des expertises pour faire valoir leurs arguments, dans l’objectif d’influencer la prise de décision8.

« Le souci c’est qu’on a besoin de gens indépendants qui sont difficiles à trouver. Quand on s’oppose à des pollutions, on a face à nous des industriels qui ont tous les moyens de faire faire des études qui prétendent que leurs activités ne sont pas polluantes, or nous on n’a pas les moyens de montrer le contraire. D’autant plus qu’au départ, on faisait du Conseil Local de Développement, mais on a vite vu qu’ils ne nous écouteraient pas »

Jeanne, présidente d’une association environnementale

Également, il convient de rappeler que les élus locaux disposent souvent d’un fort ancrage territorial et donc de relations privilégiées avec certains interlocuteurs qui ont ici constitués des médiateurs favorables au projet9. C’est par exemple le cas du préfet qui fut l’un de leurs soutiens en ne répondant pas à une lettre adressée par les associations environnementales qui déploraient l’absence d’évaluation environnementale (pourtant obligatoire pour ce type de projet). Ce fut aussi le cas d’un conseiller départemental régulièrement cité durant les entretiens, qui dispose d’un réseau de relations très important auprès des professionnels du ski qui l’ont soutenu et encouragé dans la poursuite de ce modèle. Ces soutiens l’autorisent à affirmer que son action vise bien l’intérêt général et non pas des intérêts particuliers, et ainsi lui permettent de convaincre d’autres élus et institutions du bien-fondé de son projet. Cette situation fait écho au phénomène de « dépendance au sentier » décrit par Paul Pierson10 dans le sens où les acteurs économiques et politiques ont tendance à être habitués à un type d’action publique et de modèle économique dont ils ont souvent du mal à se détacher pour envisager une autre façon de faire. S’ils sont en position de force (comme c’est le cas dans cette configuration), ils feront tout ce qu’ils peuvent pour assurer la continuité du modèle traditionnel dans lequel ils croient. Cela s’est particulièrement bien illustré lorsque les élus ont décidé de conserver leur projet malgré un avis défavorable rendu par la commission d’enquête publique. Des habitants, associations et institutions étaient appelés à s’exprimer sur le projet auprès de commissaires enquêteurs qui ont finalement estimé que les impacts écologiques étaient insuffisamment pris en compte, que l’équilibre financier restait à démontrer et qu’il persistait des risques pour la sécurité des skieurs. Cependant, le projet fut préservé par les élus qui ont affirmé que cet avis n’était que consultatif et que les remarques faites par les enquêteurs constitueraient des points d’exigence lors des futures études techniques qui seront réalisées. 

« La commission d’enquête a donné un avis défavorable au projet parce qu’il y a toutes les raisons de le refuser. Il est rarissime qu’un commissaire enquêteur donne un avis défavorable ! Les élus n’ont pas saisi l’opportunité, quelqu’un a dû dire “non, on ne cède pas”. C’est cet esprit-là, qui consiste à dire que quand on n’avance pas, on recule, qui est en train de tous nous tuer »

Jeanne, présidente d’une association environnementale

Le droit comme dernier recours

Deux chercheurs, Élie Marek et Lucas Guazzone, se sont intéressés au tourisme en montagne et ont fait le constat que « s’opposer à de nouveaux investissements touristiques ou proposer de discuter des alternatives constituent dès lors une attaque contre ce qui garantit le dynamisme des lieux »11. Ce dynamisme des lieux semble ne pouvoir être défini que par les élus et ne pas pouvoir être remis en question, ce que déplorent les associations environnementales qui estiment que leur opinion est automatiquement caricaturée et disqualifiée, notamment du fait de l’influence qu’exerceraient certains élus sur les journalistes de la presse locale :

« On essaie d’avoir des pages dans les journaux mais c’est très compliqué. Les journaux ne veulent surtout pas contrarier les élus qui font tout pour nous desservir. Soit ils font tout pour qu’on soit masqué, soit ils déforment nos propos de manière à ce que ce qu’on dit ne soit pas pris à sa juste valeur »

Jeanne, présidente d’une association environnementale

Face à cette impossibilité pour faire entendre leurs voix et face aux nombreuses failles que comporterait ce projet, les associations ont décidé de saisir la justice. Le recours en justice apparaît alors comme étant la dernière solution pour infléchir l’action publique. De nombreux vices sont dénoncés par les environnementalistes, avec en premier lieu l’absence d’une véritable évaluation environnementale. Selon Pierre Lascoumes « l’échec d’une concertation aboutit en général à la dénonciation d’un projet considéré comme dommageable, face à l’absence ou au manque de contrôle des administrations, l’association se substitue à l’autorité publique et finit fréquemment par avoir recours aux tribunaux »12. Le projet de liaison entre les deux stations est ainsi suspendu pour le moment, dans l’attente d’un jugement de fond qui devrait se dérouler courant 2022. Cette suspension est apparue comme une grande victoire pour les associations environnementales qui n’arrivaient pas jusqu’alors à bloquer ce projet. Elles espèrent que la justice ira dans leur sens et que la conjoncture leur sera favorable au moment où elle s’emparera du dossier. À cet égard, la crise sanitaire peut faire bouger les lignes en illustrant les difficultés auxquelles sont confrontés les territoires montagnards lorsqu’ils ne peuvent pas ouvrir leurs domaines skiables.

*

L’analyse de cette controverse d’action publique visait finalement à mieux comprendre les rapports de pouvoir entre élus et groupes d’intérêts. Même si l’asymétrie de leurs ressources est particulièrement visible, l’usage en dernier recours du droit montre que la justice semble rester un contre-pouvoir efficace. Cette étude de cas révèle les nombreuses incertitudes qui continuent de peser sur l’avenir des territoires montagnards, particulièrement confrontés aux conséquences du changement climatique. Elle permet, en conclusion, de s’interroger sur la façon dont le changement est envisagé dans les politiques publiques, et démontre que le fait de percevoir concrètement les effets du réchauffement climatique ne suffit pas forcément pour penser un autre modèle de développement.

*Les noms des personnes interrogées ont été modifiés pour garantir leur anonymat.

  1. Ces données sont issues d’un rapport d’experts sur le climat, disponible en intégralité au lien suivant : http://www.grec-sud.fr/wp-content/uploads/2021/01/Cahier_montagne_GREC_SUD_HD_octobre_2018.pdf (consulté le 19 décembre 2021).  []
  2. Larique, Bertrand. « Les sports d’hiver en France : un développement conflictuel ? Histoire d’une innovation touristique (1890 – 1940) », Flux, vol. 63-64, no. 1-2, 2006, pp. 7-19. []
  3.  Sabatier Paul A., Jenkins-Smith Henri. Policy change and learning : an Advocacy Coalition Framework, Boulder, Westview Press, 1993. []
  4. C., Thomas. « La montagne entre nature et sports d’hiver. Les autorités publiques alpines à l’ère du réchauffement climatique », Mémoire de Master 1 dirigé par Madame Sabine Rozier, Université Paris-Dauphine, 2021. []
  5. Despin, Daniel. « Le ski en déclin dans les Alpes », France 3 Auvergne-Rhône-Alpes, 6 novembre 2018. []
  6. Perrin-Malterre, Clémence. « Processus de diversification touristique autour des sports de nature dans une station de moyenne montagne », Mondes du tourisme, 2015, pp. 1-13. []
  7. Ansaloni Matthieu, « Coalitions et changement de politiques publiques : environnementalistes et politiques agricoles en Angleterre et en France », Revue internationale de politique comparée, vol. 20, no. 1, 2013, pp. 47-72. []
  8. Saurugger, Sabine. « L’expertise : un mode de participation des groupes d’intérêt au processus décisionnel communautaire », Revue française de science politique, vol. 52, 2002, pp. 375-401. []
  9. Muller, Pierre. « Esquisse d’une théorie du changement dans l’action publique. Structures, acteurs et cadres cognitifs », Revue française de science politique, vol. 55, no. 1, 2005, pp. 155-187.  []
  10. Pierson, Paul. « Path dependence, increasing return and the study of politics », American political science review, vol. 94, no. 2, 2000, pp. 143-179.  []
  11. Guazzone, Lucas et Marek, Élie. « Quand on sabote la montagne », Ballast, vol. 9, no. 1, 2020, pp. 120-131.  []
  12. Lascoumes, Pierre. « Acteurs et institutions de l’environnement », Pierre Lascoumes éd., Action publique et environnement. Presses Universitaires de France, 2012, pp. 50-79. []

Le polyamour ou l’égalité en trompe-l’œil : l’exemple du travail émotionnel et de care

Lucie Anselmi, « On est dans le renforcement des mêmes schémas… En changeant les mots. ». Rapports de pouvoir dans la communauté et les relations polyamoureuses en France. Mémoire de Master 1 dirigé par Céline Bessière, Université Paris-Dauphine, 2021. 

