Se rendre en terrain connu en période de confinement : le cas de la socialisation politique en école de commerce

Nicolas Lenci, Mémoire de Master 1 de Politiques publiques, Université Paris-Dauphine, sous la direction de Choukri Hmed, 2020.

Pendant une période de confinement et notamment lorsqu’il s’agit d’une enquête qualitative, les opportunités de terrain peuvent se fermer rapidement, donnant parfois lieu à l’impossibilité de traiter son sujet. Pour ce mémoire de Master 1 initié après le début du confinement de mars 2020, l’accès aux données a été la principale contrainte, tant pour contacter des élèves en école de commerce que pour mener des observations ; il peut donc être utile de s’orienter vers un terrain qui ne présente pas un tel coût à l’entrée. L’article propose de revenir sur une option parmi d’autres, et finalement assez classique : celle d’enquêter dans un milieu proche de l’enquêteur, favorisant la prise de contact.

Si Florence Weber et Stéphane Beaud précisent que l’ethnographe est indissociable de « trois univers auxquels il appartient par nécessité professionnelle : l’univers académique, l’univers de l’enquête et son propre univers social »1, il s’agit ici de confondre cet univers social et l’univers de l’enquête, et donc en d’autres termes, d’enquêter en « terrain familier »2. Le mémoire proposait d’étudier le rapport au politique des élèves en écoles de commerce, dont l’accès au terrain a été facilité par le passage de l’enquêteur par une classe préparatoire économique et commerciale (ECE). Les entretiens se sont donc déroulés à distance (par visioconférence) avec d’anciens camarades de classe qui sont également des amis, contactés individuellement avec pour seul critère d’avoir eu des conversations politiques avec l’enquêteur, et comme motif de « parler du quotidien en école de commerce » afin de ne pas induire une imposition de problématique. Huit élèves au total ont répondu à notre demande, soit quatre femmes et hommes, dont l’âge est compris entre 21 et 24 ans. Tous sont inscrits dans un « Programme Grande École » qui vise à accueillir les anciens élèves de classe préparatoire, dans des écoles comprises entre l’EM Lyon (4ème) et Montpellier Business School (13ème)3. Cette proximité était cruciale pour disposer d’informations précieuses sur les réseaux de sociabilité ou les normes en vigueur dans les écoles4. De cette manière, comme le montrera cet article, se rendre en terrain connu peut être l’un des moyens de surmonter les difficultés d’un confinement.

Prélude : pourquoi il n’existe pas d’ethnographie du rapport au politique des élèves en école de commerce ?5

Une fois le terrain et la population identifiés, l’intention première de la recherche était de déterminer par quelles modalités concrètes le rapport au politique des élèves se reconstruisait au fur et à mesure que ces derniers intégraient les dispositions nécessaires à leurs pratiques professionnelles anticipées. En quittant l’univers scolaire de la classe préparatoire et en s’intégrant dans un univers professionnel « managérialisé »6, les préférences politiques des élèves étaient censées s’aligner vers le libéralisme économique : l’enjeu était donc d’étudier ce qui freinait ou à l’inverse activait cette inclinaison politique. Cette thèse reposait sur deux concepts clés, celui de l’habitus7 d’une part et les critères de jugements personnalisés, entendus comme la « retraduction de la logique proprement politique de la compétition politique à partir de schèmes d’appréciation empruntés à la vie quotidienne »8 d’autre part.

De ce fait, il était prévu de faire politiser les expériences des élèves – d’abord au sens de Daniel Gaxie9 – avec par exemple des questions sur l’activité politique au sein de l’école, notamment via les associations, les discussions entre pairs ou encore certains enseignements traitant de questions présentes dans le débat public, comme les licenciements. Le guide d’entretien prévoyait d’explorer les critères de jugement personnalisés, en opérant un glissement des questions pratiques vers les questions politiques : par exemple, évoquer les enjeux écologiques suite à un stage effectué par une enquêtée dans une entreprise d’hydrocarbures. Cette approche fut invalidée en raison de ce que l’on a interprété comme un « refus du politique » de la part des élèves : en effet, faire le lien entre l’école de commerce et le politique provoquait des rires, des incompréhensions et un embarras qui bloquaient l’entretien. Tous et toutes ont assuré ne pas avoir de discussions politiques au sein de leur école, ou même ne pas avoir pensé à ce sujet pendant leur scolarité ; de cette façon, ils et elles présentaient un parcours qui semblait se soustraire totalement au politique, car en école de commerce, « on ne parle pas de politique »10 :

