La police, actrice impensée du changement urbain

Ilaria, mémoire de master 1 dirigé par Eleonora Elguezabal, Université Paris-Dauphine, 2021

« Je me souviens qu’à l’automne dernier, des ami·es ont commencé à vivre de manière violente l’intensification des descentes de police sur la gare, voyant les marchandises confisquées, des gens se faire contrôler et parfois embarquer. On ressentait la présence policière comme une occupation, un verrouillage de l’espace du parvis de la gare, pour une heure ou plus, parfois plusieurs fois par jour. »1

Mon choix de travailler sur les changements urbains à Saint-Denis dans le cadre de la préparation des Jeux Olympiques 2024 a été largement déterminé par la répression des vendeur.se.s informel.le.s du parvis de la gare à l’automne 2017, dont j’ai pu être témoin alors que j’étais étudiante en licence à Paris 8. Il s’agira ici de démontrer le rôle, souvent oublié en sociologie urbaine, de l’institution policière dans les processus de changements urbains : celle-ci, en effet, peut être analysée comme un acteur urbain à part entière capable de faire peser ses revendications et de collaborer avec d’autres organisations au développement de la ville. 

Les résultats que je vais exposer sont tirés de mon mémoire de M1 La structuration urbaine et sociale de la ville par les intérêts capitalistes. Transformations urbaines et éviction des populations « indésirables » à Saint-Denis en perspective des Jeux Olympiques 2024. Un stage d’observation de deux semaines effectué au printemps 2020 dans un commissariat de la petite couronne parisienne fournit l’essentiel du matériel utilisé pour la rédaction de ce texte.

Une répression contre les populations “indésirables” afin de protéger la valeur du territoire

Il faut alors, en un premier temps, établir sur qui s’exerce l’action policière : elle prend pour cible ce que Fabien Jobard définit comme une clientèle policière2, c’est-à-dire une série d’individus qui par des caractéristiques propres (notamment le genre, la race et les attributs de classe) sont les sujets principaux de l’action des forces de l’ordre. Des multiples clientèles policières existent (c’est le cas, par exemple, des SDF3 ou des prostituées4), et parmi elles celle qui m’intéresse ici se constitue des jeunes hommes racisés aux conditions de vie modestes.

Le langage quotidien – mais aussi les pratiques – des policier•e•s confirment cette construction de la population racisée et précaire de banlieue en tant que population indésirable – et, aussi, dangereuse. Par exemple, lorsque j’observe une agente du service d’enquête s’occuper d’un flagrant délit sur une enquête pour recel de vol, elle me confie son ressenti sur la population maghrébine : « je n’ai rien contre eux mais quand il y a du recel [de vol] c’est toujours eux »5. En se protégeant des accusations de racisme, par son affirmation « je n’ai rien contre eux », l’agente montre que sa formation6 et sa socialisation7 au sein de la police lui a appris à criminaliser les immigrés arabes de première et deuxième génération.

Un autre élément saisissant dans la désignation d’une population comme indésirable par la police est celui de déshumanisation des habitant•e•s des quartiers populaires accueillant un fort taux de descendant•e•s de l’immigration ou d’immigré•e•s de première génération. Ce procédé a été aussi démontré par des sociologues des forces de l’ordre – comme Didier Fassin8 ou Mathieu Rigouste[10]9. Les individus racisés sont appelés « animaux », comme dans le cas de la préparation d’une audition par une agente, à laquelle j’ai assisté. Pendant qu’elle écrivait les questions à soumettre au gardé à vue, la policière exclame :

« Il a quoi dans sa fouille cet animal ? » […] Il est forcément connu [des services de police] cet animal, c’est une petite merde »[11].

Une des raisons qui font de cette population une clientèle policière est qu’elle met en danger l’image sociale des espaces urbains, et donc l’attractivité du territoire. Elle rend visible la misère sociale et donc le territoire devient moins attractif pour les individus des classes moyennes et supérieures :

« (Bien) vendre la ville implique aussi de la « nettoyer » de ses populations et de ses pratiques indésirables. La promotion de la safe city, sûre, propre, durable, deviendrait un impératif des politiques urbaines pour attirer les groupes sociaux les mieux dotés. »10

Les forces de l’ordre se font alors les défenseures de la valeur marchande des espaces de la ville. Si cette population faisait déjà preuve d’une répression policière, celle-ci s’intensifie pendant les processus de gentrification ou de rénovation urbaine : c’est-à-dire alors que le terrain acquiert une nouvelle valeur, qui est désormais à défendre. Les vendeur.se.s informel.le.s du parvis de la gare de Saint-Denis, alors qu’ils et elles pouvaient être sujets à des contrôles policiers sporadiques, deviennent les sujets d’une répression forte et quotidienne qu’en 2017 : au moment où le projet de rénovation de la gare est officialisé. 