Le Bonheur, Agnès Varda (1965)

Dans le film Le Bonheur réalisé par Agnès Varda en 1965, François, un jeune menuisier, s’éprend d’une employée des PTT alors qu’il est marié et père de deux enfants. Refusant de choisir entre sa femme et sa maîtresse, il décide, sans révéler l’existence de la seconde à la première, de vivre parallèlement ces deux relations qui lui apportent chacune autant de bonheur. Si cette double vie lui procure une liberté sexuelle et émotionnelle, elle conduira son épouse, une fois mise devant le fait accompli, à mettre fin à ses jours. Le fait d’avoir, dans un premier temps, dissimulé cette relation à son épouse ne permet pas de la qualifier de polyamoureuse mais interroge la façon dont les dispositions émotionnelles genrées permettent d’adopter une attitude plus ou moins détachée vis-à-vis du pluripartenariat.

Le polyamour désigne en effet le fait d’entretenir plusieurs relations amoureuses et sexuelles parallèlement et repose sur les notions de transparence et d’honnêteté dans la mesure où cette forme de pluripartenariat a lieu avec le consentement de l’ensemble des partenaires. Il s’agit d’une non-monogamie dite « éthique ». S’il n’a pas fallu attendre que le concept de polyamour voie le jour pour que se développent, même marginalement, des formes de non-monogamie éthique, c’est à la fin des années 1980 que le terme de polyamour est forgé par des acteur•rice•s issu•e•s du milieu spirituel néo-païen1. Dans un second temps, l’idée de polyamour a progressivement séduit des individus extérieurs à ce milieu, dans la mesure où elle répondait à une contestation du couple exclusif entamée dès les années 1960 notamment dans les milieux féministe, queer ou anarchiste2.

Pouvant revêtir en pratique de multiples formes, les relations polyamoureuses sont bien souvent présentées par leurs adeptes en opposition au couple monogame (hétérosexuel) et comme étant libres et égalitaires.  La sociologue américaine Elisabeth Sheff a par ailleurs forgé la notion de « masculinité poly-hégémonique » en référence au concept de masculinité hégémonique de Raewyn Connell3 et face au constat suivant :

« Ce qui a distingué [dans son corpus] les masculinités poly, marginales et résistantes, de la masculinité hégémonique dominante est que les hommes poly épousent et, à des degrés différents, pratiquent des modes de relations plus égalitaires, sex-positifs et neutre en termes de genre en comparaison avec ceux qui caractérisent l’hégémonie dominante. Cela était évident dans leurs sexualités et leurs modes d’interaction émotionnelle. »4

La complexité des réseaux polyamoureux et l’interdépendance qui existe entre leurs membres rendent le travail émotionnel et de care encore plus nécessaire que dans les relations exclusives. Arlie Hochschild a défini le travail émotionnel comme la production ou la suppression de sentiments dans le but d’influer sur les sentiments d’autrui, et ce, afin de se conformer aux attentes de la société ou du contexte professionnel5. Dans le couple exclusif hétérosexuel et la famille traditionnelle, c’est sur les femmes que repose généralement cette charge émotionnelle ainsi que le travail de care, soit « l’ensemble des gestes et des paroles essentielles visant le maintien de la vie et de la dignité des personnes, bien au-delà des seuls soins de santé. Il renvoie autant à la disposition des individus – la sollicitude, l’attention à autrui – qu’aux activités de soin – laver, panser, réconforter, etc. »6 Ainsi, ces compétences, perçues comme inhérentes à la nature féminine, augmentent le temps d’activité des femmes7.

Or, il a été démontré qu’adhérer à l’égalité femmes-hommes au sein du couple (hétérosexuel) ne signifie pas qu’il n’existe pas d’inégalités de fait, en particulier en matière de partage du travail domestique qui se fait toujours largement au détriment des femmes8. Ce phénomène trouve son explication dans la socialisation de genre qui fait intérioriser aux femmes, dès l’enfance, un ensemble de gestes qu’elles reproduisent inconsciemment dans le cadre conjugal9. La croyance en l’égalité étant particulièrement forte et présente chez les polyamoureux•euses, cette contradiction a tendance à passer encore plus inaperçue10.

Comment est prise en charge la gestion des émotions et le travail de care dans les relations polyamoureuses, présentées comme égalitaires et où les hommes s’inscrivent en dehors des normes de masculinité dominantes ? 

Ce court article est basé sur mon mémoire de Master 1 dans le cadre duquel j’ai réalisé un total de treize entretiens semi-directifs auprès de personnes – sept femmes, cinq hommes et une personne s’identifiant comme non-binaire, âgé•e•s entre dix-huit et quarante-six ans – se reconnaissant dans la dénomination de polyamoureux ou polyamoureuse. Presque tou•te•s sont engagé•e•s dans des relations hétérosexuelles – seule l’une d’entre eux•elles n’en a pas et s’identifie comme lesbienne11. Ces entretiens ont été complétés par des observations participantes effectuées lors de trois « Cafés Poly », des groupes de parole destinés à des personnes touchées de près ou de loin par la question du polyamour. 

Des relations émotionnellement exigeantes…

Les relations polyamoureuses ne faisant pas l’objet d’un modèle standardisé, les tenant•e•s des amours plurielles doivent d’autant plus s’assurer du bon fonctionnement de chaque relation, que ce soit en termes de concordance des emplois du temps notamment, l’utilisation de calendriers partagés étant très commune, ou en termes de gestion des conflits et des émotions. Contrairement à ceux engagés dans des relations exclusives, les hommes polyamoureux ne peuvent durablement se permettre de déléguer le travail émotionnel aux femmes12. Samy, un ingénieur âgé de 25 ans, m’explique que s’il arrive à « poly-saturation », c’est-à-dire au seuil maximum de relations qu’il puisse entretenir, c’est parce qu’il ne dispose pas du temps et des ressources émotionnelles nécessaires pour plus de quatre partenaires. 

Y a pas mal de gestion à faire aussi du côté des sentiments de chacun parce que, du coup, être dans plusieurs couples à la fois, ça veut dire gérer les sentiments de plusieurs personnes, ça veut dire s’assurer que tout le monde se sente bien. Je sais que parfois par exemple ça m’a pesé parce que quand tout le monde va mal en même temps, on se retrouve à devoir gérer plusieurs personnes à la fois et forcément, on a pas des ressources illimités. 

