« Nous précariser, c’est précariser l’information »

Etude qualitative de l’insertion dans une profession précaire

Aude Lebrun, mémoire de master 1 dirigé par Samuel Bouron, Université Paris-Dauphine, 2020

Réalisé à partir de son mémoire de master 1, l’article d’Aude revient sur les difficultés d’entrée dans le monde professionnel du journalisme. Elle souligne les possibles conséquences de cette entrée, non seulement sur les jeunes journalistes mais aussi sur l’information qu’iels produisent.


Hergé, Les Aventures de Tintin, reporter du « Petit Vingtième », au pays des Soviets

« Nous précariser, c’est précariser l’information ». Elisa, vingt-cinq ans, pigiste1 depuis moins d’un an lors de notre deuxième entretien, lance cette phrase au sein d’une réflexion sur les conséquences de la précarisation de certaines professions, notamment celle du journalisme. Possédant des frontières historiquement floues, le journalisme est reconnu par les pouvoirs publics par la possession de la carte de presse2 : ses détenteur.rice.s représentent ainsi l’ensemble des travailleur.se.s dont la majorité des revenus provient d’une activité ayant valeur d’information selon la CCIJP. Ladite commission délivre chaque année des statistiques quant aux caractéristiques socio-professionnelles des « encartés »3, révélant une proportion importante de pigistes notamment chez les jeunes journalistes. Parmi les renouvellements de carte en 2019, 20% étaient des pigistes et 4% des demandeurs d’emploi4. Si le statut de pigiste peut parfois être déclaré comme choisi, Alain Accardo montrait dès la première publication des journalistes précaires5 qu’il s’avère dans la majorité des cas être subi, créant des situations d’instabilité professionnelle et financière. Dès lors, la conscience de l’existence de cette précarité par les étudiant.e.s et les jeunes journalistes les incite à développer des stratégies – tant estudiantines, professionnelles que personnelles – pour s’adapter le plus possible au monde professionnel qu’ils aspirent intégrer. Ces comportements peuvent avoir des conséquences sur leurs vies personnelles, mais aussi – ou partant – sur leurs productions journalistiques.

Ce propos vise ainsi à interroger la façon dont les étudiant.e.s et les jeunes journalistes tentent de s’insérer professionnellement dans un tel contexte et les conséquences que ces adaptations ont sur leurs productions.

Il se base sur un terrain d’enquête qualitatif, majoritairement constitué d’entretiens biographiques avec des étudiant.e.s ayant suivi des formations dans des écoles reconnues par la profession et par l’Etat6 et des journalistes en cours d’insertion. Ces matériaux recoupent l’ensemble des médias : télévision, radio et presse écrite, avec une prédominance pour la radio. Ils se limitent cependant aux rédactions nationales. De ce fait et du fait que les écoles se limitent à celles qui sont reconnues, l’enquête étudie la formation et l’insertion dans le monde du journalisme « par le haut ». Des entretiens ont également été réalisés avec les responsables de ces formations et des personnes en charge du recrutement au sein des rédactions nationales.

*

Entrer dans le « monde du journalisme » par la « grande porte » au sens de Dominique Marchetti et Géraud Lafarge7 requiert des étudiant.e.s qu’ils et elles se plient à – et réussissent – l’exercice réputé difficile des concours des écoles. Acceptant des candidat.e.s à partir de la L3, ces concours sont constitués d’épreuves écrites et orales, valorisant la possession de capital culturel à dominante scolaire mais aussi d’un capital culturel qui « n’est pas certifié scolairement »8. Il est attendu des candidat.e.s qu’ils et elles aient la capacité de répondre à des questions d’actualité, de culture générale, mais aussi de se plier à des exercices de rédaction et de réflexion similaires à ceux des professionnel.le.s. Celles et ceux qui parviennent à se démarquer lors de ces épreuves sont ainsi les plus « adapté.e.s » à cet espace professionnel, ayant joui d’une socialisation proche de ces milieux et/ou ayant bénéficié de l’occasion de gagner en expérience lors de stages. Les portes sont donc fermées socialement, et imposent aux élèves la nécessité d’une compétition avant même l’entrée au sein de l’école. La prise de conscience de la précarité de la profession semble donc se faire tôt dans les parcours estudiantins, mais la rhétorique de la « vocation » est régulièrement mobilisée pour justifier la persévérance au sein de ce milieu.