La police protège les espaces de la ville, mais aussi les fonctions que les pouvoirs publics lui ont attribuées : elle se livre donc à la répression de toute réappropriation spatiale, comme la permanence de jeunes hommes dans les halls d’immeuble qui a été construite comme problème public11, et notamment en tant que délit punissable de 2 mois d’emprisonnement et d’une amende de 3 750 euros12 ; ou comme la vente à la sauvette qui a été, elle aussi, construite en tant que délit punissable de six mois d’emprisonnement et de 3 750 € d’amende13. Ces règlements visent en particulier les personnes racisées des quartiers populaires, et notamment des hommes14.

Il est alors possible d’émettre l’hypothèse que le renforcement des organes répressifs municipaux à Saint-Denis, voulu par le nouveau maire PS, a aussi comme but de faciliter le renouvellement de population qui sera causé par les transformations de l’urbanisme entrepris à l’horizon de 2024. En effet, la campagne électorale de Mathieu Hanotin pour les élections municipales de 2020 met particulièrement en avant les aspects de sécurité. Selon un de ses tracts de campagne :

« Nous proposons un changement de philosophie dans la politique de sécurité de la ville. Nous pensons que la responsabilité du Maire et de son équipe est de s’engager sur tout ce qui empoisonne le quotidien des habitant·e·s. […] La réappropriation et l’apaisement des espaces publics, la lutte contre le « tourisme » de la drogue et la sécurisation des écoles et des parcs constitueront nos principaux objectifs. »15

A l’échelle des deux prochaines années, la nouvelle municipalité vise à renforcer l’appareil sécuritaire dionysien notamment en augmentant les effectifs de la police municipale : actuellement composée de 40 agent•e•s, 120 nouvelles embauches sont prévues – tout comme la création d’une brigade de nuit. De plus, la police municipale dionysienne qui jusqu’à aujourd’hui n’a pas été armée, le sera bientôt (la Mairie n’a pas encore donné de date précise, elle est aujourd’hui au stade du marché public). Aussi, 150 nouvelles caméras seront installées sur la commune, et un centre de visionnage sera créé afin de pouvoir visualiser les images en direct. Enfin, les réappropriations de l’espace public sont criminalisées : des interdictions concernant la consommation d’alcool et de la chicha sur la voie publique ont été émises. Mathieu Hanotin affirme également lors de sa campagne vouloir mener une « lutte contre la vente à la sauvette »16. Ces mesures témoignent de la volonté de réprimer les appropriations spatiales par les membres jeunes et racisés des classes populaires, plus enclins à ces pratiques. Le fonctionnement de la police nationale, qui contrôle et évince les populations considérées comme indésirables17, correspond donc en ce cas à la volonté du maire de Saint-Denis – qui, selon ses annonces, se concrétisera par l’action de la police municipale, bientôt renforcée pour ce qui concerne ses effectifs et leurs équipements.

Un rôle peu visible mais institutionnalisé

Le rôle de la police dans la structuration de la ville a aussi un côté institutionnel, par l’existence de services comme celui du délégué cohésion police-population (DCPOP) au sein des commissariats. Celui-ci est composé par des anciens fonctionnaires de police aujourd’hui à la retraite, qui font partie de la réserve civile. Les missions du DCPOP sont multiples. 