Samy

… Qui requièrent un apprentissage spécifique

Néanmoins, l’apprentissage du polyamour passe souvent par la consultation d’ouvrages de psychologie, cités régulièrement par les enquêté•e•s et lors des Cafés poly. Or, dans mon corpus, les femmes ont plus souvent que les hommes fait référence à ces livres qui leur ont offert des clés pour mieux comprendre les relations polyamoureuses et les conflits qui leur sont propres. Irène Jonas a étudié ces ouvrages  « psy » comme étant des nouveaux supports de diffusion des normes conjugales, transformant la nature du travail de care pour les femmes qui les mobilisent le plus (et à qui ils sont implicitement  destinés). Prétextant l’émancipation et l’autonomisation des femmes dans leur couple, les auteur•rice•s font paradoxalement peser sur elles la charge de la réussite du couple en se basant sur leurs compétences de communication supposément innées13. Si les livres sur le polyamour mettent encore plus l’accent sur l’investissement émotionnel égalitaire de toutes les parties, c’est, comme on le voit dans le cas de Virginie, une polyamoureuse de 43 ans travaillant dans le domaine de l’édition, dans les faits, la femme qui devient la « thérapeute » – pour reprendre son propre terme –  dans les relations hétérosexuelles.

Dans ma relation actuelle, c’est moi qui lit beaucoup, qui m’informe beaucoup et qui lui transmet l’information. Mais tu vois, dans certains cas, quand lui se demande s’il réagit mal à une certaine chose, je suis sa référence. Je suis sa référence mais je suis impliquée émotionnellement et il est impliqué émotionnellement donc, même si je fais de mon mieux pour être détachée quand je lui donne mon opinion, ça reste quand même moi.

Virginie

… Et se révèlent inégalement investies. 

En outre, rappelons que la socialisation des hommes les incite à envisager de façon séparée la sexualité des sentiments : c’est pourquoi il n’est pas rare que les hommes polyamoureux acceptent avec moins de difficultés la non-exclusivité sexuelle que le fait que leur(s) partenaire(s) soi(en)t impliqué(e)s émotionnellement avec d’autres personnes, en particulier d’autres hommes14. Tracy, une étudiante de 23 ans, a peiné à s’accorder sur les termes de sa relation avec Matthieu, l’un de ses partenaires, qui souhaitait « l’exclusivité des sentiments » tandis que la première ne conçoit pas ces deux aspects comme totalement indépendants l’un de l’autre. Elle ne voulait donc pas attribuer de « label » à cette relation puisqu’elle voulait se laisser la possibilité de développer des sentiments pour d’autres hommes, ne voyant pas l’intérêt d’ouvrir son couple « juste pour coucher ». Cette divergence résulte sans doute des représentations de la sexualité différenciée selon le genre : chez les femmes, les relations sexuelles ont lieu de préférence avec des personnes avec qui il existe un lien conjugal ou affectif15. La relation entre les deux étudiant•e•s était basée sur un fort déséquilibre en termes d’investissement émotionnel, ce qui a finalement mené à leur séparation. 

Ce même type d’attentes pèse sur les épaules de Sophie, une médiathécaire de 26 ans, qui a un partenaire principal avec qui elle cohabite et une relation secondaire avec un autre homme qui ne réside pas dans la même région qu’elle. Elle passait, au début de leur relation, la plupart de son temps libre à le réconforter quant à sa valeur et à la place essentielle qu’il occupe dans sa vie tout en ménageant son conjoint. 

Et donc au début, y avait toute une routine pour ne pas qu’il s’inquiète, pour qu’il est l’impression de vraiment faire partie de ma vie, de mon quotidien. Donc comme il était loin c’était beaucoup de trucs à distance, je quittais le boulot, on passait le trajet au téléphone, j’ai une voiture qui permet de le faire donc voilà. On passait le trajet au téléphone, je rentrais donc j’étais avec mon conjoint, on dînait et je rejoignais mon autre copain sur l’ordinateur, parce que je joue aux jeux vidéos avec lui. On jouait tout le temps, tout le temps ensemble. Tout notre temps libre était consacré à ça parce qu’il avait besoin de sécurité etc.

Sophie

Le cas de Guillaume, un fonctionnaire territorial de 33 ans, nous montre que les hommes polyamoureux sont moins disposés (du moins à eux tous seuls) à prendre en charge la gestion des émotions imposée par cette configuration relationnelle. Contrairement à Samy qui a su développer une aptitude à manier ses sentiments16, Guillaume a préféré mettre fin à sa relation avec l’une de ses anciennes partenaires, Estelle, faute de pouvoir déléguer ce travail à un•e autre. 

J’ai une relation avec Estelle où c’était le trop plein, le fait qu’elle devenait jalouse. […] Et en fait c’était vraiment un poids. Moi je bossais, quand je revenais du coup, elle était complètement déprimée et j’avais la responsabilité de tout son bonheur en fait sauf que je rentrais du boulot crevé, elle elle avait déprimé toute la journée donc pour lui remonter le moral, c’était un boulot de dingue. Et je pouvais pas gérer ça tout seul en fait.

Guillaume

Ainsi, si les hommes polyamoureux semblent davantage enclins à prendre en charge la gestion des émotions dans leur(s) relation(s) notamment à travers la valorisation de la communication, il reste difficile d’échapper à sa socialisation de genre et à la division sexuée du travail dans le cadre conjugal. Ce phénomène s’incarne particulièrement à travers la charge émotionnelle qui pèse généralement sur les femmes dans les relations et les réseaux polyamoureux. 

  1. Anapol, Deborah. Polyamory in the 21st Century : Love and Intimacy with Multiple Partners. Rowman & Littlefield Publishers, 2012, p. 50. []
  2. Klesse, Christian. « Notions of love in polyamory elements in a discourse on multiple loving. », Laboratorium: Russian Review of Social Research, vol. 3, no. 2, 2011, pp. 4-25. []
  3. Connell, Raewyn. Masculinités : Enjeux Sociaux de l’hégémonie. 1re éd., Amsterdam, 2014. []
  4. Traduction réalisée par Lucie Anselmi, citation originale : « What distinguished poly subordinate and resistant masculinities from dominant hegemonic masculinity was that these poly men espoused, and to varying degrees practiced, more egalitarian, sex-positive, and gender-neutral relational styles than are characteristic of dominant hegemony. This was evident in their sexualities and styles of emotional interaction. » (Sheff, Elisabeth. « Poly-Hegemonic Masculinities ». Sexualities, vol. 9, no 5, 2006, p. 621‑42. Crossref, doi:10.1177/1363460706070004.) []
  5. Hochschild, Arlie Russell. The Managed Heart : Commercialization of Human Feeling, University of California Press, 2012, p. 21 []
  6. Gagnon, Éric. « Care ». Anthropen, 2016. Crossref, doi:10.17184/eac•anthropen.031. []
  7. Bessin, Marc et Corinne Gaudart. « Les temps sexués de l’activité : la temporalité au principe du genre ? » Temporalités, no 9, 2009. Crossref, doi:10.4000/temporalites.979. []
  8. Kaufmann, Jean-Claude. La trame conjugale. Analyse du couple par son linge. Armand Colin, 2014, p. 164-165. []
  9. ibid., p. 170-174. []
  10. Klesse, Christian. « Poly Economics—Capitalism, Class, and Polyamory ». International Journal of Politics, Culture, and Society, vol. 27, no 2, 2013, p. 203‑20. Crossref, doi:10.1007/s10767-013-9157-4. []
  11. La vaste enquête menée par Sheff a mis en exergue la prédominance des femmes bisexuelles et des hommes hétérosexuels dans les communautés polyamoureuses américaines. Elle explique cette surreprésentation par le fait que, d’une part, l’hétérosexualité, en tant que norme dominante, ne constitue pas telle quelle une part de l’identité majeure des individus et, d’autre part, que la bisexualité est souvent marginalisée ou absorbée par les communautés gaies ou lesbiennes. (Sheff, Elisabeth. The Polyamorists Next Door : Inside Multiple-Partner Relationships and Families. Rowman & Littlefield Publishers, 2015, p. 30) []
  12. op. cit., Sheff, Elisabeth. « Poly-Hegemonic Masculinities ». []
  13. Jonas, Irène. « Un nouveau travail de « care » conjugal : la femme « thérapeute » du couple », Recherches familiales, vol. 3, no. 1, 2006, pp. 38-46. []
  14. op. cit., Sheff, Elisabeth. « Poly-Hegemonic Masculinities ». []
  15. Bozon, Michel. « Sexualité et conjugalité », Thierry Blöss éd., La dialectique des rapports hommes-femmes. Presses Universitaires de France, 2001, pp. 239-259. []
  16. La socialisation conjugale de Samy l’a donc conduit à mettre en cause une partie de sa socialisation primaire, qui, comme l’a montré Kevin Dieter, pousse les garçons à entretenir un rapport distant aux sentiments et à l’amour s’ils veulent être en conformité avec les normes de masculinité en vigueur.  (Diter, Kevin. « « Je l’aime, un peu, beaucoup, à la folie… pas du tout ! ». La socialisation des garçons aux sentiments amoureux », Terrains & travaux, vol. 27, no. 2, 2015, pp. 21-40.) []