Aude : C’est fou quand même, après autant d’études de se retrouver dans une telle situation.

Elisa : En fait ce qui est terrible c’est qu’on l’a accepté depuis le début, fin qu’on a été biberonnés à ça, mais je pense que dans toutes les écoles – dis moi si je me trompe – mais on sait que ça va être galère, c’est accepté, c’est ça qui est terrible.

Elisa, vingt-cinq ans, pigiste

Si la « précarité » peut se voir considérée comme un concept valise en sciences sociales, on l’utilise ici au sens de Serge Paugam comme une « intégration incertaine » où « l’instabilité de l’emploi ne s’accompagne pas d’une insatisfaction dans le travail »9. Les jeunes journalistes se retrouvent confronté.e.s – parfois pour la première fois du fait de leurs origines sociales majoritairement favorisées – à une instabilité dans l’emploi lors des piges et à des difficultés économiques, ces deux dimensions pouvant se retrouver dans d’autres aspects de leurs vies, par exemple pour se loger :

Bastien : Trouver un logement à Paris quand t’es pigiste, ce qu’aucun de mes potes à réussi à faire pour le moment. Même moi en CDD si je cherche, aucune chance. Mais zéro chance. Du coup en gros, soit tu falsifies… En vrai y’en a beaucoup qui font ça, c’est con mais…

Bastien, vingt-trois ans, CDD à l’AFP (Agence France Presse)

Les étudiant.e.s et jeunes journalistes tentent alors de sortir de cette précarité ou de limiter ses conséquences en optimisant leurs chances d’être titularisé.e.s dans une rédaction. Pour ce faire, la plupart d’entre elles et eux développent des comportements compétitifs : il s’agit d’être « meilleur.e que les autres »10 pour avoir ces postes. Or cette compétition limite les possibilités de solidarités, de mobilisations collectives au sein de la profession : il est matériellement difficile pour un.e pigiste de faire grève, puisqu’il ou elle peut rapidement être remplacé.e par un.e autre pigiste par la rédaction. Ce phénomène profite finalement principalement aux entreprises de presse. Pour ces dernières, les jeunes pigistes peuvent représenter d’une certaine façon une « armée de réserve »11, un stock d’individus interchangeables en compétition, favorisant notamment la baisse des salaires de ces derniers. Alain Accardo utilise cette expression en disant que cela a « contribué à affaiblir les revendications des salariés et aiguiser leurs divisions internes pour les dresser les uns contre les autres »12. Alors, les jeunes journalistes peuvent plus facilement accepter de « boucher les trous » des rédactions13, à l’exemple d’Alexandre qui s’est éloigné progressivement de sa formation initiale de reporter en acceptant des « à-côté » pour gagner sa vie.

Alexandre : Même si t’as fais tous les diplômes y’a quand même ce truc de se dire : « est-ce que je peux y arriver ? » Donc je m’étais dit : « fais ce qu’on te propose comme ça, ça t’élargit, t’as plus de cordes à ton arc », machin. Donc je me suis retrouvé avec ce deuxième poste, au bout d’un moment on m’en a proposé un troisième […] Donc je me suis retrouvé avec tous ces postes, et puis le reportage bah progressivement forcément ça descend quoi, y’en a de moins en moins. Mais tout ça, ça c’est fait sur deux ans, deux ans et demi quelque chose comme ça.

Alexandre, vingt-cinq ans, pigiste régulier pour RMC

Finalement, ces conditions structurelles de vie et de travail des jeunes journalistes ont des  conséquences sur la qualité de l’information qu’ils vont produire. La nécessité de produire de l’information dans l’urgence et pour l’argent éloigne cette profession de l’idéal démocratique qu’on lui exige et auquel elle aspirait historiquement. Si ces conditions ne sont pas nécessairement crées par les entreprises de presse, le fait qu’elles leur profitent semble limiter les tentatives de lutter contre cette précarité de la part des rédactions. Toutes possèdent leur « vivier de pigiste »14 aux statuts précaires – pigistes, étudiant.es en alternance ou encore stagiaires. Leur vulnérabilité et la concurrence plus ou moins implicite qui s’établit entre elles/eux les amènent à manifester la disponibilité la plus complète possible. Le cumul d’emploi et la surcharge de travail sont monnaies courantes pour les jeunes journalistes, ce qui favorise la production d’une information « bâclée » et « tournée sur elle-même »15 : les journalistes n’ayant ni le temps ni les moyens de recueillir l’information sur le terrain se retrouvent souvent contraints de baser la production de leur information sur ce qui a été produit par d’autres journalistes16.