(1) Participer en tant que conseillers et experts dans les réunions municipales et des EPT, notamment dans le cadre du Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD18 ) : une instance de dialogue entre municipalité et commissariat. Au sein du CLSPD, présent dans toutes les municipalités de plus de 10 000 habitant•e•s, les Mairies peuvent demander des données quantitatives et qualitatives aux forces de l’ordre afin de penser des plans pour l’amélioration de l’image de la ville. Également, les policier•e•s peuvent exprimer dans ce cadre leurs revendications sur le mobilier urbain, qui les limite parfois dans leurs actions. (2) Le DCPOP s’occupe aussi des relations avec les bailleurs sociaux, afin d’assurer un contrôle accru dans certains quartiers quand ceux-ci les demandent. (3) Enfin, le DCPOP s’occupe des relations avec les commerçants de la ville. Il peut assumer un rôle de conseiller sécurité et de système d’information, autour du programme CESPPLUSSUR19 : mis en place par la Police nationale, il sert à partager des conseils et des informations relevant du domaine de la sécurité avec les commerçant.e.s. L’existence du DCPOP traduit l’influence de l’expertise et des revendications de la police sur l’urbanisme de la ville. Par exemple, les technologies du maintien de l’ordre demandent aussi des projets d’aménagement, comme dans le cas de l’installation de nouvelles caméras de surveillance : et là réside le second exemple de la façon dont le maintien de l’ordre structure la ville. Selon une formule très parlante d’Élodie Lemaire dans l’introduction de son ouvrage L’œil sécuritaire :

« Depuis une dizaine d’années, j’ai eu l’impression que ce regard technologique envahissait les paysages urbains. Progressivement, des yeux se sont greffés sur les murs des bâtiments et ont colonisé les hauteurs des lampadaires. »20

Il est alors possible d’affirmer que la police joue un rôle non-négligeable dans les modifications urbaines, en coopération avec les municipalités – comme le montre le cas de la préparation des Jeux Olympiques. Notamment, l’appel à projet Flash  conçu pour cette échéance vise à développer des technologies de gestion des foules et de surveillance (comme des caméras qui permettent d’avoir une image synthétique des données visuelles visibles et thermiques). Un développement législatif accompagne ce premier mouvement, car la loi Sécurité Globale (LSG), adoptée le 15 avril 2021, a été aussi pensée dans la perspective des Jeux Olympiques – notamment pour ce qui concerne les enjeux liés à la sécurité privée. Sur le site viepublique.fr, géré par la direction de l’information légale et administrative (c’est-à-dire une administration placée sous le Premier Ministre) ce lien s’exprime selon la formule suivante :

« Le secteur de la sécurité privée “en pleine croissance” est “un maillon essentiel du continuum de sécurité” selon les auteurs du texte. Dans le cadre notamment de la préparation de grands événements comme la Coupe du monde de rugby en 2023 et les Jeux olympiques de 2024, plusieurs mesures intéressent les sociétés de sécurité privée et renforcent leur contrôle. »21

Lien qui ne peine pas à mobiliser des multiples militants, comme cela a été visible dans le cadre de la mobilisation contre la loi LSG à l’automne 2020.

  1. Collectif Chouettes Brochettes, « Brochettes à la sauvette. Vendre, vivre et courir à la gare de Saint-Denis », Jef Klak, 27 septembre 2018.  []
  2. Fabien Jobard, « Peurs entretenues. Quand la police fait l’armée, l’armée fait la police », Vacarme, vol. 30, no. 1, 2005, pp. 60-62. []
  3. Emmanuel Soutrenon, « Faites qu’ils (s’en) sortent… À propos du traitement réservé aux sans-abri dans le métro parisien », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 136-137, no. 1-2, 2001, pp. 38-48. []
  4. Gwénaëlle Mainsant, « Contrôle policier et définitions de la prostitution », Ethnologie française, vol. vol. 43, no. 3, 2013, pp. 485-493. []
  5. Journal de terrain 24/04/2021. []
  6. Cédric Moreau de Bellaing, « Comment la violence vient aux policiers. École de police et enseignement de la violence légitime », Genèses, vol. 75, no. 2, 2009, pp. 24-44. []
  7. Didier Fassin, La force de l’ordre. Une anthropologie de la police des quartiers, Le Seuil, Paris, 2011. []
  8. Idem. []
  9. Mathieu Rigouste, La domination policière : Une violence industrielle, Paris, La Fabrique, 2012. []
  10. Gilles Pinson et Hélène Reigner, « Introduction. Politiques urbaines et (in)justice spatiale », Sociétés contemporaines, vol. 107, no. 3, 2017, p. 12. []
  11. Laurent Bonelli, La France a peur, Paris, La Découverte, 2010. []
  12. Code de la construction et de l’habitation, Article L126-3. []
  13. Code Pénal, Article 446-1. []
  14.  Mathieu Rigouste, op. cit. []
  15. Tract de campagne de Mathieu Hanotin, Sécurité, à retrouver ici http://www.notresaintdenis.fr/securite.pdf . []
  16. Idem. []
  17. Magda Boutros, « La police et les indésirables », La vie des idées, 2018. []
  18. Pour approfondir la définition de ces outils de coproduction (entre police nationale et municipalités) de la sécurité voir (a) Richard Bousquet et Éric Lenoir, « Chapitre IV. Structures et dispositifs de la prévention de la délinquance », dans La prévention de la délinquance, Paris, Presses Universitaires de France, 2009, pp. 73-88. (b) Gilles Bentayou and Bilel Benbouzid, « L’urbanisme et ses études. Réflexions à partir de deux exemples de politiques d’aménagement urbain à Lyon », Histoire & mesure, XXIV-2 | 2009, 71-108. []
  19. Pour plus d’informations voir : https://inscription.cespplussur.interieur.gouv.fr/. []
  20. Élodie Lemaire, « Introduction », L’œil sécuritaire. Mythes et réalités de la vidéosurveillance, Paris, La Découverte, 2019, p. 7. []
  21. Viepublique.fr, « Proposition de loi pour une sécurité globale préservant les libertés », https://www.vie-publique.fr/loi/277157-loi-pour-une-securite-globale-preservant-les-libertes. []