“Nous précariser, c’est précariser l’information”

Etude qualitative de l’insertion dans une profession précaire

Aude Lebrun, mémoire de master 1 dirigé par Samuel Bouron, Université Paris-Dauphine, 2020

Réalisé à partir de son mémoire de master 1, l’article d’Aude revient sur les difficultés d’entrée dans le monde professionnel du journalisme. Elle souligne les possibles conséquences de cette entrée, non seulement sur les jeunes journalistes mais aussi sur l’information qu’iels produisent.


Hergé, Les Aventures de Tintin, reporter du « Petit Vingtième », au pays des Soviets

“Nous précariser, c’est précariser l’information”. Elisa, vingt-cinq ans, pigiste1 depuis moins d’un an lors de notre deuxième entretien, lance cette phrase au sein d’une réflexion sur les conséquences de la précarisation de certaines professions, notamment celle du journalisme. Possédant des frontières historiquement floues, le journalisme est reconnu par les pouvoirs publics par la possession de la carte de presse2 : ses détenteur.rice.s représentent ainsi l’ensemble des travailleur.se.s dont la majorité des revenus provient d’une activité ayant valeur d’information selon la CCIJP. Ladite commission délivre chaque année des statistiques quant aux caractéristiques socio-professionnelles des « encartés »3, révélant une proportion importante de pigistes notamment chez les jeunes journalistes. Parmi les renouvellements de carte en 2019, 20% étaient des pigistes et 4% des demandeurs d’emploi4. Si le statut de pigiste peut parfois être déclaré comme choisi, Alain Accardo montrait dès la première publication des journalistes précaires5 qu’il s’avère dans la majorité des cas être subi, créant des situations d’instabilité professionnelle et financière. Dès lors, la conscience de l’existence de cette précarité par les étudiant.e.s et les jeunes journalistes les incite à développer des stratégies – tant estudiantines, professionnelles que personnelles – pour s’adapter le plus possible au monde professionnel qu’ils aspirent intégrer. Ces comportements peuvent avoir des conséquences sur leurs vies personnelles, mais aussi – ou partant – sur leurs productions journalistiques.

Ce propos vise ainsi à interroger la façon dont les étudiant.e.s et les jeunes journalistes tentent de s’insérer professionnellement dans un tel contexte et les conséquences que ces adaptations ont sur leurs productions.

Il se base sur un terrain d’enquête qualitatif, majoritairement constitué d’entretiens biographiques avec des étudiant.e.s ayant suivi des formations dans des écoles reconnues par la profession et par l’Etat6 et des journalistes en cours d’insertion. Ces matériaux recoupent l’ensemble des médias : télévision, radio et presse écrite, avec une prédominance pour la radio. Ils se limitent cependant aux rédactions nationales. De ce fait et du fait que les écoles se limitent à celles qui sont reconnues, l’enquête étudie la formation et l’insertion dans le monde du journalisme « par le haut ». Des entretiens ont également été réalisés avec les responsables de ces formations et des personnes en charge du recrutement au sein des rédactions nationales.

*

Entrer dans le « monde du journalisme » par la « grande porte » au sens de Dominique Marchetti et Géraud Lafarge7 requiert des étudiant.e.s qu’ils et elles se plient à – et réussissent – l’exercice réputé difficile des concours des écoles. Acceptant des candidat.e.s à partir de la L3, ces concours sont constitués d’épreuves écrites et orales, valorisant la possession de capital culturel à dominante scolaire mais aussi d’un capital culturel qui « n’est pas certifié scolairement »8. Il est attendu des candidat.e.s qu’ils et elles aient la capacité de répondre à des questions d’actualité, de culture générale, mais aussi de se plier à des exercices de rédaction et de réflexion similaires à ceux des professionnel.le.s. Celles et ceux qui parviennent à se démarquer lors de ces épreuves sont ainsi les plus “adapté.e.s” à cet espace professionnel, ayant joui d’une socialisation proche de ces milieux et/ou ayant bénéficié de l’occasion de gagner en expérience lors de stages. Les portes sont donc fermées socialement, et imposent aux élèves la nécessité d’une compétition avant même l’entrée au sein de l’école. La prise de conscience de la précarité de la profession semble donc se faire tôt dans les parcours estudiantins, mais la rhétorique de la « vocation » est régulièrement mobilisée pour justifier la persévérance au sein de ce milieu.

Aude : C’est fou quand même, après autant d’études de se retrouver dans une telle situation.

Elisa : En fait ce qui est terrible c’est qu’on l’a accepté depuis le début, fin qu’on a été biberonnés à ça, mais je pense que dans toutes les écoles – dis moi si je me trompe – mais on sait que ça va être galère, c’est accepté, c’est ça qui est terrible.

Elisa, vingt-cinq ans, pigiste

Si la « précarité » peut se voir considérée comme un concept valise en sciences sociales, on l’utilise ici au sens de Serge Paugam comme une « intégration incertaine » où « l’instabilité de l’emploi ne s’accompagne pas d’une insatisfaction dans le travail »9. Les jeunes journalistes se retrouvent confronté.e.s – parfois pour la première fois du fait de leurs origines sociales majoritairement favorisées – à une instabilité dans l’emploi lors des piges et à des difficultés économiques, ces deux dimensions pouvant se retrouver dans d’autres aspects de leurs vies, par exemple pour se loger :

Bastien : Trouver un logement à Paris quand t’es pigiste, ce qu’aucun de mes potes à réussi à faire pour le moment. Même moi en CDD si je cherche, aucune chance. Mais zéro chance. Du coup en gros, soit tu falsifies… En vrai y’en a beaucoup qui font ça, c’est con mais…

Bastien, vingt-trois ans, CDD à l’AFP (Agence France Presse)

Les étudiant.e.s et jeunes journalistes tentent alors de sortir de cette précarité ou de limiter ses conséquences en optimisant leurs chances d’être titularisé.e.s dans une rédaction. Pour ce faire, la plupart d’entre elles et eux développent des comportements compétitifs : il s’agit d’être « meilleur.e que les autres »10 pour avoir ces postes. Or cette compétition limite les possibilités de solidarités, de mobilisations collectives au sein de la profession : il est matériellement difficile pour un.e pigiste de faire grève, puisqu’il ou elle peut rapidement être remplacé.e par un.e autre pigiste par la rédaction. Ce phénomène profite finalement principalement aux entreprises de presse. Pour ces dernières, les jeunes pigistes peuvent représenter d’une certaine façon une « armée de réserve »11, un stock d’individus interchangeables en compétition, favorisant notamment la baisse des salaires de ces derniers. Alain Accardo utilise cette expression en disant que cela a « contribué à affaiblir les revendications des salariés et aiguiser leurs divisions internes pour les dresser les uns contre les autres »12. Alors, les jeunes journalistes peuvent plus facilement accepter de « boucher les trous » des rédactions13, à l’exemple d’Alexandre qui s’est éloigné progressivement de sa formation initiale de reporter en acceptant des « à-côté » pour gagner sa vie.

