Entre proximité et distance avec des militantes féministes

Ce que la dimension affective fait à l’enquête

Mathilde Guellier, Coller contre les féminicides. Sociologie d’un engagement féministe., Mémoire de Master 1 dirigé par M. Alban Jacquemart, Université Paris Dauphine, 2020.

Mathilde Guellier est étudiante en Master 2 Politiques publiques et opinion. Elle revient ici sur sur les effets de la relation enquêtrice/enquêtées lors de la réalisation de son mémoire de master 1 portant sur l’engagement militant féministe au sein du collectif « Collages féminicides ».

« La sororité, c’est un amour incommensurable pour des femmes que tu ne connais pas »

Adelaïde, militante dans le collectif « Collages féminicides »

Le mouvement « Collages féminicides », fondé par l’ex-Femen Marguerite Stern en août 2019, s’organise en non-mixité choisie1 et affiche dans les rues françaises des slogans en lettres noires sur fond blanc dans le but de dénoncer les féminicides et plus largement l’ensemble des violences sexistes et sexuelles. Par cette affirmation sur la sororité, Adélaïde met en avant la solidarité spécifiquement féminine qui traverse le collectif militant : il reposerait sur le partage des expériences vécues en tant que femmes et le fait de se reconnaitre comme « sœurs ». Réalisant une enquête fondée sur l’observation participante, j’ai moi-même pu éprouver sur le terrain ces liens particuliers d’entraide et d’écoute produits par la sororité. Il s’agit d’interroger dans cet article la dimension affective de l’enquête et la manière dont celle-ci joue sur l’écriture. 

A la croisée de la sociologie du genre et du militantisme, mon mémoire de master 1 questionne les trajectoires des colleuses2 et plus largement leurs « carrières militantes »3. Il s’agissait de comprendre comment les collages en tant qu’activité militante ont attiré des femmes – majoritairement blanches, de gauche, dans la vingtaine, issues des classes moyennes et supérieures. Au-delà de cette position sociale privilégiée qui facilite l’engagement, un faisceau d’éléments ont facilité leur investissement au sein de « Collages féminicides » : des « disponibilités biographiques »4, des aléas et expériences de vie, ainsi qu’un contexte spécifique, celui d’une valorisation du féminisme dans le sillage du mouvement transnational #Metoo. Les facilités d’adhésion au collectif ainsi que ses modalités organisationnelles – informelles et non-hiérarchiques – ont aussi favorisé l’engagement de ces femmes, primo-militantes comme Adélaïde ou déjà investies dans d’autres luttes. Enfin, une fois engagées, le processus de socialisation militante et les rétributions offertes, dépendantes de leur positions sociales et trajectoires (se sentir utile à la cause, s’intégrer à un collectif, faire l’expérience de la sororité etc.), expliquent qu’elles maintiennent leur activité militante dans la durée.

Développer des liens avec les militantes

Afin de répondre aux diverses questions de recherche qui s’imposaient, j’ai choisi d’adopter une démarche qualitative mêlant ainsi une dizaine observations participantes et autant d’entretiens semi-directifs. La combinaison de ces méthodes visait à reconstituer les carrières militantes et à comprendre le maintien de l’engagement des colleuses de Paris et de Fortes, ville moyenne de province5. L’adoption d’une double position de chercheuse et de militante a été rendue possible par la facilité d’entrée dans le mouvement (il suffit d’envoyer un message sur la page Instagram du collectif « Collages féminicides [ville]») et d’un profil social similaire avec celui des colleuses. Je me suis alors facilement intégrée dans le groupe, tant à Paris qu’à Fortes, et à la faveur de quelques sessions de collages, j’ai même commencé à intérioriser les pratiques et les catégories d’entendement des militantes. Je reprenais des termes indigènes comme celui “d’inclusivité” et on me transmettait des astuces pour coller (éviter les murs d’institutions, coller en hauteur pour limiter le risque de décollage…) que je divulguais à d’autres. Source de beaucoup d’enthousiasme, à mesure que mon intégration dans le groupe parisien s’affirmait, prendre part à l’activité rendait parfois plus difficile la construction d’un rapport distancé à l’objet. C’est pour y remédier que j’ai rédigé régulièrement des notes dans mon carnet de terrain : j’y précisais mes ressentis et mes affects, en comparant mes deux terrains d’enquête à Paris et Fortes, en particulier lorsque j’ai commencé à nouer des liens plus intenses avec les militantes parisiennes, probablement en partie en raison de caractéristiques sociales plus proches6. A titre d’exemple, je décris les colleuses de Fortes comme « désorganisées et inefficaces » tandis que je note avoir eu le sentiment de « vraiment appartenir » au groupe parisien après ma troisième observation. 