*

L’insertion professionnelle des jeunes journalistes se voit ainsi marquée par la confrontation à une forme particulière de précarité, celle de l’instabilité et de l’incertitude. Ils et elles se retrouvent alors à la merci des rédactions dans lesquelles ils aspirent à travailler, prenant le risque de perdre en qualité informationnelle dans leurs travaux. Le cas de la précarité dans le journalisme interroge plus largement l’insertion professionnelle dans certains secteurs, notamment ceux en lien avec « l’intelligentsia »17 ou les professions culturelles, artistiques et intellectuelles, et sur les conséquences que ces changements structuraux peuvent avoir sur la qualité des productions.

  1. Journaliste payé à l’article, qui n’est pas embauchée en tant que salarié·e au sein d’une entreprise de presse. []
  2. Attribuée chaque année par la Commission de la carte d’identité des journalistes professionnels CCIJP []
  3. Terme utilisé par les journalistes pour décrire les détenteur.rice.s de la carte []
  4. Voir le site de la CCIJP []
  5. Accardo, Alain et al. Journalistes Précaires, Le Mascaret, 1998 []
  6. Elles sont au nombre de 14 en France []
  7. Lafarge, Géraud, et Dominique Marchetti. « Les portes fermées du journalisme. L’espace social des étudiants des formations « reconnues » », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 189, no. 4, 2011, p. 74 []
  8. Bouron, Samuel. Apprendre à penser comme un journaliste. Construction sociale des catégories de connaissances professionnelles et division du travail journalistique. Thèse préparée au CURAPP-ESS, 2014. p. 307 []
  9. Paugam, Serge. Le salarié de la précarité. Les nouvelles formes de l’intégration professionnelle. Presses Universitaires de France, Paris, 2007, 464 pages. []
  10. Expression utilisée principalement par les directeurs de rédaction []
  11. Marx, Karl. Le Capital. Critique de l’économie politique. Verlag Von Otto Meisner, 1867 []
  12. Accardo, Alain. Op. Cit. p. 259 []
  13. Expression régulièrement utilisée par les membres des entreprises de presse en entretiens []
  14. Expression utilisée tant par les jeunes journalistes que par les rédactions lors des entretiens []
  15. Cagé, Julia, Nicolas Hervé, et Marie-Luce Viaud. L’information à tout prix. INA. Médias et Humanité. Paris, 2017 []
  16. Sur la question voir Gilles Balbastre, « Une information précaire », Actes de la recherche en Sciences Sociales, n°131-132, 2000, pp. 83-85 []
  17. L’expression « d’intelligentsia précaire » est empruntée à Alain Accardo []

Construction et (dé)politisation de la question écologique


Ce que la campagne municipale parisienne de 2020 fait à un « enjeu valise »

Amélie Carrier, Mémoire de Master 1 dirigé par M. Éric Agrikoliansky, Université Paris Dauphine, 2020.

Amélie Carrier est étudiante en Master 2 Politiques publiques et opinion. Elle revient ici sur quelques résultats de son mémoire de Master 1 portant sur la construction et la (dé)politisation de la question écologique par les formations politiques en concurrence pour la Mairie de Paris en 2020.

« Tu peux pas, aujourd’hui, en 2020, gagner une élection si t’as pas un tenant cosmétique ou non sur l’écologie dans ton programme »

Extrait d’entretien avec Clémence, collaboratrice des élu.e.s écologistes à la Mairie de Paris, 26/01/20

Manifestement appropriée par nombre de formations politiques, ce mémoire s’interroge sur ce qui est fait à la question écologique durant la campagne municipale parisienne de 2020. Quelles sont les formations politiques, qui, durant la campagne électorale, se saisissent de l’enjeu, et quelles sont leurs façons de le construire ? En quoi cette « période extraordinaire »1 contribue-t-elle à le faire, le défaire et le refaire ? Au-delà de la situation de compétition, comment met-elle en lumière la manière dont les organisations partisanes fabriquent leurs propositions écologistes ?