Alexandre : Même si t’as fais tous les diplômes y’a quand même ce truc de se dire : « est-ce que je peux y arriver ? » Donc je m’étais dit : « fais ce qu’on te propose comme ça, ça t’élargit, t’as plus de cordes à ton arc », machin. Donc je me suis retrouvé avec ce deuxième poste, au bout d’un moment on m’en a proposé un troisième […] Donc je me suis retrouvé avec tous ces postes, et puis le reportage bah progressivement forcément ça descend quoi, y’en a de moins en moins. Mais tout ça, ça c’est fait sur deux ans, deux ans et demi quelque chose comme ça.

Alexandre, vingt-cinq ans, pigiste régulier pour RMC

Finalement, ces conditions structurelles de vie et de travail des jeunes journalistes ont des  conséquences sur la qualité de l’information qu’ils vont produire. La nécessité de produire de l’information dans l’urgence et pour l’argent éloigne cette profession de l’idéal démocratique qu’on lui exige et auquel elle aspirait historiquement. Si ces conditions ne sont pas nécessairement crées par les entreprises de presse, le fait qu’elles leur profitent semble limiter les tentatives de lutter contre cette précarité de la part des rédactions. Toutes possèdent leur « vivier de pigiste »14 aux statuts précaires – pigistes, étudiant.es en alternance ou encore stagiaires. Leur vulnérabilité et la concurrence plus ou moins implicite qui s’établit entre elles/eux les amènent à manifester la disponibilité la plus complète possible. Le cumul d’emploi et la surcharge de travail sont monnaies courantes pour les jeunes journalistes, ce qui favorise la production d’une information « bâclée » et « tournée sur elle-même »15 : les journalistes n’ayant ni le temps ni les moyens de recueillir l’information sur le terrain se retrouvent souvent contraints de baser la production de leur information sur ce qui a été produit par d’autres journalistes16.

*

L’insertion professionnelle des jeunes journalistes se voit ainsi marquée par la confrontation à une forme particulière de précarité, celle de l’instabilité et de l’incertitude. Ils et elles se retrouvent alors à la merci des rédactions dans lesquelles ils aspirent à travailler, prenant le risque de perdre en qualité informationnelle dans leurs travaux. Le cas de la précarité dans le journalisme interroge plus largement l’insertion professionnelle dans certains secteurs, notamment ceux en lien avec « l’intelligentsia »17 ou les professions culturelles, artistiques et intellectuelles, et sur les conséquences que ces changements structuraux peuvent avoir sur la qualité des productions.

  1. Journaliste payé à l’article, qui n’est pas embauchée en tant que salarié·e au sein d’une entreprise de presse. []
  2. Attribuée chaque année par la Commission de la carte d’identité des journalistes professionnels CCIJP []
  3. Terme utilisé par les journalistes pour décrire les détenteur.rice.s de la carte []
  4. Voir le site de la CCIJP []
  5. Accardo, Alain et al. Journalistes Précaires, Le Mascaret, 1998 []
  6. Elles sont au nombre de 14 en France []
  7. Lafarge, Géraud, et Dominique Marchetti. “Les portes fermées du journalisme. L’espace social des étudiants des formations “reconnues””, Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 189, no. 4, 2011, p. 74 []
  8. Bouron, Samuel. Apprendre à penser comme un journaliste. Construction sociale des catégories de connaissances professionnelles et division du travail journalistique. Thèse préparée au CURAPP-ESS, 2014. p. 307 []
  9. Paugam, Serge. Le salarié de la précarité. Les nouvelles formes de l’intégration professionnelle. Presses Universitaires de France, Paris, 2007, 464 pages. []
  10. Expression utilisée principalement par les directeurs de rédaction []
  11. Marx, Karl. Le Capital. Critique de l’économie politique. Verlag Von Otto Meisner, 1867 []
  12. Accardo, Alain. Op. Cit. p. 259 []
  13. Expression régulièrement utilisée par les membres des entreprises de presse en entretiens []
  14. Expression utilisée tant par les jeunes journalistes que par les rédactions lors des entretiens []
  15. Cagé, Julia, Nicolas Hervé, et Marie-Luce Viaud. L’information à tout prix. INA. Médias et Humanité. Paris, 2017 []
  16. Sur la question voir Gilles Balbastre, « Une information précaire », Actes de la recherche en Sciences Sociales, n°131-132, 2000, pp. 83-85 []
  17. L’expression « d’intelligentsia précaire » est empruntée à Alain Accardo []

Une expérience double : le confinement comme objet et contexte d’enquête

Paul Movermann, Mémoire de stage de Master 1 dirigé par Mme Elise Penalva-Icher, Université Paris-Dauphine, 2020.

Le 7 juillet 2020, Yann Gaudin, lanceur d’alerte autoproclamé a été licencié de Pôle Emploi pour « faute grave »1. Sa faute ? Selon lui, s’être montré trop consciencieux dans son travail, notamment en dénonçant certains dysfonctionnements liés au versement des aides sociales, ou encore en aidant des allocataires à percevoir des droits qu’ils avaient renoncé à toucher.

Si l’intérêt porté par les institutions publiques aux mécanismes « d’accès aux droits » ne date pas d’hier2, l’émergence de ce phénomène en tant que problème public semble plus récente : on assiste notamment, au tournant du millénaire, à l’apparition de l’expression de « non-recours aux droits », qui sera par la suite investie par Philippe Warin3 et, plus largement, l’ODENORE4. Cette structure va ainsi mener un véritable travail d’entrepreneur de cause5, visant à provoquer une réaction de la part des institutions en charge du versement des aides sociales.

Ce travail de construction du problème semble avoir été – au moins dans une certaine mesure – fructueux dans la mesure où l’action publique semble, au cours des dernières années, s’être emparée de cet outil conceptuel pour en constituer une catégorie d’action. C’est en tout cas l’expérience que j’en ai faite au cours d’un stage réalisé à la Ville de Lyon d’avril à juillet 2020, puisqu’il m’a été proposé de mener une enquête ayant pour objet « l’accès aux droits pendant le confinement et en sortie de crise ».  Quel sens donner à cette appropriation d’un concept sociologique par l’action publique ? Comment interpréter l’intérêt porté par une municipalité aussi importante pour ce sujet ? Nous résumerons dans cet article les principaux résultats d’un mémoire rédigé à l’occasion de ce stage, tout en mettant l’accent sur les conditions particulières dans lesquelles s’est déroulé ce travail – en d’autres termes, les façons dont le confinement a influencé le déroulement et les résultats de l’enquête.

“L’émergence factice” d’un problème public6 : le statu quo autour de la question du non-recours

Tout fait social, pour devenir un problème public à part entière, doit faire l’objet d’un travail de mise à l’agenda : autrement dit, il doit être converti en problème par le biais de l’action “d’entrepreneurs de cause”. En ce qui concerne le problème de l’accès aux droits, on peut supposer que le problème est longtemps demeuré simplement institutionnel, dans le sens où il représentait seulement un dysfonctionnement interne aux administrations publiques. En s’appropriant et en modifiant un peu le sens donné à l’expression par Roger Cobb et Charles Elder, on peut donc dire que pendant longtemps, le problème n’a été inscrit qu’à “l’agenda institutionnel”7.

Cependant, à part quelques études menées, l’attention des institutions vis-à-vis du non-recours et, surtout, leur volonté d’agir sur ce problème semble être restée minime. Cela est surprenant dans la mesure où l’ampleur du phénomène et sa gravité devraient susciter une importante attention de la part des institutions concernées puisque garantir l’accès aux droits du plus grand nombre de personnes possibles est, en théorie, la raison même de leur existence. J’ai pu observer cela au cours du stage : dès le début de l’enquête, ma responsable a insisté sur le fait que beaucoup d’études avaient déjà été faites sur le non-recours, sans que rien ne change pour autant. Elle me prévenait ainsi contre le phénomène, apparemment courant en ce qui concerne l’accès aux droits, au cours duquel une enquête est menée et des constats établis, “mais derrière, rien ne suit”.

