La fin de l’or blanc en montagne ?

Entre changement et continuité face au réchauffement climatique

Parc National de la Vanoise

Les Alpes sont l’une des zones de la planète qui se réchauffe le plus. Depuis les années 1950, ce réchauffement atteint +2°C en montagne, soit deux fois plus que la moyenne mondiale. L’enneigement hivernal s’affaiblit ainsi d’année en année, notamment en basse et en moyenne altitude, et la période d’enneigement tend à se raccourcir considérablement1.

Les territoires montagnards se sont, en grande partie, développés et enrichis grâce à l’avènement du tourisme hivernal entre la fin du XIXè et le début du XXè siècle2. La présence de neige, surnommée l’or blanc, a permis leur attractivité auprès de nombreux investisseurs et professionnels de la montagne qui ont réussi à faire venir des vacanciers en leur promettant de beaux paysages et d’agréables moments de glisse. C’est pourquoi les évolutions climatiques actuelles sont inquiétantes pour de nombreux acteurs de la montagne qui ont besoin, pour assurer la pérennité de leur activité, que leur territoire reste attractif, et donc suffisamment enneigé. C’est ainsi tout le modèle économique des territoires montagnards qui est questionné voire remis en cause par le réchauffement climatique.

L’objectif de cet article est de revenir sur un projet porté par les élus locaux d’une vallée alpine qui souhaitent relier par plusieurs remontées mécaniques deux stations de ski entre elles. Ce projet permettrait l’avènement d’un grand domaine skiable à haute altitude, ce qui assurerait pour les stations concernées un enneigement suffisamment fort durant encore quelques beaux hivers. Il est cependant confronté à de nombreuses oppositions de la part d’acteurs estimant qu’il s’agit d’une fuite en avant dans un modèle de développement déjà bien trop menacé par le réchauffement climatique. Ces acteurs, parce qu’ils partagent un ensemble de croyances et de représentations autour du développement des territoires montagnards, se sont mobilisés pour former ce que Paul A. Sabatier nomme une « coalition de cause »3. Selon cet auteur, les coalitions de cause regroupent des acteurs proches qui cherchent à se faire entendre auprès d’une autre coalition avec laquelle ils sont en désaccord. Les changements dans l’action publique s’expliqueraient ainsi par la capacité d’une première coalition d’acteurs à perturber les croyances de ceux qui sont au pouvoir pour influencer leur prise de décision, ou à les remplacer en arrivant au pouvoir et en décidant de nouvelles politiques publiques. La coalition d’acteurs opposés au projet de liaison est-elle parvenue à se faire entendre et à défendre une vision alternative de développement du territoire ? À l’inverse, a-t-elle dû s’incliner face à une autre coalition d’acteurs refusant de développer différemment le territoire ? L’issue de projet symbolise-t-elle la continuité dans un modèle de développement, ou bien est-elle l’impulsion d’un changement dans les politiques publiques montagnardes ?

Cet article se base sur mon mémoire de Master 1 dans lequel je me suis entretenu avec une dizaine d’acteurs (élus, associations environnementales, habitants de la vallée) aux avis divergents sur ce projet de liaison. Je questionnais dans ce mémoire les conditions de pérennisation d’un modèle économique confronté à de nouvelles contraintes telles que le réchauffement climatique4.

Une opposition de coalitions aux représentations divergentes

Le projet de liaison des deux stations de ski concernées a été présenté par des élus locaux dans le cadre d’un plan d’urbanisme. Avant qu’il soit adopté, les opposants au projet ont cherché à se faire entendre durant des phases de concertations. Il s’agit en particulier d’associations environnementales qui ont montré qu’il comporterait de nombreuses failles : il représenterait un investissement très important qui ne serait pas forcément viable ni rentabilisé du fait du déclin actuel de la pratique du ski5. Pour ces associations, l’accélération du réchauffement climatique devrait inciter les élus à investir dans des activités envisageables sur le plus long terme. Ce projet ne serait qu’une façon de retarder un problème inéluctable et participerait à la destruction du patrimoine environnemental montagnard :

« On va détruire des zones qui sont pour le moment complètement vierges et préservées. C’est à côté d’un site classé, or on sait qu’il y aura davantage de dérangements de la faune l’hiver et bien plus de monde proche de zones fragiles. Puis c’est couvert de zones humides à préserver et la ressource en eau va être le problème n°1 des années qui viennent… »