« Une école de commerce, ça ne te politise pas : tu apprends des techniques de management. Et même ce que te transmets l’admin’ comme image du monde, celle des affaires… Tu n’es pas vraiment en train de faire de la polémique, on s’en fout un peu des débats politiques. […] Des élèves qui militent, pour moi il n’y en a pas, je n’en ai jamais vu. […] La politique ne les intéresse pas. […] S’il y a un meeting qui veut se tenir sur [nom de l’école] – je ne sais pas pourquoi quelqu’un voudrait faire ça, on ne sait jamais – c’est juste qu’ils vont s’en foutre littéralement, ce n’est pas leur sujet. Et même si tu peux le justifier avec la neutralité politique, pour eux c’est plus que ça : la politique n’existe pas » 11.

De ce fait, surmonter et expliquer ce refus est devenu progressivement l’enjeu de cette enquête. En effet, les non-réponses et les évitements sont souvent heuristiques : ici, le refus du politique par les élèves soulevait de nombreuses interrogations. Car au-delà de leur compétence politique12, les élèves avaient régulièrement côtoyé le politique au cours de leurs études : d’abord au sein de l’ancienne filière économique et sociale (ES) puis dans les cours d’histoire, d’économie, de philosophie ou de géopolitique suivis en classes préparatoires. Pour rentrer en école, les élèves devaient répondre à des questionnements économiques et sociaux, et c’est encore le cas en 2020 avec le sujet « Le capitalisme est-il soutenable ? »13. Mieux, deux enquêtés se sont engagés en politique pour la campagne présidentielle de 2017. La soudaine absence du politique lorsqu’ils évoquent leur école ou leurs choix professionnels devenait alors très paradoxale. Ce paradoxe s’est ainsi progressivement transmué en objet de cette enquête : pourquoi des élèves qui présentent un goût pour le politique affichent curieusement une absence quasi-totale de politisation dès lors qu’ils sont interrogés par leur ami sur leur parcours professionnel et leur expérience en école de commerce ?

Ce qui pouvait s’interpréter comme un échec de terrain amenait aussi de nouveaux outils théoriques : étant donné que faire le lien entre les écoles de commerce et le politique dans sa dimension institutionnalisée provoquait une fermeture de l’entretien, on a recouru à une  définition élargie de la politisation, entendue comme « la référence aux principes généraux devant régir une société, ou […] la montée en généralité, et la reconnaissance de la dimension conflictuelle des positions adoptée »14. Ainsi, on a choisi délibérément de provoquer des controverses avec les enquêtés – ce que permettait entre autres le statut d’ami – , afin d’obtenir in fine une généralisation sur la société. Etaient évoqués par exemple le sexisme, l’égalité des chances ou les cas des entreprises controversées comme Total ou Lafarge15.

Les entretiens ont essayé de pallier le manque d’observations induit par le confinement : en étant moins directif qu’à l’accoutumée, il s’agissait de laisser parler l’élève en lui suggérant des prises de position au moment opportun. De cette manière, l’entretien prenait d’abord une forme très libre sur ce qui relevait de l’école de commerce dans sa globalité, mais devenait plus directif quand le propos pouvait être généralisé et conflictualisé, par exemple sur la pertinence de se présenter en tant que femme et utiliser l’argument du genre lors d’une élection à la présidence d’une association. Enfin, il s’agissait de mobiliser des souvenirs communs afin de contextualiser le propos, par exemple en confrontant son expérience du politique en classes préparatoires par rapport au traitement observé par l’enquêté dans son école, dont la très nette différence est induite par des métiers d’étudiant16 particulièrement antagonistes.

Les limites de l’enquête en terrain connu, ou ce que la proximité affective fait à la logique de l’évitement du politique

Finalement, enquêter auprès de ses amis a-t-il été préjudiciable à l’enquête ? Bien que cette stratégie comporte des limites évidentes – comme ne pas aller « là où ça fait mal »11 afin d’éviter de se mettre à dos des proches auxquels on tient – elle a le mérite de recueillir des propos d’individus peu enclins à répondre aux démarches sociologiques, certains ayant accepté l’entretien seulement pour rendre service à l’enquêteur-ami. Mais qu’en est-il des résultats de l’étude à proprement parler ? Il faut bien admettre qu’avoir des enquêtés dans son réseau de sociabilité implique un lien de proximité qui oriente les résultats, d’une manière assez intéressante pour le propos du mémoire.