Ce constat d’inaction est d’autant plus paradoxal que tous les acteurs s’accordent pour dire qu’il faut régler ce problème. On retrouve ici le constat de Joseph Gusfield selon lequel le propre d’un problème public est sa capacité à faire consensus8 : autrement dit, on ne peut pas (c’est-à-dire qu’il n’est pas socialement acceptable) se prononcer en faveur du non-recours. Comment expliquer la persistance de ce paradigme, dans lequel l’existence du problème n’est plus à prouver, mais aucune action d’ampleur entreprise pour autant ? On peut mobiliser ici la notion “d’émergence factice” du problème pour éclairer la situation : les acteurs dominants délivrent un discours à propos du problème public, mais n’engagent aucune action concrète car le statu quo leur est favorable9. En effet, le secret de Polichinelle qui se dissimule derrière cette question du non-recours est celui des économies qu’il permet de réaliser : dans un contexte de tension budgétaire de plus en plus importante, il semblerait que les institutions ne seraient tout simplement pas en mesure de répondre à la demande de tous les ressortissants potentiels et que le phénomène du non-recours est une des conditions principales de leur équilibre budgétaire. S’il est extrêmement difficile d’estimer le montant des aides non-versées, même les estimations les plus conservatrices se chiffrent en milliards d’euros.

Briser le statu quo : l’inscription de l’enquête dans le travail d’un groupe d’entrepreneurs de cause

Si tous les constats sur le problème de l’accès aux droits ont déjà été faits, comme c’est le cas à la ville de Lyon selon les dires de ma supérieure, alors pourquoi mener une nouvelle enquête dessus ? Certes, la situation particulière du confinement et plus globalement de la crise sanitaire justifient en partie de s’intéresser à nouveau à ce problème dans la mesure où le contexte est susceptible d’aggraver les situations, voire d’en produire de nouvelles. Mais ce n’est pas là le seul enjeu de l’enquête : elle joue aussi un rôle dans une dynamique qui vise à la destruction, ou du moins à la remise en cause du statu quo qui subsiste encore autour de l’accès aux droits.

Dans un article intitulé “Des singularités locales dans la construction des problèmes publics ? L’exemple du harcèlement dans les transports en commun”, Stéphanie Archat montre que la mise à l’agenda d’un problème public au sein d’une institution dépend non seulement de la mobilisation “d’entrepreneurs de cause” au sein de l’institution, mais aussi comment ces derniers sont contraints d’avoir recours à des stratégies afin de “limiter les résistances à la mise en place de [la] politique publique”10. Elle explique ainsi avoir été “témoin de différents types de résistances, situées sur un continuum allant de formes individuelles de désinvestissement à un véritable blocage décisionnel.” On retrouve ici les conclusions dressées plus haut sur la force de la non-décision.

Dans le cas de l’accès aux droits, mon enquête joue un rôle qui me semble important dans la stratégie déployée par un certain nombre de membres de la Direction du Développement Territorial qui entendent révoquer ce statu quo. Lors de la journée où j’ai été présent dans les bureaux, ma supérieure m’a ainsi informé de la création d’un groupe de travail sur l’accès aux droits, né d’une initiative commune avec le responsable d’une mission territoriale en QPV (Quartiers Politique de la Ville). Ce groupe de travail réunit une petite dizaine de personnes, dont l’objectif est de préparer une note d’enjeux à destination du prochain exécutif sur le thème de l’accès aux droits. Lors de la préparation de la réunion, beaucoup d’insistance a été mise sur le fait que l’enjeu n’est pas de “dresser des constats que tout le monde connaît”, mais plutôt de réfléchir à la manière de lancer une dynamique qui mènerait à l’adoption de mesures concrètes.

Les membres de ce groupe de travail se connaissent, s’apprécient pour la plupart et sont mobilisés depuis plusieurs années déjà pour l’inscription à l’agenda du problème de l’accès aux droits. Par ailleurs, on perçoit bien ici la présence d’une fenêtre d’opportunité liée au changement d’exécutif imminent (Gérard Collomb ayant réalisé un très faible score au premier tour), dans laquelle ces entrepreneurs de cause institutionnels entendent s’engouffrer afin de remettre en cause le statu quo établi autour de l’accès aux droits. Etant donné que ce sont les acteurs les plus puissants qui ont la capacité de maintenir ou de briser le statu quo, le changement imminent d’exécutif est perçu comme une opportunité favorable pour tenter d’imposer une mise à l’agenda du problème qui ne soit pas entièrement factice.

*

Le stage et le mémoire furent pour moi l’occasion de découvrir le fonctionnement d’une institution publique et, plus largement, le travail dans la fonction publique territoriale. En m’intégrant dans une institution non seulement publique mais aussi fondamentalement politique, j’ai également pris conscience de l’influence que peuvent avoir quelques individus sur l’élaboration et la conduite des politiques publiques. Ce fut pour moi une occasion d’observer de manière concrète des théories de science politique et de sociologie qui étaient jusque-là demeurées relativement abstraites.

  1. https://www.francebleu.fr/infos/economie-social/des-allocataires-de-pole-emploi-recuperent-de-l-argent-grace-a-un-conseiller-rennais-1579375023 []
  2. Groupe de travail CNAF “Accès aux droits” (dir. Pauline Domingo), “L’accès aux droits et le non-recours dans la branche Famille de la Sécurité Sociale”, Dossier d’étude 173, 2014 : “les premières études datent des années 1970 quand le ciblage des politiques conduisait à identifier des populations spécifiques (prestations sous conditions de ressources et de situation familiale).” []
  3. Warin, Philippe. “Le non-recours aux services publics, une question en attente de reconnaissance.” Informations sociales, no. 109 (2003): 94-101 []
  4. L’Observatoire des non-recours aux droits et aux services est fondé en 2003 par Philippe Warin. []
  5. Becker, Howard. Outsiders, 1963 []
  6. Pierre Favre []
  7. Cobb, Roger W. and Elder, Charles D., “Participation in American Politics: The Dynamics of Agenda Building”, Baltimore: The Johns Hopkins Press, 1975 []
  8.  Gusfield, Joseph, “Constructing the Ownership of Social Problems: Fun and Profit in the Welfare State”, Social Problems, Vol. 36, No. 5 (Dec., 1989), pp. 431-441 []
  9. Cobb, Roger W., Ross, Marc Howard. “Cultural strategies of agenda denial : avoidance, attack, and redefinition.”, 1997 []
  10. Archat, Stéphanie, “Singularités de la construction localisée d’un problème public : le harcèlement sexuel dans les transports en commun”, Congrès de l’AFSP, ST 77 « Cadre spatial et cadrage de la cause : l’inscription territoriale des problèmes publics », Bordeaux, France, 2019 []

Se rendre en terrain connu en période de confinement : le cas de la socialisation politique en école de commerce

Nicolas Lenci, Mémoire de Master 1 de Politiques publiques, Université Paris-Dauphine, sous la direction de Choukri Hmed, 2020.

Pendant une période de confinement et notamment lorsqu’il s’agit d’une enquête qualitative, les opportunités de terrain peuvent se fermer rapidement, donnant parfois lieu à l’impossibilité de traiter son sujet. Pour ce mémoire de Master 1 initié après le début du confinement de mars 2020, l’accès aux données a été la principale contrainte, tant pour contacter des élèves en école de commerce que pour mener des observations ; il peut donc être utile de s’orienter vers un terrain qui ne présente pas un tel coût à l’entrée. L’article propose de revenir sur une option parmi d’autres, et finalement assez classique : celle d’enquêter dans un milieu proche de l’enquêteur, favorisant la prise de contact.