Le polyamour ou l’égalité en trompe-l’œil : l’exemple du travail émotionnel et de care

Lucie Anselmi, « On est dans le renforcement des mêmes schémas… En changeant les mots. ». Rapports de pouvoir dans la communauté et les relations polyamoureuses en France. Mémoire de Master 1 dirigé par Céline Bessière, Université Paris-Dauphine, 2021. 

Le Bonheur, Agnès Varda (1965)

Dans le film Le Bonheur réalisé par Agnès Varda en 1965, François, un jeune menuisier, s’éprend d’une employée des PTT alors qu’il est marié et père de deux enfants. Refusant de choisir entre sa femme et sa maîtresse, il décide, sans révéler l’existence de la seconde à la première, de vivre parallèlement ces deux relations qui lui apportent chacune autant de bonheur. Si cette double vie lui procure une liberté sexuelle et émotionnelle, elle conduira son épouse, une fois mise devant le fait accompli, à mettre fin à ses jours. Le fait d’avoir, dans un premier temps, dissimulé cette relation à son épouse ne permet pas de la qualifier de polyamoureuse mais interroge la façon dont les dispositions émotionnelles genrées permettent d’adopter une attitude plus ou moins détachée vis-à-vis du pluripartenariat.

Le polyamour désigne en effet le fait d’entretenir plusieurs relations amoureuses et sexuelles parallèlement et repose sur les notions de transparence et d’honnêteté dans la mesure où cette forme de pluripartenariat a lieu avec le consentement de l’ensemble des partenaires. Il s’agit d’une non-monogamie dite « éthique ». S’il n’a pas fallu attendre que le concept de polyamour voie le jour pour que se développent, même marginalement, des formes de non-monogamie éthique, c’est à la fin des années 1980 que le terme de polyamour est forgé par des acteur•rice•s issu•e•s du milieu spirituel néo-païen1. Dans un second temps, l’idée de polyamour a progressivement séduit des individus extérieurs à ce milieu, dans la mesure où elle répondait à une contestation du couple exclusif entamée dès les années 1960 notamment dans les milieux féministe, queer ou anarchiste2.

Pouvant revêtir en pratique de multiples formes, les relations polyamoureuses sont bien souvent présentées par leurs adeptes en opposition au couple monogame (hétérosexuel) et comme étant libres et égalitaires.  La sociologue américaine Elisabeth Sheff a par ailleurs forgé la notion de « masculinité poly-hégémonique » en référence au concept de masculinité hégémonique de Raewyn Connell3 et face au constat suivant :

« Ce qui a distingué [dans son corpus] les masculinités poly, marginales et résistantes, de la masculinité hégémonique dominante est que les hommes poly épousent et, à des degrés différents, pratiquent des modes de relations plus égalitaires, sex-positifs et neutre en termes de genre en comparaison avec ceux qui caractérisent l’hégémonie dominante. Cela était évident dans leurs sexualités et leurs modes d’interaction émotionnelle. »4