Dans une perspective d’histoire sociale des idées politiques, ce travail souhaite éviter la réduction des idées politiques aux doctrines partisanes pour comprendre leurs différents usages et saisir leurs processus de fabrication et d’appropriation2. Dans un contexte de campagne électorale, cette approche permet de rendre compte du « sens investi dans les programmes »3. Ce contexte particulier est quant à lui étudié « au concret »4 : les outils de l’ethnographe permettent de se détacher de l’analyse des effets de la campagne dans l’orientation du vote pour s’intéresser à la manière dont les enjeux de campagne sont construits et (dé)politisés. Ainsi la sociologie de la politisation et celle de la construction des problèmes publics constituent-elles les principales sources d’inspiration de ce travail, permettant d’analyser les processus de cadrages et de luttes définitionnelles5 dont la question écologique fait objet.

Méthodologie
La recherche s’appuie sur divers matériaux empiriques. Elle se fonde d’abord sur l’analyse textuelle des programmes politiques et de la constitution des listes de six formations politiques en concurrence : S. Federbush (RN), R. Dati (LR), B. Griveaux puis A. Buzyn (LREM), C. Villani (ex-LREM), A. Hidalgo (PS) et D. Belliard (EELV). A ces matériaux s’ajoute l’observation des événements de campagne de ces listes (dix-sept au total). Si ces matériaux empiriques sont relativement accessibles, l’organisation du travail d’enquête a été contraint par le rythme de la campagne et de ses événements, ainsi que par les informations disponibles à leur propos. La difficulté à trouver certaines d’entre elles concernant la tenue des événements, malgré la présence des candidats sur les réseaux sociaux, souligne à quel point une partie de la campagne ne semble pas avoir vocation à être pleinement publique.  Ce travail se fonde également sur l’analyse d’un corpus de cinquante-huit articles du quotidien Le Parisien recouvrant la période électorale. L’objectif n’est pas tant d’étudier les effets de l’appropriation de la question par le champ médiatique que de saisir les dynamiques produites par la compétition électorale et ses temps forts dans la construction et la politisation de cette dernière. Enfin, huit entretiens semi-directifs avec des colistièr.e.s ou participant.e.s à la campagne d’EELV et de LREM ont été réalisés pour établir une analyse croisée des rouages de la fabrication de leurs idées écologistes. S’attarder sur les processus d’élaboration idéels présente également un intérêt méthodologique : ils permettent, en entretien, d’aborder les idées de manière détournée et ainsi d’atténuer les risques d’imposition de problématique. En outre, « parce que nous nous passionnons, en effet pour nos croyances politiques […] bien autrement que pour les choses du monde »6, s’intéresser à la politisation de l’enjeu écologique exige un important travail de déconstruction des prénotions concernant les formations politiques en elles-mêmes et la manière dont elles ont pu, dans d’autres contextes, aborder la question.

Si l’intérêt porté à la question écologique est né dans un espace précis de l’échiquier politique, ce mémoire montre qu’il le traverse durant la campagne municipale parisienne. Cette circulation est rendue possible par le flottement définitionnel de l’écologie. Elle se fait toutefois au prix de sa dépolitisation. Si la campagne électorale est l’occasion de sa conflictualisation et de « luttes définitionnelles » politisantes, sa repolitisation n’est que relative et paraît être le fruit de l’événement campagne. L’analyse comparée des instances de production idéelles de LREM et EELV permet quant à elle de ne pas réduire la campagne électorale à une simple situation de compétition. Ces instances et plus généralement la structure des organisations partisanes influencent grandement la nature et la forme des idées écologistes. Cet article se contentera toutefois de mettre en lumière certains vecteurs de (dé)politisation de celles-ci employés par LR, LREM et EELV.