Jeanne*, présidente d’une association environnementale

Les associations plaident ainsi pour un développement des stations autour d’activités qui seraient plus en harmonie avec la nature. Les notions de « tourisme doux » et de « tourisme 4 saisons » sont souvent présentées comme une solution aux problèmes rencontrés par les territoires montagnards, en écho aux multiples possibilités qu’offre la montagne6. Pour les élus locaux, ce discours est utopique et ne prend pas en compte les besoins réels des habitants de ces territoires. Face au dépeuplement des vallées montagnardes, au déclin de la pratique du ski et à la concurrence de plus en plus forte entre les stations de ski, il estiment qu’il faut renforcer l’attractivité de leur territoire pour maintenir une activité et continuer d’attirer de la clientèle en proposant des domaines skiables plus grands et plus hauts. Le chargé de mission et responsable du projet de liaison résumait ainsi :

« Les élus ont fait des choix qui ne vont pas que dans le sens de la protection de l’environnement, mais qui vont aussi dans le sens du maintien des emplois sur le territoire. Les arguments des uns et des autres s’entendent, il y a des différences de points de vue, on comprend le positionnement des environnementalistes et on écoute leurs alertes, mais les élus avaient des choix à faire sur d’autres enjeux ».

Cédric, chargé de mission

Une asymétrie de ressources entre ces coalitions

Deux visions se sont donc opposées autour de ce projet illustrant différentes façons d’envisager le développement actuel et futur des territoires de montagne. Une première coalition d’élus défend une vision qualifiée de réaliste et de pragmatique, concernant les attentes de la population en termes d’emploi et de développement économique. Une seconde coalition d’environnementalistes défend un développement différent qui prendrait en compte les changements climatiques en cours et à venir. Mais ce qui va justifier la poursuite ou l’arrêt de ce projet n’est pas tant la qualité du discours de chaque coalition, mais plutôt la capacité de ces dernières à disposer des moyens et des ressources leur permettant de faire entendre leurs arguments. C’est pourquoi Matthieu Ansaloni explique dans un article que le changement dans l’action publique ne provient pas de la présence de deux coalitions mais de la capacité de l’une d’entre elles à imposer son point de vue, d’où l’importance de s’intéresser « aux conditions sociales de formation des coalitions » en observant « les ressources diverses qu’engagent les acteurs, et les atouts qu’elles leur offrent dans les luttes qui les opposent »7.

L’analyse des ressources de chaque coalition permet de comprendre pour quelles raisons le projet de liaison fut voté : les acteurs qui y étaient opposés n’ont pas réussi à empêcher l’adoption du projet car ils ne disposaient pas des mêmes ressources que les élus en sa faveur. Ces derniers ont toujours su contourner les oppositions durant les phases de concertations au sein des collectivités locales qui ne sont que consultatives. Le manque de ressources financières fut un frein pour les associations qui auraient voulu réaliser des expertises pour faire valoir leurs arguments, dans l’objectif d’influencer la prise de décision8.

« Le souci c’est qu’on a besoin de gens indépendants qui sont difficiles à trouver. Quand on s’oppose à des pollutions, on a face à nous des industriels qui ont tous les moyens de faire faire des études qui prétendent que leurs activités ne sont pas polluantes, or nous on n’a pas les moyens de montrer le contraire. D’autant plus qu’au départ, on faisait du Conseil Local de Développement, mais on a vite vu qu’ils ne nous écouteraient pas »