Si Florence Weber et Stéphane Beaud précisent que l’ethnographe est indissociable de « trois univers auxquels il appartient par nécessité professionnelle : l’univers académique, l’univers de l’enquête et son propre univers social »1, il s’agit ici de confondre cet univers social et l’univers de l’enquête, et donc en d’autres termes, d’enquêter en « terrain familier »2. Le mémoire proposait d’étudier le rapport au politique des élèves en écoles de commerce, dont l’accès au terrain a été facilité par le passage de l’enquêteur par une classe préparatoire économique et commerciale (ECE). Les entretiens se sont donc déroulés à distance (par visioconférence) avec d’anciens camarades de classe qui sont également des amis, contactés individuellement avec pour seul critère d’avoir eu des conversations politiques avec l’enquêteur, et comme motif de « parler du quotidien en école de commerce » afin de ne pas induire une imposition de problématique. Huit élèves au total ont répondu à notre demande, soit quatre femmes et hommes, dont l’âge est compris entre 21 et 24 ans. Tous sont inscrits dans un « Programme Grande École » qui vise à accueillir les anciens élèves de classe préparatoire, dans des écoles comprises entre l’EM Lyon (4ème) et Montpellier Business School (13ème)3. Cette proximité était cruciale pour disposer d’informations précieuses sur les réseaux de sociabilité ou les normes en vigueur dans les écoles4. De cette manière, comme le montrera cet article, se rendre en terrain connu peut être l’un des moyens de surmonter les difficultés d’un confinement.

Prélude : pourquoi il n’existe pas d’ethnographie du rapport au politique des élèves en école de commerce ?5

Une fois le terrain et la population identifiés, l’intention première de la recherche était de déterminer par quelles modalités concrètes le rapport au politique des élèves se reconstruisait au fur et à mesure que ces derniers intégraient les dispositions nécessaires à leurs pratiques professionnelles anticipées. En quittant l’univers scolaire de la classe préparatoire et en s’intégrant dans un univers professionnel « managérialisé »6, les préférences politiques des élèves étaient censées s’aligner vers le libéralisme économique : l’enjeu était donc d’étudier ce qui freinait ou à l’inverse activait cette inclinaison politique. Cette thèse reposait sur deux concepts clés, celui de l’habitus7 d’une part et les critères de jugements personnalisés, entendus comme la « retraduction de la logique proprement politique de la compétition politique à partir de schèmes d’appréciation empruntés à la vie quotidienne »8 d’autre part.

De ce fait, il était prévu de faire politiser les expériences des élèves – d’abord au sens de Daniel Gaxie9 – avec par exemple des questions sur l’activité politique au sein de l’école, notamment via les associations, les discussions entre pairs ou encore certains enseignements traitant de questions présentes dans le débat public, comme les licenciements. Le guide d’entretien prévoyait d’explorer les critères de jugement personnalisés, en opérant un glissement des questions pratiques vers les questions politiques : par exemple, évoquer les enjeux écologiques suite à un stage effectué par une enquêtée dans une entreprise d’hydrocarbures. Cette approche fut invalidée en raison de ce que l’on a interprété comme un « refus du politique » de la part des élèves : en effet, faire le lien entre l’école de commerce et le politique provoquait des rires, des incompréhensions et un embarras qui bloquaient l’entretien. Tous et toutes ont assuré ne pas avoir de discussions politiques au sein de leur école, ou même ne pas avoir pensé à ce sujet pendant leur scolarité ; de cette façon, ils et elles présentaient un parcours qui semblait se soustraire totalement au politique, car en école de commerce, « on ne parle pas de politique »10 :

« Une école de commerce, ça ne te politise pas : tu apprends des techniques de management. Et même ce que te transmets l’admin’ comme image du monde, celle des affaires… Tu n’es pas vraiment en train de faire de la polémique, on s’en fout un peu des débats politiques. […] Des élèves qui militent, pour moi il n’y en a pas, je n’en ai jamais vu. […] La politique ne les intéresse pas. […] S’il y a un meeting qui veut se tenir sur [nom de l’école] – je ne sais pas pourquoi quelqu’un voudrait faire ça, on ne sait jamais – c’est juste qu’ils vont s’en foutre littéralement, ce n’est pas leur sujet. Et même si tu peux le justifier avec la neutralité politique, pour eux c’est plus que ça : la politique n’existe pas » 11.

De ce fait, surmonter et expliquer ce refus est devenu progressivement l’enjeu de cette enquête. En effet, les non-réponses et les évitements sont souvent heuristiques : ici, le refus du politique par les élèves soulevait de nombreuses interrogations. Car au-delà de leur compétence politique12, les élèves avaient régulièrement côtoyé le politique au cours de leurs études : d’abord au sein de l’ancienne filière économique et sociale (ES) puis dans les cours d’histoire, d’économie, de philosophie ou de géopolitique suivis en classes préparatoires. Pour rentrer en école, les élèves devaient répondre à des questionnements économiques et sociaux, et c’est encore le cas en 2020 avec le sujet « Le capitalisme est-il soutenable ? »13. Mieux, deux enquêtés se sont engagés en politique pour la campagne présidentielle de 2017. La soudaine absence du politique lorsqu’ils évoquent leur école ou leurs choix professionnels devenait alors très paradoxale. Ce paradoxe s’est ainsi progressivement transmué en objet de cette enquête : pourquoi des élèves qui présentent un goût pour le politique affichent curieusement une absence quasi-totale de politisation dès lors qu’ils sont interrogés par leur ami sur leur parcours professionnel et leur expérience en école de commerce ?

Ce qui pouvait s’interpréter comme un échec de terrain amenait aussi de nouveaux outils théoriques : étant donné que faire le lien entre les écoles de commerce et le politique dans sa dimension institutionnalisée provoquait une fermeture de l’entretien, on a recouru à une  définition élargie de la politisation, entendue comme « la référence aux principes généraux devant régir une société, ou […] la montée en généralité, et la reconnaissance de la dimension conflictuelle des positions adoptée »14. Ainsi, on a choisi délibérément de provoquer des controverses avec les enquêtés – ce que permettait entre autres le statut d’ami – , afin d’obtenir in fine une généralisation sur la société. Etaient évoqués par exemple le sexisme, l’égalité des chances ou les cas des entreprises controversées comme Total ou Lafarge15.

Les entretiens ont essayé de pallier le manque d’observations induit par le confinement : en étant moins directif qu’à l’accoutumée, il s’agissait de laisser parler l’élève en lui suggérant des prises de position au moment opportun. De cette manière, l’entretien prenait d’abord une forme très libre sur ce qui relevait de l’école de commerce dans sa globalité, mais devenait plus directif quand le propos pouvait être généralisé et conflictualisé, par exemple sur la pertinence de se présenter en tant que femme et utiliser l’argument du genre lors d’une élection à la présidence d’une association. Enfin, il s’agissait de mobiliser des souvenirs communs afin de contextualiser le propos, par exemple en confrontant son expérience du politique en classes préparatoires par rapport au traitement observé par l’enquêté dans son école, dont la très nette différence est induite par des métiers d’étudiant16 particulièrement antagonistes.

Les limites de l’enquête en terrain connu, ou ce que la proximité affective fait à la logique de l’évitement du politique

Finalement, enquêter auprès de ses amis a-t-il été préjudiciable à l’enquête ? Bien que cette stratégie comporte des limites évidentes – comme ne pas aller « là où ça fait mal »11 afin d’éviter de se mettre à dos des proches auxquels on tient – elle a le mérite de recueillir des propos d’individus peu enclins à répondre aux démarches sociologiques, certains ayant accepté l’entretien seulement pour rendre service à l’enquêteur-ami. Mais qu’en est-il des résultats de l’étude à proprement parler ? Il faut bien admettre qu’avoir des enquêtés dans son réseau de sociabilité implique un lien de proximité qui oriente les résultats, d’une manière assez intéressante pour le propos du mémoire.