La complexité des réseaux polyamoureux et l’interdépendance qui existe entre leurs membres rendent le travail émotionnel et de care encore plus nécessaire que dans les relations exclusives. Arlie Hochschild a défini le travail émotionnel comme la production ou la suppression de sentiments dans le but d’influer sur les sentiments d’autrui, et ce, afin de se conformer aux attentes de la société ou du contexte professionnel5. Dans le couple exclusif hétérosexuel et la famille traditionnelle, c’est sur les femmes que repose généralement cette charge émotionnelle ainsi que le travail de care, soit « l’ensemble des gestes et des paroles essentielles visant le maintien de la vie et de la dignité des personnes, bien au-delà des seuls soins de santé. Il renvoie autant à la disposition des individus – la sollicitude, l’attention à autrui – qu’aux activités de soin – laver, panser, réconforter, etc. »6 Ainsi, ces compétences, perçues comme inhérentes à la nature féminine, augmentent le temps d’activité des femmes7.

Or, il a été démontré qu’adhérer à l’égalité femmes-hommes au sein du couple (hétérosexuel) ne signifie pas qu’il n’existe pas d’inégalités de fait, en particulier en matière de partage du travail domestique qui se fait toujours largement au détriment des femmes8. Ce phénomène trouve son explication dans la socialisation de genre qui fait intérioriser aux femmes, dès l’enfance, un ensemble de gestes qu’elles reproduisent inconsciemment dans le cadre conjugal9. La croyance en l’égalité étant particulièrement forte et présente chez les polyamoureux•euses, cette contradiction a tendance à passer encore plus inaperçue10.

Comment est prise en charge la gestion des émotions et le travail de care dans les relations polyamoureuses, présentées comme égalitaires et où les hommes s’inscrivent en dehors des normes de masculinité dominantes ? 

Ce court article est basé sur mon mémoire de Master 1 dans le cadre duquel j’ai réalisé un total de treize entretiens semi-directifs auprès de personnes – sept femmes, cinq hommes et une personne s’identifiant comme non-binaire, âgé•e•s entre dix-huit et quarante-six ans – se reconnaissant dans la dénomination de polyamoureux ou polyamoureuse. Presque tou•te•s sont engagé•e•s dans des relations hétérosexuelles – seule l’une d’entre eux•elles n’en a pas et s’identifie comme lesbienne11. Ces entretiens ont été complétés par des observations participantes effectuées lors de trois « Cafés Poly », des groupes de parole destinés à des personnes touchées de près ou de loin par la question du polyamour. 

Des relations émotionnellement exigeantes…

Les relations polyamoureuses ne faisant pas l’objet d’un modèle standardisé, les tenant•e•s des amours plurielles doivent d’autant plus s’assurer du bon fonctionnement de chaque relation, que ce soit en termes de concordance des emplois du temps notamment, l’utilisation de calendriers partagés étant très commune, ou en termes de gestion des conflits et des émotions. Contrairement à ceux engagés dans des relations exclusives, les hommes polyamoureux ne peuvent durablement se permettre de déléguer le travail émotionnel aux femmes12. Samy, un ingénieur âgé de 25 ans, m’explique que s’il arrive à « poly-saturation », c’est-à-dire au seuil maximum de relations qu’il puisse entretenir, c’est parce qu’il ne dispose pas du temps et des ressources émotionnelles nécessaires pour plus de quatre partenaires. 

Y a pas mal de gestion à faire aussi du côté des sentiments de chacun parce que, du coup, être dans plusieurs couples à la fois, ça veut dire gérer les sentiments de plusieurs personnes, ça veut dire s’assurer que tout le monde se sente bien. Je sais que parfois par exemple ça m’a pesé parce que quand tout le monde va mal en même temps, on se retrouve à devoir gérer plusieurs personnes à la fois et forcément, on a pas des ressources illimités. 

Samy

… Qui requièrent un apprentissage spécifique

Néanmoins, l’apprentissage du polyamour passe souvent par la consultation d’ouvrages de psychologie, cités régulièrement par les enquêté•e•s et lors des Cafés poly. Or, dans mon corpus, les femmes ont plus souvent que les hommes fait référence à ces livres qui leur ont offert des clés pour mieux comprendre les relations polyamoureuses et les conflits qui leur sont propres. Irène Jonas a étudié ces ouvrages  « psy » comme étant des nouveaux supports de diffusion des normes conjugales, transformant la nature du travail de care pour les femmes qui les mobilisent le plus (et à qui ils sont implicitement  destinés). Prétextant l’émancipation et l’autonomisation des femmes dans leur couple, les auteur•rice•s font paradoxalement peser sur elles la charge de la réussite du couple en se basant sur leurs compétences de communication supposément innées13. Si les livres sur le polyamour mettent encore plus l’accent sur l’investissement émotionnel égalitaire de toutes les parties, c’est, comme on le voit dans le cas de Virginie, une polyamoureuse de 43 ans travaillant dans le domaine de l’édition, dans les faits, la femme qui devient la « thérapeute » – pour reprendre son propre terme –  dans les relations hétérosexuelles.