*

Si les différentes formations politiques en concurrence n’accordent pas la même importance à l’écologie dans leurs programmes et leurs événements, en termes de hiérarchie, de contenu ou de temps, sa circulation de part et d’autre de l’échiquier politique n’en demeure pas moins manifeste. Cette circulation est rendue possible par le flottement définitionnel de l’écologie. Il permet aux formations politiques en concurrence de l’investir de manière différenciée : la question écologique est un enjeu valise. Ainsi, la droite a tendance à réduire l’écologie à des problèmes de bien-être et de pollution (de l’air, sonore ou visuelle), réduction critiquée par la gauche et surtout les Verts qui dénoncent un « problème systémique ».

Ces jeux de réduction et de sélection facilitent la mise en conformité du problème avec la ligne partisane de chacun.e. En réduisant le problème écologique à celui des pollutions, la droite fait de l’écologie la défense d’un « cadre de vie » pour « les familles ». Pour cela, elle propose par exemple d’ « assurer la sécurité et l’entretien de tous les espaces verts à commencer par les deux bois de Boulogne et de Vincennes », espaces « envahis de rats et de déchets » « abandonnés à tous les trafics ». Plus qu’écologiste, la proposition de la candidate vise la « reconquête » d’espaces dont elle estime avoir perdu le contrôle. Elle opère ainsi un travail d’ « acclimatation symbolique »7 chargé de rendre l’écologie compatible avec les canons de son parti. S’insérant dans un récit plus général, l’enjeu se voit politisé8. En outre, en tant que « période extraordinaire » – d’hyper-ritualisation, d’incertitude, et de durcissement des lignes de conflits, la campagne électorale est l’occasion d’échanges de coups entre les candidat.e.s, de mises en conflit de leurs positions et de tentatives de démarcations. Cette mise en lumière des clivages partisans, issus de la dynamique de campagne, contribuent à politiser la question écologique. 


Cette politisation paraît toutefois brève et circonstancielle : fruit de la campagne, elle apparaît lors de ses temps forts. En dehors de ces séquences de dissensus, l’écologie a tendance à se voir dépolitisée. De LR au PS, les candidat.e.s à la Mairie de Paris, pourtant inscrit.e.s dans les clivages politiques nationaux, essaient d’estomper leurs lignes partisanes à travers la rhétorique de terrain qui s’inscrit dans la tendance à la conception de plus en plus standardisée des politiques publiques à l’œuvre depuis les années 19909. Ce gommage des marqueurs politiques est renforcé par les cultures partisanes. Ainsi, le « pragmatisme » revendiqué par LREM, qui cherche à s’éloigner de la « vieille grammaire partitaire »10 associée à l’ « ancien monde », ne manque pas de s’appliquer à la question écologique :

« Le maire des villes c’est un maire du quotidien, pas un maire de l’idéologie […] Que vous soyez de droite ou de gauche, la ville a besoin d’être gérée de manière pragmatique, et sur l’écologie c’est exactement la même chose »

Candidat LREM pour le XIe arr.

Le flottement définitionnel de l’écologie se prête particulièrement à l’exercice de dépolitisation : se saisir de l’enjeu valise conduit LREM comme LR à se limiter à la sélection de certains problèmes précis (le manque d’espace verts, la pollution de l’air…). A l’inverse d’une montée en généralité qui politiserait l’enjeu, l’exercice de particularisation le dépolitise. En effet, le travail de spécification fait de l’écologie un terme formel, dont la substance est difficilement identifiable : celle-ci ne serait qu’une somme de problèmes isolés les uns des autres. La formulation d’une revendication cohérente auprès d’une institution publique unique peine ainsi à voir le jour. La multi-causalité du problème écologique, frein à son institutionnalisation, est alors gommée par l’identification des « activités humaines » comme étant à l’origine de la crise, « catégorie universalisante » qui revient à « dissoudre les responsabilités ». Ce cadrage dépolitisant présente la question écologique comme « relevant moins des décideurs que de tout un chacun »11. Ces candidat.e.s en appellent alors à une responsabilisation individuelle : l’ « écologie du quotidien » en sont les maîtres mots. Ainsi LREM propose l’instauration d’une « Plateforme 0 Carbone » qui « permettra à chacun de réaliser son bilan carbone personnalisé, et permettra le passage à l’action avec des solutions géo-localisées ». Elle participe alors à la construction d’un « problème public-privé »12 : ses prétendant.e.s à la Mairie de Paris, institution publique, « invitent les individus à se prendre eux-mêmes en charge ».