En effet, si les élèves effectuaient un travail d’évitement du politique17, c’était d’abord dans une logique marchande et d’intéressement : en s’abstenant de politiser leurs discours et leurs actes, les élèves évitaient de se mettre à dos des partenaires commerciaux18 et d’entraver une progression de carrière, par exemple en acceptant des postes dans des entreprises controversées dans l’espace politique. Le mémoire a montré comment les élèves apprenaient en école de commerce à éviter la conflictualité – élément nécessaire à la politisation dans la définition retenue ici – afin de ne pas desservir l’objectif premier de leur scolarité : se former un carnet d’adresse qui garantisse une insertion enviable sur le marché du travail. Afin de réaliser cet objectif onéreux (il en coûte au moins deux ans de travail en classe préparatoire et plusieurs dizaines de milliers d’euros en école), les élèves ont intérêt à nier – y compris aux yeux de l’enquêteur au moins dans un premier temps – tout ce qui peut porter préjudice à la « réputation » de leur école19 et in fine à leur employabilité20.

C’est pourquoi le degré de proximité fut essentiel à la constitution des résultats : plus un ou une enquêté était proche de l’enquêteur, moins il lui était coûteux de se soustraire à cette logique d’évitement de la conflictualité et donc du politique. A l’inverse, chez celles et ceux qui partageaient moins de liens avec l’enquêteur, la situation d’enquête donnait parfois lieu à des résultats que l’on pouvait juger incohérents : par exemple, défendre la justice sociale et critiquer le système d’éducation nationale accusé d’augmenter les inégalités, tout en refusant de considérer les frais de scolarité des écoles de commerce comme un obstacle à l’égalité des chances. La proximité affective avec les enquêtés a ainsi permis de se soustraire à certaines logiques discursives, en tempérant la tendance qu’avaient les élèves à « vendre » leur école à l’enquêteur durant l’entretien.

“Tu parlais du prix de l’école avec tes amis ?

Franchement, on se le disait vraiment souvent en première année, mais tu t’empêches toi-même d’y penser, parce que sinon tu vas avoir le seum. Vraiment, il y a des moments où je n’avais pas envie d’y penser parce que ça allait m’énerver, je me disais : “je vais juste attendre de finir mon cursus et après je me dirais que ça en valait la peine, parce que j’aurais un bon salaire”. […] C’est comme les animaux dans les abattoirs : tout le monde le sait, mais personne n’a envie d’en parler, personne ne va se révolter pour ce sujet-là. Les écoles, c’est pareil »21

Finalement et mis à part lorsqu’il s’agissait de défendre leur propre situation, les élèves avaient tendance au fur et à mesure de l’avancée des entretiens à « oublier » le politique et faire comme s’il n’existait pas, car ce comportement servait directement leurs intérêts : ils et elles affichaient ainsi une conception instrumentale du politique, constitutive de ce que Muriel Darmon nomme un « capital culturel commercial »22.  Bien que l’intérêt au politique vacillant des élèves puisse s’expliquer par d’autres facteurs – notamment une image sociale professionnelle dépolitisante ou une socialisation familiale qui restreint le politique à la sphère de l’intime – c’est cette tendance à utiliser l’absence du politique à leur avantage qui a été mise en lumière par une enquête en terrain connu, en période de confinement*.


* Pour leurs relectures et leurs suggestions, je tiens à remercier particulièrement Choukri Hmed, Amélie Carrier, Mathilde Guellier et Aude Lebrun.