Dans ma relation actuelle, c’est moi qui lit beaucoup, qui m’informe beaucoup et qui lui transmet l’information. Mais tu vois, dans certains cas, quand lui se demande s’il réagit mal à une certaine chose, je suis sa référence. Je suis sa référence mais je suis impliquée émotionnellement et il est impliqué émotionnellement donc, même si je fais de mon mieux pour être détachée quand je lui donne mon opinion, ça reste quand même moi.

Virginie

… Et se révèlent inégalement investies. 

En outre, rappelons que la socialisation des hommes les incite à envisager de façon séparée la sexualité des sentiments : c’est pourquoi il n’est pas rare que les hommes polyamoureux acceptent avec moins de difficultés la non-exclusivité sexuelle que le fait que leur(s) partenaire(s) soi(en)t impliqué(e)s émotionnellement avec d’autres personnes, en particulier d’autres hommes14. Tracy, une étudiante de 23 ans, a peiné à s’accorder sur les termes de sa relation avec Matthieu, l’un de ses partenaires, qui souhaitait « l’exclusivité des sentiments » tandis que la première ne conçoit pas ces deux aspects comme totalement indépendants l’un de l’autre. Elle ne voulait donc pas attribuer de « label » à cette relation puisqu’elle voulait se laisser la possibilité de développer des sentiments pour d’autres hommes, ne voyant pas l’intérêt d’ouvrir son couple « juste pour coucher ». Cette divergence résulte sans doute des représentations de la sexualité différenciée selon le genre : chez les femmes, les relations sexuelles ont lieu de préférence avec des personnes avec qui il existe un lien conjugal ou affectif15. La relation entre les deux étudiant•e•s était basée sur un fort déséquilibre en termes d’investissement émotionnel, ce qui a finalement mené à leur séparation. 

Ce même type d’attentes pèse sur les épaules de Sophie, une médiathécaire de 26 ans, qui a un partenaire principal avec qui elle cohabite et une relation secondaire avec un autre homme qui ne réside pas dans la même région qu’elle. Elle passait, au début de leur relation, la plupart de son temps libre à le réconforter quant à sa valeur et à la place essentielle qu’il occupe dans sa vie tout en ménageant son conjoint. 

Et donc au début, y avait toute une routine pour ne pas qu’il s’inquiète, pour qu’il est l’impression de vraiment faire partie de ma vie, de mon quotidien. Donc comme il était loin c’était beaucoup de trucs à distance, je quittais le boulot, on passait le trajet au téléphone, j’ai une voiture qui permet de le faire donc voilà. On passait le trajet au téléphone, je rentrais donc j’étais avec mon conjoint, on dînait et je rejoignais mon autre copain sur l’ordinateur, parce que je joue aux jeux vidéos avec lui. On jouait tout le temps, tout le temps ensemble. Tout notre temps libre était consacré à ça parce qu’il avait besoin de sécurité etc.

Sophie

Le cas de Guillaume, un fonctionnaire territorial de 33 ans, nous montre que les hommes polyamoureux sont moins disposés (du moins à eux tous seuls) à prendre en charge la gestion des émotions imposée par cette configuration relationnelle. Contrairement à Samy qui a su développer une aptitude à manier ses sentiments16, Guillaume a préféré mettre fin à sa relation avec l’une de ses anciennes partenaires, Estelle, faute de pouvoir déléguer ce travail à un•e autre. 

J’ai une relation avec Estelle où c’était le trop plein, le fait qu’elle devenait jalouse. […] Et en fait c’était vraiment un poids. Moi je bossais, quand je revenais du coup, elle était complètement déprimée et j’avais la responsabilité de tout son bonheur en fait sauf que je rentrais du boulot crevé, elle elle avait déprimé toute la journée donc pour lui remonter le moral, c’était un boulot de dingue. Et je pouvais pas gérer ça tout seul en fait.