Jeanne, présidente d’une association environnementale

Également, il convient de rappeler que les élus locaux disposent souvent d’un fort ancrage territorial et donc de relations privilégiées avec certains interlocuteurs qui ont ici constitués des médiateurs favorables au projet9. C’est par exemple le cas du préfet qui fut l’un de leurs soutiens en ne répondant pas à une lettre adressée par les associations environnementales qui déploraient l’absence d’évaluation environnementale (pourtant obligatoire pour ce type de projet). Ce fut aussi le cas d’un conseiller départemental régulièrement cité durant les entretiens, qui dispose d’un réseau de relations très important auprès des professionnels du ski qui l’ont soutenu et encouragé dans la poursuite de ce modèle. Ces soutiens l’autorisent à affirmer que son action vise bien l’intérêt général et non pas des intérêts particuliers, et ainsi lui permettent de convaincre d’autres élus et institutions du bien-fondé de son projet. Cette situation fait écho au phénomène de « dépendance au sentier » décrit par Paul Pierson10 dans le sens où les acteurs économiques et politiques ont tendance à être habitués à un type d’action publique et de modèle économique dont ils ont souvent du mal à se détacher pour envisager une autre façon de faire. S’ils sont en position de force (comme c’est le cas dans cette configuration), ils feront tout ce qu’ils peuvent pour assurer la continuité du modèle traditionnel dans lequel ils croient. Cela s’est particulièrement bien illustré lorsque les élus ont décidé de conserver leur projet malgré un avis défavorable rendu par la commission d’enquête publique. Des habitants, associations et institutions étaient appelés à s’exprimer sur le projet auprès de commissaires enquêteurs qui ont finalement estimé que les impacts écologiques étaient insuffisamment pris en compte, que l’équilibre financier restait à démontrer et qu’il persistait des risques pour la sécurité des skieurs. Cependant, le projet fut préservé par les élus qui ont affirmé que cet avis n’était que consultatif et que les remarques faites par les enquêteurs constitueraient des points d’exigence lors des futures études techniques qui seront réalisées. 

« La commission d’enquête a donné un avis défavorable au projet parce qu’il y a toutes les raisons de le refuser. Il est rarissime qu’un commissaire enquêteur donne un avis défavorable ! Les élus n’ont pas saisi l’opportunité, quelqu’un a dû dire “non, on ne cède pas”. C’est cet esprit-là, qui consiste à dire que quand on n’avance pas, on recule, qui est en train de tous nous tuer »

Jeanne, présidente d’une association environnementale

Le droit comme dernier recours

Deux chercheurs, Élie Marek et Lucas Guazzone, se sont intéressés au tourisme en montagne et ont fait le constat que « s’opposer à de nouveaux investissements touristiques ou proposer de discuter des alternatives constituent dès lors une attaque contre ce qui garantit le dynamisme des lieux »11. Ce dynamisme des lieux semble ne pouvoir être défini que par les élus et ne pas pouvoir être remis en question, ce que déplorent les associations environnementales qui estiment que leur opinion est automatiquement caricaturée et disqualifiée, notamment du fait de l’influence qu’exerceraient certains élus sur les journalistes de la presse locale :

« On essaie d’avoir des pages dans les journaux mais c’est très compliqué. Les journaux ne veulent surtout pas contrarier les élus qui font tout pour nous desservir. Soit ils font tout pour qu’on soit masqué, soit ils déforment nos propos de manière à ce que ce qu’on dit ne soit pas pris à sa juste valeur »

Jeanne, présidente d’une association environnementale

Face à cette impossibilité pour faire entendre leurs voix et face aux nombreuses failles que comporterait ce projet, les associations ont décidé de saisir la justice. Le recours en justice apparaît alors comme étant la dernière solution pour infléchir l’action publique. De nombreux vices sont dénoncés par les environnementalistes, avec en premier lieu l’absence d’une véritable évaluation environnementale. Selon Pierre Lascoumes « l’échec d’une concertation aboutit en général à la dénonciation d’un projet considéré comme dommageable, face à l’absence ou au manque de contrôle des administrations, l’association se substitue à l’autorité publique et finit fréquemment par avoir recours aux tribunaux »12. Le projet de liaison entre les deux stations est ainsi suspendu pour le moment, dans l’attente d’un jugement de fond qui devrait se dérouler courant 2022. Cette suspension est apparue comme une grande victoire pour les associations environnementales qui n’arrivaient pas jusqu’alors à bloquer ce projet. Elles espèrent que la justice ira dans leur sens et que la conjoncture leur sera favorable au moment où elle s’emparera du dossier. À cet égard, la crise sanitaire peut faire bouger les lignes en illustrant les difficultés auxquelles sont confrontés les territoires montagnards lorsqu’ils ne peuvent pas ouvrir leurs domaines skiables.

*

L’analyse de cette controverse d’action publique visait finalement à mieux comprendre les rapports de pouvoir entre élus et groupes d’intérêts. Même si l’asymétrie de leurs ressources est particulièrement visible, l’usage en dernier recours du droit montre que la justice semble rester un contre-pouvoir efficace. Cette étude de cas révèle les nombreuses incertitudes qui continuent de peser sur l’avenir des territoires montagnards, particulièrement confrontés aux conséquences du changement climatique. Elle permet, en conclusion, de s’interroger sur la façon dont le changement est envisagé dans les politiques publiques, et démontre que le fait de percevoir concrètement les effets du réchauffement climatique ne suffit pas forcément pour penser un autre modèle de développement.