  1. Stéphane Beaud et Florence Weber. « Le raisonnement ethnographique », Serge Paugam éd., L’enquête sociologique, Presses Universitaires de France, 2012, p. 238. []
  2. Flora Bajard, « Enquêter en milieu familier. Comment jouer du rapport de filiation avec le terrain ? », Genèses, vol. 90, no. 1, 2013, pp. 7-24. []
  3. Les places des écoles sont attribuées selon le classement 2020 de L’Étudiant,  repris ici comme catégorie d’analyse en raison de sa performativité ; ce classement jouant un rôle clé dans la distribution des élèves dans les écoles tout comme sur le marché du travail. []
  4. Notamment, il a été possible de définir les écoles de commerce comme des « institutions enveloppantes » – élément explicatif de la politisation dans ce mémoire – avant le début du terrain. []
  5. pour reprendre le titre d’un article de Nicolas Mariot, “pourquoi il n’existe pas d’ethnographie de la citoyenneté”, Politix, 92 (4), 2010. []
  6. Yves-Marie Abraham, « Du souci scolaire au sérieux managérial, ou comment devenir un « HEC » », Revue française de sociologie, vol. 48, no. 1, 2007, pp. 37-66. []
  7. Pierre Bourdieu, Esquisse d’une théorie de la pratique, Librairie Droz, 1972, p. 282. []
  8. Daniel Gaxie, « Mort et résurrection du paradigme de Michigan. Remarques sur quelques résultats récents de la sociologie des comportements politiques aux États-Unis », Revue française de science politique, 1982 (Vol.32), p. 258. []
  9. C’est-à-dire une « attention accordée au fonctionnement du champ politique », dans Daniel Gaxie, « Le cens caché », Réseaux, vol. 22, no. 1, 1987, p. 31. []
  10. Entretien avec Paul, 22 ans, fils de cadres du privé, membre d’une association de finance. []
  11. Entretien avec Alexandre, 22 ans, fils d’ingénieurs, membre d’une association culturelle. [] []
  12. Entendue comme « la possession de connaissances savantes et pratiques nécessaires pour produire des actions et des jugements proprement politiques » dans Pierre Bourdieu, La Distinction, Paris, Éditions de Minuit, 1979, p. 476. []
  13. Myriam Boukaïa, « Sujet et corrigé : ESH HEC Paris », Studyrama.com, consulté le 27 septembre 2020. []
  14. Camille Hamidi, « Éléments pour une approche interactionniste de la politisation. Engagement associatif et rapport au politique dans des associations locales issues de l’immigration », Revue française de science politique, vol. 56, no. 1, 2006, p. 15. []
  15. Voir Soren Seelow, « Syrie : l’entreprise Lafarge mise en examen pour “complicité de crimes contre l’humanité” », Le Monde, le 28 juin 2018 et Patricia Jolly, « Total interpellé sur sa responsabilité dans le changement climatique », Le Monde, 23 octobre 2008. []
  16. Sébastien Michon, « Les effets des contextes d’études sur la politisation », Revue française de pédagogie, n°163, 2008, pp. 63-75. []
  17. Nina Eliasoph, Avoiding Politics. How Americans Produce Apathy in Everyday Life, Cambridge University Press, 1998. []
  18. Le politique peut s’avérer très coûteux pour les dirigeants d’entreprises, comme le rapporte un patron engagé avec le FN, dans Mickaël Ciccotelli, « « Quand vous avez votre tête sur une affiche… ». L’engagement patronal au Front national, un investissement à la rentabilité très incertaine », Michel Offerlé éd., Patrons en France. La Découverte, 2017, pp. 503-515. []
  19. Il est possible de faire un parallèle avec la thèse de Marianne Blanchard, selon laquelle faire des entretiens avec le personnel des écoles commerce relève d’un exercice plutôt ardu en raison de leur volonté de « se protéger des regards extérieurs » et ainsi préserver leur capital symbolique, dans Marianne Blanchard, ((Socio-histoire d’une entreprise éducative : le développement des Ecoles supérieures de commerce en France (fin du XIXe siècle-2010), thèse pour le doctorat de sociologie, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS), 2012, p. 45. []
  20. La logique de compétition entre les écoles doit se comprendre dans ce phénomène de réputation, car « les cadres sont sensibles au fait que la hiérarchie des grandes écoles détermine des privilèges et des formes de mépris » dans François Dubet, « Les cadres et le sentiment de justice », Olivier Cousin et Guy Groux (dir), Les Cahiers du GDR Cadres, n°10, 2005, Paris, France, p. 14. []
  21. Entretien avec Anaïs, 21 ans, fille de restaurateurs, association humanitaire. []
  22. Muriel Darmon, « « Faire » scientifique, « faire » commercial », Classes préparatoires. La fabrique d’une jeunesse dominante, La Découverte, 2015, pp. 241-302. []

Entre proximité et distance avec des militantes féministes

Ce que la dimension affective fait à l’enquête

Mathilde Guellier, Coller contre les féminicides. Sociologie d’un engagement féministe., Mémoire de Master 1 dirigé par M. Alban Jacquemart, Université Paris Dauphine, 2020.