Guillaume

Ainsi, si les hommes polyamoureux semblent davantage enclins à prendre en charge la gestion des émotions dans leur(s) relation(s) notamment à travers la valorisation de la communication, il reste difficile d’échapper à sa socialisation de genre et à la division sexuée du travail dans le cadre conjugal. Ce phénomène s’incarne particulièrement à travers la charge émotionnelle qui pèse généralement sur les femmes dans les relations et les réseaux polyamoureux. 

  1. Anapol, Deborah. Polyamory in the 21st Century : Love and Intimacy with Multiple Partners. Rowman & Littlefield Publishers, 2012, p. 50. []
  2. Klesse, Christian. « Notions of love in polyamory elements in a discourse on multiple loving. », Laboratorium: Russian Review of Social Research, vol. 3, no. 2, 2011, pp. 4-25. []
  3. Connell, Raewyn. Masculinités : Enjeux Sociaux de l’hégémonie. 1re éd., Amsterdam, 2014. []
  4. Traduction réalisée par Lucie Anselmi, citation originale : « What distinguished poly subordinate and resistant masculinities from dominant hegemonic masculinity was that these poly men espoused, and to varying degrees practiced, more egalitarian, sex-positive, and gender-neutral relational styles than are characteristic of dominant hegemony. This was evident in their sexualities and styles of emotional interaction. » (Sheff, Elisabeth. « Poly-Hegemonic Masculinities ». Sexualities, vol. 9, no 5, 2006, p. 621‑42. Crossref, doi:10.1177/1363460706070004.) []
  5. Hochschild, Arlie Russell. The Managed Heart : Commercialization of Human Feeling, University of California Press, 2012, p. 21 []
  6. Gagnon, Éric. « Care ». Anthropen, 2016. Crossref, doi:10.17184/eac•anthropen.031. []
  7. Bessin, Marc et Corinne Gaudart. « Les temps sexués de l’activité : la temporalité au principe du genre ? » Temporalités, no 9, 2009. Crossref, doi:10.4000/temporalites.979. []
  8. Kaufmann, Jean-Claude. La trame conjugale. Analyse du couple par son linge. Armand Colin, 2014, p. 164-165. []
  9. ibid., p. 170-174. []
  10. Klesse, Christian. « Poly Economics—Capitalism, Class, and Polyamory ». International Journal of Politics, Culture, and Society, vol. 27, no 2, 2013, p. 203‑20. Crossref, doi:10.1007/s10767-013-9157-4. []
  11. La vaste enquête menée par Sheff a mis en exergue la prédominance des femmes bisexuelles et des hommes hétérosexuels dans les communautés polyamoureuses américaines. Elle explique cette surreprésentation par le fait que, d’une part, l’hétérosexualité, en tant que norme dominante, ne constitue pas telle quelle une part de l’identité majeure des individus et, d’autre part, que la bisexualité est souvent marginalisée ou absorbée par les communautés gaies ou lesbiennes. (Sheff, Elisabeth. The Polyamorists Next Door : Inside Multiple-Partner Relationships and Families. Rowman & Littlefield Publishers, 2015, p. 30) []
  12. op. cit., Sheff, Elisabeth. « Poly-Hegemonic Masculinities ». []
  13. Jonas, Irène. « Un nouveau travail de « care » conjugal : la femme « thérapeute » du couple », Recherches familiales, vol. 3, no. 1, 2006, pp. 38-46. []
  14. op. cit., Sheff, Elisabeth. « Poly-Hegemonic Masculinities ». []
  15. Bozon, Michel. « Sexualité et conjugalité », Thierry Blöss éd., La dialectique des rapports hommes-femmes. Presses Universitaires de France, 2001, pp. 239-259. []
  16. La socialisation conjugale de Samy l’a donc conduit à mettre en cause une partie de sa socialisation primaire, qui, comme l’a montré Kevin Dieter, pousse les garçons à entretenir un rapport distant aux sentiments et à l’amour s’ils veulent être en conformité avec les normes de masculinité en vigueur.  (Diter, Kevin. « « Je l’aime, un peu, beaucoup, à la folie… pas du tout ! ». La socialisation des garçons aux sentiments amoureux », Terrains & travaux, vol. 27, no. 2, 2015, pp. 21-40.) []