Simultanément, le fait de participer aux mêmes activités que les autres militantes et de prendre des notes après les sessions de collage n’altéraient pas leur déroulement et invisibilisaient ma position de chercheuse. Si toutes les militantes savaient que je menais une enquête de type universitaire, j’ai pourtant eu l’impression d’être perçue comme une militante comme une autre, et ce qui devrait être un atout pour l’enquête m’a curieusement perturbée.  L’enseignement reçu en méthodes qualitatives me laissait penser qu’il existait une asymétrie inhérente à la relation enquêtrice/enquêtées, or je n’arrivais pas à la percevoir lors des interactions. Toutefois, c’est à la suite de quelques maladresses sur le terrain que j’ai été contrainte d’interroger certains rapports inhérents à la situation d’enquête. J’étais favorable à la non-mixité et à Fortes mon opinion a rapidement été connue de quelques militantes. Cette organisation ne faisait toutefois pas consensus parmi les colleuses, certaines ne souhaitant pas exclure les hommes cisgenres. Elles se sont pourtant attachées, lors des entretiens, à me montrer qu’elles partageaient le même point de vue que moi, quand bien même cela ne semblait pas être le cas, à l’image de Chloé qui paraissait jusqu’à notre échange défavorable à la non-mixité choisie. Néanmoins lors de notre entretien, elle insista à plusieurs reprises sur l’évolution de sa position : si « [elle] avait pensé que la non-mixité n’était pas utile c’était par pure ignorance » et non en raison de son faible intérêt pour cette pratique. Différents éléments peuvent être distingués pour expliquer les propos tenus. Issue d’un milieu social plus élevé que le sien et poursuivant mes études dans une université parisienne perçue comme prestigieuse, j’occupais une position sociale qu’elle considérait plus légitime que la sienne. Elle adoptait ainsi un discours différent de celui qu’elle tenait avec le reste des militantes et accordait du crédit à ma parole, comme lorsqu’elle m’a proposé, suite à la sollicitation du collectif par un journaliste, de m’exprimer au nom de « Collages féminicides Fortes ». A posteriori, laisser connaitre mon positionnement relatif à la composition du collectif m’a permis d’interroger davantage la relation d’enquête. Pour reprendre les termes d’Isabelle Clair dans « Comment faire du terrain en féministe »7, la « position de savant est une position de pouvoir » et il est nécessaire de « faire attention à l’illusion de l’alliance avec les enquêtées, qui fait croire que l’on pourrait échapper à la duplicité de l’entreprise sociologique au nom d’une morale toute féministe »8.

Quelle distance entretenir avec ses enquêtées ?

Sans nécessairement côtoyer les enquêtées en-dehors de l’activité protestataire, je partageais avec les militantes, lors des collages, différentes expériences mais aussi diverses émotions. Parmi celles-ci se distinguent la joie de militer ensemble, l’enthousiasme ou à l’inverse l’énervement lors de réactions des passant·e·s ou encore la peur, ressentie lors de l’interruption d’un collage par la police. Ces moments nous ont nécessairement rapprochées, et les sentiments affectifs que j’ai développés – d’autant plus quand j’avais réalisé un entretien avec elles et connaissaient leur trajectoire – m’ont interrogée lors du passage à l’écriture. La question s’est posée plus particulièrement pour l’une des militantes. J’avais une relation particulière avec elle et je craignais que cela me conduise à survaloriser sa place au sein de l’enquête.