Mathilde Guellier est étudiante en Master 2 Politiques publiques et opinion. Elle revient ici sur sur les effets de la relation enquêtrice/enquêtées lors de la réalisation de son mémoire de master 1 portant sur l’engagement militant féministe au sein du collectif “Collages féminicides”.

« La sororité, c’est un amour incommensurable pour des femmes que tu ne connais pas »

Adelaïde, militante dans le collectif “Collages féminicides”

Le mouvement “Collages féminicides”, fondé par l’ex-Femen Marguerite Stern en août 2019, s’organise en non-mixité choisie1 et affiche dans les rues françaises des slogans en lettres noires sur fond blanc dans le but de dénoncer les féminicides et plus largement l’ensemble des violences sexistes et sexuelles. Par cette affirmation sur la sororité, Adélaïde met en avant la solidarité spécifiquement féminine qui traverse le collectif militant : il reposerait sur le partage des expériences vécues en tant que femmes et le fait de se reconnaitre comme « sœurs ». Réalisant une enquête fondée sur l’observation participante, j’ai moi-même pu éprouver sur le terrain ces liens particuliers d’entraide et d’écoute produits par la sororité. Il s’agit d’interroger dans cet article la dimension affective de l’enquête et la manière dont celle-ci joue sur l’écriture. 

A la croisée de la sociologie du genre et du militantisme, mon mémoire de master 1 questionne les trajectoires des colleuses2 et plus largement leurs « carrières militantes »3. Il s’agissait de comprendre comment les collages en tant qu’activité militante ont attiré des femmes – majoritairement blanches, de gauche, dans la vingtaine, issues des classes moyennes et supérieures. Au-delà de cette position sociale privilégiée qui facilite l’engagement, un faisceau d’éléments ont facilité leur investissement au sein de « Collages féminicides » : des « disponibilités biographiques »4, des aléas et expériences de vie, ainsi qu’un contexte spécifique, celui d’une valorisation du féminisme dans le sillage du mouvement transnational #Metoo. Les facilités d’adhésion au collectif ainsi que ses modalités organisationnelles – informelles et non-hiérarchiques – ont aussi favorisé l’engagement de ces femmes, primo-militantes comme Adélaïde ou déjà investies dans d’autres luttes. Enfin, une fois engagées, le processus de socialisation militante et les rétributions offertes, dépendantes de leur positions sociales et trajectoires (se sentir utile à la cause, s’intégrer à un collectif, faire l’expérience de la sororité etc.), expliquent qu’elles maintiennent leur activité militante dans la durée.

Développer des liens avec les militantes

Afin de répondre aux diverses questions de recherche qui s’imposaient, j’ai choisi d’adopter une démarche qualitative mêlant ainsi une dizaine observations participantes et autant d’entretiens semi-directifs. La combinaison de ces méthodes visait à reconstituer les carrières militantes et à comprendre le maintien de l’engagement des colleuses de Paris et de Fortes, ville moyenne de province5. L’adoption d’une double position de chercheuse et de militante a été rendue possible par la facilité d’entrée dans le mouvement (il suffit d’envoyer un message sur la page Instagram du collectif « Collages féminicides [ville]») et d’un profil social similaire avec celui des colleuses. Je me suis alors facilement intégrée dans le groupe, tant à Paris qu’à Fortes, et à la faveur de quelques sessions de collages, j’ai même commencé à intérioriser les pratiques et les catégories d’entendement des militantes. Je reprenais des termes indigènes comme celui “d’inclusivité” et on me transmettait des astuces pour coller (éviter les murs d’institutions, coller en hauteur pour limiter le risque de décollage…) que je divulguais à d’autres. Source de beaucoup d’enthousiasme, à mesure que mon intégration dans le groupe parisien s’affirmait, prendre part à l’activité rendait parfois plus difficile la construction d’un rapport distancé à l’objet. C’est pour y remédier que j’ai rédigé régulièrement des notes dans mon carnet de terrain : j’y précisais mes ressentis et mes affects, en comparant mes deux terrains d’enquête à Paris et Fortes, en particulier lorsque j’ai commencé à nouer des liens plus intenses avec les militantes parisiennes, probablement en partie en raison de caractéristiques sociales plus proches6. A titre d’exemple, je décris les colleuses de Fortes comme « désorganisées et inefficaces » tandis que je note avoir eu le sentiment de « vraiment appartenir » au groupe parisien après ma troisième observation. 