La dépolitisation de la question écologique par EELV est toutefois plus ambiguë. Le parti dénonce un « problème systémique » et refuse la substitution du terme « écologie » par le terme « environnement », préféré par R. Dati et A. Buzyn, qui suggère que la nature se réduit au cadre de vie des humains. La politisation de l’enjeu s’opère à la fois par un conflit sémantique et par la volonté de révision de notre relation aux autres êtres vivants présentée comme solution générale au problème écologique. Néanmoins, leur proposition de Coalition Climat avec le candidat C. Villani, défenseur d’une « écologie pragmatique », participe à la dépolitisation du problème.


Comprendre la teneur des propositions écologistes suppose toutefois de sortir de la situation de compétition introduite par le contexte de campagne électorale, pour s’intéresser aux rouages de leur fabrication. En effet, le fonctionnement des organisations partisanes et la division du travail intellectuel en leur sein façonnent ce que sont, in fine, les idées écologistes. La comparaison des instances de production idéelle de deux formations politiques, EELV et LREM, permet ainsi « d’ouvrir la boîte noire des programmes »13. On découvre alors que LREM est dotée d’une instance composée d’expert.e.s aux profils homogènes14, le Conseil parisien de l’Urgence climatique, qui a pour objectif d’élaborer les propositions écologistes de la liste. Si ces expert.e.s délivrent un discours technique et dépolitisant à l’égard de la question écologique, ils.elles ont pu proposer des mesures plus ambitieuses que ce que l’équipe de campagne a finalement inscrit sur le programme. Ces jeux de filtre sont révélateurs de la verticalité de l’organisation partisane, qui limite fortement le pouvoir du Conseil. De ce point de vue, l’organisation d’EELV est plus horizontale, et les membres qui composent les groupes de travail, instances phares de l’élaboration du programme, sont plus diversifié.e.s15. Parce que le parti a longtemps demeuré en marge de l’échiquier politique – n’étant pas en mesure de gouverner, il se contentait principalement de publiciser et de politiser les idées écologistes, il n’est pas rare que les adhérent.e.s et sympathisant.e.s EELV soient également des associatif.ve.s, militant.e.s ou activistes. La construction et la (dé)politisation de l’enjeu passent donc aussi par les membres qui le portent et l’incarnent.

 *

Le seul contexte organisationnel local peine à expliquer l’ensemble de ce qui est fait aux idées écologistes. D’une part, la production des idées à l’échelon local est influencée par le travail intellectuel des organisations partisanes au niveau national. D’autre part, la construction de la question est orientée par le contexte social plus large (score d’EELV aux élections européennes de 2019, Grèves pour le Climat, mouvement des Gilets Jaunes). Mesurer l’influence de ces phénomènes sur la construction et la politisation de l’enjeu est toutefois un exercice complexe : comment certifier que tel.le candidat.e fait consciemment preuve d’intertextualité ? Enfin, l’étude du seul champ politique est insuffisante : saisir le rôle du champ médiatique paraît nécessaire pour apprécier pleinement la carrière des idées écologistes lors de la campagne électorale.