Afin de mettre à distance ces rapports affectifs, je me suis attachée à noter les observations faites dans l’heure qui suivait la fin d’une session de collage, en veillant tout particulièrement à y retranscrire ce que j’avais pu ressentir. Je tenais à nommer précisément les différentes émotions qui me traversaient : peur, amitié, mépris, etc. Par exemple, à Fortes, une interpellation par la police lors d’une session de collages avec les militantes m’a marquée. Si j’ai éprouvé de la peur sur le moment, je l’ai de nouveau ressenti en collant à Paris quelques jours après. Au-delà de son aspect désagréable, cette émotion était difficile à accepter car elle contrevenait à l’idée centrale portée par le mouvement de réappropriation de l’espace public. Il s’agit, par les collages, d’investir la rue en tant que femmes et ce faisant de dépasser le sentiment de vulnérabilité dans l’espace public9. Or, ressentir cette émotion me donnait l’impression d’être en décalage avec la revendication du mouvement et les discours tenus par les militantes. 

 Tout cela montre que les différentes « précautions » méthodologiques évoquées n’ont pas empêché le développement de sentiments affectifs qui sont allés au-delà de ce que j’avais imaginé. 

Quitter le terrain ? 

Une dernière question méthodologique, assez épineuse, s’est alors posée : comment sortir du terrain d’enquête ? Au-delà de cette interrogation, le moment de la rédaction m’a interrogée sur ma volonté d’en partir en raison de l’affection développée envers les militantes et les rétributions perçues, comme l’impression d’être utile à une cause qui m’importait. J’avais pourtant le sentiment que quitter mes enquêtées à ce moment de mon travail garantirait une plus grande objectivité et permettrait à mon propos d’apparaître comme plus scientifique. Autrement dit, réussir à sortir du terrain témoignerait de ma capacité à prendre de la distance et surtout de montrer que plus qu’une activité militante, coller ne faisait que répondre aux besoins d’une enquête sociologique. Si la suspension des collages pendant le confinement a favorisé la prise de distance avec les militantes, j’ai pourtant recollé quelques fois en juin et continué à m’intéresser aux actions du collectif lors de la rédaction.   

La sortie de terrain m’a aussi semblé difficile. D’une part car elle marquait la fin d’un travail qui me tenait à cœur, et de l’autre parce que j’avais l’impression de trahir mes enquêtées : n’ayant plus besoin d’elles pour mon enquête, je les abandonnais. Pourtant, il existe un moment « où l’intensité de la présence et des relations s’estompe en même temps que le désir de l’enquêteur·trice »10 : j’ai progressivement collé de manière moins régulière, pris moins de nouvelles et on m’a proposé moins de collages. Ce faisant, je suis sortie progressivement de mon terrain, sans exclure la possibilité d’y reprendre un jour part. 

  1. La non-mixité choisie inclut les femmes, les personnes transgenres et non binaires et exclut les hommes cisgenres. []
  2. Le mouvement est constitué de femmes et de personnes trans’ et non-binaires. Je fais ici le choix du féminin car l’ensemble de mes enquêtées s’identifient à la catégorie des femmes cisgenres, c’est-à-dire dont l’identité de genre correspond au sexe auquel elles ont été assignées à la naissance. []
  3. Olivier FILLIEULE, « Propositions pour une analyse processuelle de l’engagement individuel », Revue française de science politique, 51, 1, 2001, p. 199-215. []
  4. Les disponibilités biographiques renvoient à « l’absence de contraintes personnelles qui augmenteraient les coûts et les risques de l’engagement, comme un emploi à plein temps, le mariage ou des responsabilités familiales. » Voir Doug MCADAM, « Recruitment to High-Risk Activism: The Case of Freedom Summer », American Journal of Sociology, 92, 1, 1986, p. 70. []
  5. Le nom de la ville est fictif par souci d’anonymat. []
  6. Les colleuses de Fortes sont moins diplômées et d’origine sociale plus modeste que les militantes parisiennes. []
  7. Isabelle CLAIR, « Faire du terrain en féministe », Actes de la recherche en sciences sociales,  213, 3, 2016. []
  8. Isabelle CLAIR, « Faire du terrain en féministe », Actes de la recherche en sciences sociales, 213, 3, 2016, p. 77. []
  9. Sur la construction sociale du sentiment de vulnérabilité dans l’espace public, voir Marylène LIEBER, « Le sentiment d’insécurité des femmes dans l’espace public : une entrave à la citoyenneté ? », Nouvelles Questions Feministes, 21, 1,2002. []
  10. Isabelle CLAIR, art cit., p. 79. []