Simultanément, le fait de participer aux mêmes activités que les autres militantes et de prendre des notes après les sessions de collage n’altéraient pas leur déroulement et invisibilisaient ma position de chercheuse. Si toutes les militantes savaient que je menais une enquête de type universitaire, j’ai pourtant eu l’impression d’être perçue comme une militante comme une autre, et ce qui devrait être un atout pour l’enquête m’a curieusement perturbée.  L’enseignement reçu en méthodes qualitatives me laissait penser qu’il existait une asymétrie inhérente à la relation enquêtrice/enquêtées, or je n’arrivais pas à la percevoir lors des interactions. Toutefois, c’est à la suite de quelques maladresses sur le terrain que j’ai été contrainte d’interroger certains rapports inhérents à la situation d’enquête. J’étais favorable à la non-mixité et à Fortes mon opinion a rapidement été connue de quelques militantes. Cette organisation ne faisait toutefois pas consensus parmi les colleuses, certaines ne souhaitant pas exclure les hommes cisgenres. Elles se sont pourtant attachées, lors des entretiens, à me montrer qu’elles partageaient le même point de vue que moi, quand bien même cela ne semblait pas être le cas, à l’image de Chloé qui paraissait jusqu’à notre échange défavorable à la non-mixité choisie. Néanmoins lors de notre entretien, elle insista à plusieurs reprises sur l’évolution de sa position : si « [elle] avait pensé que la non-mixité n’était pas utile c’était par pure ignorance » et non en raison de son faible intérêt pour cette pratique. Différents éléments peuvent être distingués pour expliquer les propos tenus. Issue d’un milieu social plus élevé que le sien et poursuivant mes études dans une université parisienne perçue comme prestigieuse, j’occupais une position sociale qu’elle considérait plus légitime que la sienne. Elle adoptait ainsi un discours différent de celui qu’elle tenait avec le reste des militantes et accordait du crédit à ma parole, comme lorsqu’elle m’a proposé, suite à la sollicitation du collectif par un journaliste, de m’exprimer au nom de « Collages féminicides Fortes ». A posteriori, laisser connaitre mon positionnement relatif à la composition du collectif m’a permis d’interroger davantage la relation d’enquête. Pour reprendre les termes d’Isabelle Clair dans « Comment faire du terrain en féministe »7, la « position de savant est une position de pouvoir » et il est nécessaire de « faire attention à l’illusion de l’alliance avec les enquêtées, qui fait croire que l’on pourrait échapper à la duplicité de l’entreprise sociologique au nom d’une morale toute féministe »8.

Quelle distance entretenir avec ses enquêtées ?

Sans nécessairement côtoyer les enquêtées en-dehors de l’activité protestataire, je partageais avec les militantes, lors des collages, différentes expériences mais aussi diverses émotions. Parmi celles-ci se distinguent la joie de militer ensemble, l’enthousiasme ou à l’inverse l’énervement lors de réactions des passant·e·s ou encore la peur, ressentie lors de l’interruption d’un collage par la police. Ces moments nous ont nécessairement rapprochées, et les sentiments affectifs que j’ai développés – d’autant plus quand j’avais réalisé un entretien avec elles et connaissaient leur trajectoire – m’ont interrogée lors du passage à l’écriture. La question s’est posée plus particulièrement pour l’une des militantes. J’avais une relation particulière avec elle et je craignais que cela me conduise à survaloriser sa place au sein de l’enquête.