Bibliographie

Agrikoliansky Eric, Heurtaux Jérôme, Le Grignou Brigitte (dir.), Paris en campagne : les élections municipales de mars 2008 dans deux arrondissements parisiens, Editions du Croquant, 2010
Bué Nicolas, Fertikh Karim, Hauchecorne Mathieu (dir.). Les programmes politiques. Genèses et usages, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Res Publica », 2016, 261 p
Cadiou Stéphane, Douillet Anne-Cécile, « L’action publique en campagne », La Vie des Idées, 2020
Comby, Jean-Baptiste, La question climatique. Genèse et dépolitisation d’un problème public, Paris, Raisons d’Agir, 2015, 250 p
Cos, Rafaël. « La carrière de « la sécurité » en milieu socialiste (1993-2012). Sociologie d’une conversion partisane », Politix, vol.  126, no. 2, 2019, pp. 135-161
Durkheim, Emile. Les règles de la méthode sociologique, Paris : Les Presses Universitaires de France, 16e édition, Bibliothèque de Philosophie contemporaine, 1967 [1894], 154p.
Fretel, Julien. « Un parti sans politique. Onomastique d’une innovation partisane : En Marche ! », Mots. Les langages du politique, vol. 120, no. 2, 2019, pp. 57-71
Gusfield, Joseph. La Culture des problèmes publics. L’alcool au volant : la production d’un ordre symbolique, Paris, Économica, « Études sociologiques », 2009 [1981], 364p.
Neveu, Érik. « Chapitre 7 – Dire adieu à la culture des problèmes publics ? », , Sociologie politique des problèmes publics. sous la direction de Neveu Érik. Armand Colin, 2015, p. 217242
Rioufreyt, Thibaut. « Ce que parler politique veut dire. Théories de la (dé)politisation et analyse du discours politique », Mots. Les langages du politique, vol. 115, no. 3, 2017, pp. 127-144
Rioufreyt, Thibaut. « La mise en politique des idées. Pour une histoire sociale des idées en milieu partisan », Politix, vol.  126, no. 2, 2019, pp. 7-35


  1. Agrikoliansky Eric, Heurtaux Jérôme, Le Grignou Brigitte (dir.), Paris en campagne : les élections municipales de mars 2008 dans deux arrondissements parisiens, Editions du Croquant, 2010. []
  2. Rioufreyt, Thibaut. « La mise en politique des idées. Pour une histoire sociale des idées en milieu partisan », Politix, vol.  126, no. 2, 2019, pp. 7-35 []
  3. Bué Nicolas, Fertikh Karim, Hauchecorne Mathieu (dir.). Les programmes politiques. Genèses et usages, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Res Publica », 2016, 261 p []
  4. Agrikoliansky Eric, Heurtaux Jérôme, Le Grignou Brigitte, op. cit. []
  5. Gusfield, Joseph. La Culture des problèmes publics. L’alcool au volant : la production d’un ordre symbolique, Paris, Économica, « Études sociologiques », 2009 [1981], 364p. []
  6. Durkheim, Emile. Les règles de la méthode sociologique, Paris : Les Presses Universitaires de France, 16e édition, Bibliothèque de Philosophie contemporaine, 1967 [1894], 154p. (citation p. 32 []
  7. Cos, Rafaël. « La carrière de « la sécurité » en milieu socialiste (1993-2012). Sociologie d’une conversion partisane », Politix, vol.  126, no. 2, 2019, pp. 135-161 []
  8. Rioufreyt, Thibaut. « Ce que parler politique veut dire. Théories de la (dé)politisation et analyse du discours politique », Mots. Les langages du politique, vol. 115, no. 3, 2017, pp. 127-144. []
  9. Cadiou Stéphane, Douillet Anne-Cécile, « L’action publique en campagne », La Vie des Idées, 2020. []
  10. Fretel, Julien. « Un parti sans politique. Onomastique d’une innovation partisane : En Marche ! », Mots. Les langages du politique, vol. 120, no. 2, 2019, pp. 57-71. []
  11. Comby, Jean-Baptiste, La question climatique. Genèse et dépolitisation d’un problème public, Paris, Raisons d’Agir, 2015, 250 p. []
  12. Neveu, Érik. « Chapitre 7 – Dire adieu à la culture des problèmes publics ? », , Sociologie politique des problèmes publics. sous la direction de Neveu Érik. Armand Colin, 2015, p. 217242 []
  13. Bué Nicolas, Fertikh Karim, Hauchecorne Mathieu op. cit. []
  14. Sur les 11 rédacteur.ice.s principaux.ales, tous.tes sont diplômé.e.s du supérieur, 7 d’une grande école (écoles de commerce, Sciences Po…). Autant sont expert.e.s, consultant.e.s, directeur.ice.s d’entreprise en RSE ou entrepreneur.se.s. []
  15. Au sens où les adhérent.e.s au parti peuvent y participer, selon leurs centres d’intérêts et/ou compétences. []