En effet, si les élèves effectuaient un travail d’évitement du politique17, c’était d’abord dans une logique marchande et d’intéressement : en s’abstenant de politiser leurs discours et leurs actes, les élèves évitaient de se mettre à dos des partenaires commerciaux18 et d’entraver une progression de carrière, par exemple en acceptant des postes dans des entreprises controversées dans l’espace politique. Le mémoire a montré comment les élèves apprenaient en école de commerce à éviter la conflictualité – élément nécessaire à la politisation dans la définition retenue ici – afin de ne pas desservir l’objectif premier de leur scolarité : se former un carnet d’adresse qui garantisse une insertion enviable sur le marché du travail. Afin de réaliser cet objectif onéreux (il en coûte au moins deux ans de travail en classe préparatoire et plusieurs dizaines de milliers d’euros en école), les élèves ont intérêt à nier – y compris aux yeux de l’enquêteur au moins dans un premier temps – tout ce qui peut porter préjudice à la « réputation » de leur école19 et in fine à leur employabilité20.

C’est pourquoi le degré de proximité fut essentiel à la constitution des résultats : plus un ou une enquêté était proche de l’enquêteur, moins il lui était coûteux de se soustraire à cette logique d’évitement de la conflictualité et donc du politique. A l’inverse, chez celles et ceux qui partageaient moins de liens avec l’enquêteur, la situation d’enquête donnait parfois lieu à des résultats que l’on pouvait juger incohérents : par exemple, défendre la justice sociale et critiquer le système d’éducation nationale accusé d’augmenter les inégalités, tout en refusant de considérer les frais de scolarité des écoles de commerce comme un obstacle à l’égalité des chances. La proximité affective avec les enquêtés a ainsi permis de se soustraire à certaines logiques discursives, en tempérant la tendance qu’avaient les élèves à « vendre » leur école à l’enquêteur durant l’entretien.

“Tu parlais du prix de l’école avec tes amis ?

Franchement, on se le disait vraiment souvent en première année, mais tu t’empêches toi-même d’y penser, parce que sinon tu vas avoir le seum. Vraiment, il y a des moments où je n’avais pas envie d’y penser parce que ça allait m’énerver, je me disais : “je vais juste attendre de finir mon cursus et après je me dirais que ça en valait la peine, parce que j’aurais un bon salaire”. […] C’est comme les animaux dans les abattoirs : tout le monde le sait, mais personne n’a envie d’en parler, personne ne va se révolter pour ce sujet-là. Les écoles, c’est pareil »21

Finalement et mis à part lorsqu’il s’agissait de défendre leur propre situation, les élèves avaient tendance au fur et à mesure de l’avancée des entretiens à « oublier » le politique et faire comme s’il n’existait pas, car ce comportement servait directement leurs intérêts : ils et elles affichaient ainsi une conception instrumentale du politique, constitutive de ce que Muriel Darmon nomme un « capital culturel commercial »22.  Bien que l’intérêt au politique vacillant des élèves puisse s’expliquer par d’autres facteurs – notamment une image sociale professionnelle dépolitisante ou une socialisation familiale qui restreint le politique à la sphère de l’intime – c’est cette tendance à utiliser l’absence du politique à leur avantage qui a été mise en lumière par une enquête en terrain connu, en période de confinement*.


* Pour leurs relectures et leurs suggestions, je tiens à remercier particulièrement Choukri Hmed, Amélie Carrier, Mathilde Guellier et Aude Lebrun.

  1. Stéphane Beaud et Florence Weber. « Le raisonnement ethnographique », Serge Paugam éd., L’enquête sociologique, Presses Universitaires de France, 2012, p. 238. []
  2. Flora Bajard, « Enquêter en milieu familier. Comment jouer du rapport de filiation avec le terrain ? », Genèses, vol. 90, no. 1, 2013, pp. 7-24. []
  3. Les places des écoles sont attribuées selon le classement 2020 de L’Étudiant,  repris ici comme catégorie d’analyse en raison de sa performativité ; ce classement jouant un rôle clé dans la distribution des élèves dans les écoles tout comme sur le marché du travail. []
  4. Notamment, il a été possible de définir les écoles de commerce comme des « institutions enveloppantes » – élément explicatif de la politisation dans ce mémoire – avant le début du terrain. []
  5. pour reprendre le titre d’un article de Nicolas Mariot, “pourquoi il n’existe pas d’ethnographie de la citoyenneté”, Politix, 92 (4), 2010. []
  6. Yves-Marie Abraham, « Du souci scolaire au sérieux managérial, ou comment devenir un « HEC » », Revue française de sociologie, vol. 48, no. 1, 2007, pp. 37-66. []
  7. Pierre Bourdieu, Esquisse d’une théorie de la pratique, Librairie Droz, 1972, p. 282. []
  8. Daniel Gaxie, « Mort et résurrection du paradigme de Michigan. Remarques sur quelques résultats récents de la sociologie des comportements politiques aux États-Unis », Revue française de science politique, 1982 (Vol.32), p. 258. []
  9. C’est-à-dire une « attention accordée au fonctionnement du champ politique », dans Daniel Gaxie, « Le cens caché », Réseaux, vol. 22, no. 1, 1987, p. 31. []
  10. Entretien avec Paul, 22 ans, fils de cadres du privé, membre d’une association de finance. []
  11. Entretien avec Alexandre, 22 ans, fils d’ingénieurs, membre d’une association culturelle. [] []
  12. Entendue comme « la possession de connaissances savantes et pratiques nécessaires pour produire des actions et des jugements proprement politiques » dans Pierre Bourdieu, La Distinction, Paris, Éditions de Minuit, 1979, p. 476. []
  13. Myriam Boukaïa, « Sujet et corrigé : ESH HEC Paris », Studyrama.com, consulté le 27 septembre 2020. []
  14. Camille Hamidi, « Éléments pour une approche interactionniste de la politisation. Engagement associatif et rapport au politique dans des associations locales issues de l’immigration », Revue française de science politique, vol. 56, no. 1, 2006, p. 15. []
  15. Voir Soren Seelow, « Syrie : l’entreprise Lafarge mise en examen pour “complicité de crimes contre l’humanité” », Le Monde, le 28 juin 2018 et Patricia Jolly, « Total interpellé sur sa responsabilité dans le changement climatique », Le Monde, 23 octobre 2008. []
  16. Sébastien Michon, « Les effets des contextes d’études sur la politisation », Revue française de pédagogie, n°163, 2008, pp. 63-75. []
  17. Nina Eliasoph, Avoiding Politics. How Americans Produce Apathy in Everyday Life, Cambridge University Press, 1998. []
  18. Le politique peut s’avérer très coûteux pour les dirigeants d’entreprises, comme le rapporte un patron engagé avec le FN, dans Mickaël Ciccotelli, « « Quand vous avez votre tête sur une affiche… ». L’engagement patronal au Front national, un investissement à la rentabilité très incertaine », Michel Offerlé éd., Patrons en France. La Découverte, 2017, pp. 503-515. []
  19. Il est possible de faire un parallèle avec la thèse de Marianne Blanchard, selon laquelle faire des entretiens avec le personnel des écoles commerce relève d’un exercice plutôt ardu en raison de leur volonté de « se protéger des regards extérieurs » et ainsi préserver leur capital symbolique, dans Marianne Blanchard, ((Socio-histoire d’une entreprise éducative : le développement des Ecoles supérieures de commerce en France (fin du XIXe siècle-2010), thèse pour le doctorat de sociologie, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS), 2012, p. 45. []
  20. La logique de compétition entre les écoles doit se comprendre dans ce phénomène de réputation, car « les cadres sont sensibles au fait que la hiérarchie des grandes écoles détermine des privilèges et des formes de mépris » dans François Dubet, « Les cadres et le sentiment de justice », Olivier Cousin et Guy Groux (dir), Les Cahiers du GDR Cadres, n°10, 2005, Paris, France, p. 14. []
  21. Entretien avec Anaïs, 21 ans, fille de restaurateurs, association humanitaire. []
  22. Muriel Darmon, « « Faire » scientifique, « faire » commercial », Classes préparatoires. La fabrique d’une jeunesse dominante, La Découverte, 2015, pp. 241-302. []