Afin de mettre à distance ces rapports affectifs, je me suis attachée à noter les observations faites dans l’heure qui suivait la fin d’une session de collage, en veillant tout particulièrement à y retranscrire ce que j’avais pu ressentir. Je tenais à nommer précisément les différentes émotions qui me traversaient : peur, amitié, mépris, etc. Par exemple, à Fortes, une interpellation par la police lors d’une session de collages avec les militantes m’a marquée. Si j’ai éprouvé de la peur sur le moment, je l’ai de nouveau ressenti en collant à Paris quelques jours après. Au-delà de son aspect désagréable, cette émotion était difficile à accepter car elle contrevenait à l’idée centrale portée par le mouvement de réappropriation de l’espace public. Il s’agit, par les collages, d’investir la rue en tant que femmes et ce faisant de dépasser le sentiment de vulnérabilité dans l’espace public9. Or, ressentir cette émotion me donnait l’impression d’être en décalage avec la revendication du mouvement et les discours tenus par les militantes. 

 Tout cela montre que les différentes « précautions » méthodologiques évoquées n’ont pas empêché le développement de sentiments affectifs qui sont allés au-delà de ce que j’avais imaginé. 

Quitter le terrain ? 

Une dernière question méthodologique, assez épineuse, s’est alors posée : comment sortir du terrain d’enquête ? Au-delà de cette interrogation, le moment de la rédaction m’a interrogée sur ma volonté d’en partir en raison de l’affection développée envers les militantes et les rétributions perçues, comme l’impression d’être utile à une cause qui m’importait. J’avais pourtant le sentiment que quitter mes enquêtées à ce moment de mon travail garantirait une plus grande objectivité et permettrait à mon propos d’apparaître comme plus scientifique. Autrement dit, réussir à sortir du terrain témoignerait de ma capacité à prendre de la distance et surtout de montrer que plus qu’une activité militante, coller ne faisait que répondre aux besoins d’une enquête sociologique. Si la suspension des collages pendant le confinement a favorisé la prise de distance avec les militantes, j’ai pourtant recollé quelques fois en juin et continué à m’intéresser aux actions du collectif lors de la rédaction.   

La sortie de terrain m’a aussi semblé difficile. D’une part car elle marquait la fin d’un travail qui me tenait à cœur, et de l’autre parce que j’avais l’impression de trahir mes enquêtées : n’ayant plus besoin d’elles pour mon enquête, je les abandonnais. Pourtant, il existe un moment « où l’intensité de la présence et des relations s’estompe en même temps que le désir de l’enquêteur·trice »10 : j’ai progressivement collé de manière moins régulière, pris moins de nouvelles et on m’a proposé moins de collages. Ce faisant, je suis sortie progressivement de mon terrain, sans exclure la possibilité d’y reprendre un jour part. 

  1. La non-mixité choisie inclut les femmes, les personnes transgenres et non binaires et exclut les hommes cisgenres. []
  2. Le mouvement est constitué de femmes et de personnes trans’ et non-binaires. Je fais ici le choix du féminin car l’ensemble de mes enquêtées s’identifient à la catégorie des femmes cisgenres, c’est-à-dire dont l’identité de genre correspond au sexe auquel elles ont été assignées à la naissance. []
  3. Olivier FILLIEULE, « Propositions pour une analyse processuelle de l’engagement individuel », Revue française de science politique, 51, 1, 2001, p. 199-215. []
  4. Les disponibilités biographiques renvoient à « l’absence de contraintes personnelles qui augmenteraient les coûts et les risques de l’engagement, comme un emploi à plein temps, le mariage ou des responsabilités familiales. » Voir Doug MCADAM, « Recruitment to High-Risk Activism: The Case of Freedom Summer », American Journal of Sociology, 92, 1, 1986, p. 70. []
  5. Le nom de la ville est fictif par souci d’anonymat. []
  6. Les colleuses de Fortes sont moins diplômées et d’origine sociale plus modeste que les militantes parisiennes. []
  7. Isabelle CLAIR, « Faire du terrain en féministe », Actes de la recherche en sciences sociales,  213, 3, 2016. []
  8. Isabelle CLAIR, « Faire du terrain en féministe », Actes de la recherche en sciences sociales, 213, 3, 2016, p. 77. []
  9. Sur la construction sociale du sentiment de vulnérabilité dans l’espace public, voir Marylène LIEBER, « Le sentiment d’insécurité des femmes dans l’espace public : une entrave à la citoyenneté ? », Nouvelles Questions Feministes, 21, 1,2002. []
  10. Isabelle CLAIR, art cit., p. 79. []