*Les noms des personnes interrogées ont été modifiés pour garantir leur anonymat.

  1. Ces données sont issues d’un rapport d’experts sur le climat, disponible en intégralité au lien suivant : http://www.grec-sud.fr/wp-content/uploads/2021/01/Cahier_montagne_GREC_SUD_HD_octobre_2018.pdf (consulté le 19 décembre 2021).  []
  2. Larique, Bertrand. « Les sports d’hiver en France : un développement conflictuel ? Histoire d’une innovation touristique (1890 – 1940) », Flux, vol. 63-64, no. 1-2, 2006, pp. 7-19. []
  3.  Sabatier Paul A., Jenkins-Smith Henri. Policy change and learning : an Advocacy Coalition Framework, Boulder, Westview Press, 1993. []
  4. C., Thomas. « La montagne entre nature et sports d’hiver. Les autorités publiques alpines à l’ère du réchauffement climatique », Mémoire de Master 1 dirigé par Madame Sabine Rozier, Université Paris-Dauphine, 2021. []
  5. Despin, Daniel. « Le ski en déclin dans les Alpes », France 3 Auvergne-Rhône-Alpes, 6 novembre 2018. []
  6. Perrin-Malterre, Clémence. « Processus de diversification touristique autour des sports de nature dans une station de moyenne montagne », Mondes du tourisme, 2015, pp. 1-13. []
  7. Ansaloni Matthieu, « Coalitions et changement de politiques publiques : environnementalistes et politiques agricoles en Angleterre et en France », Revue internationale de politique comparée, vol. 20, no. 1, 2013, pp. 47-72. []
  8. Saurugger, Sabine. « L’expertise : un mode de participation des groupes d’intérêt au processus décisionnel communautaire », Revue française de science politique, vol. 52, 2002, pp. 375-401. []
  9. Muller, Pierre. « Esquisse d’une théorie du changement dans l’action publique. Structures, acteurs et cadres cognitifs », Revue française de science politique, vol. 55, no. 1, 2005, pp. 155-187.  []
  10. Pierson, Paul. « Path dependence, increasing return and the study of politics », American political science review, vol. 94, no. 2, 2000, pp. 143-179.  []
  11. Guazzone, Lucas et Marek, Élie. « Quand on sabote la montagne », Ballast, vol. 9, no. 1, 2020, pp. 120-131.  []
  12. Lascoumes, Pierre. « Acteurs et institutions de l’environnement », Pierre Lascoumes éd., Action publique et environnement. Presses Universitaires de France, 2012, pp. 50-79. []

Se rendre en terrain connu en période de confinement : le cas de la socialisation politique en école de commerce

Nicolas Lenci, Mémoire de Master 1 de Politiques publiques, Université Paris-Dauphine, sous la direction de Choukri Hmed, 2020.

Pendant une période de confinement et notamment lorsqu’il s’agit d’une enquête qualitative, les opportunités de terrain peuvent se fermer rapidement, donnant parfois lieu à l’impossibilité de traiter son sujet. Pour ce mémoire de Master 1 initié après le début du confinement de mars 2020, l’accès aux données a été la principale contrainte, tant pour contacter des élèves en école de commerce que pour mener des observations ; il peut donc être utile de s’orienter vers un terrain qui ne présente pas un tel coût à l’entrée. L’article propose de revenir sur une option parmi d’autres, et finalement assez classique : celle d’enquêter dans un milieu proche de l’enquêteur, favorisant la prise de contact.

Si Florence Weber et Stéphane Beaud précisent que l’ethnographe est indissociable de « trois univers auxquels il appartient par nécessité professionnelle : l’univers académique, l’univers de l’enquête et son propre univers social »1, il s’agit ici de confondre cet univers social et l’univers de l’enquête, et donc en d’autres termes, d’enquêter en « terrain familier »2. Le mémoire proposait d’étudier le rapport au politique des élèves en écoles de commerce, dont l’accès au terrain a été facilité par le passage de l’enquêteur par une classe préparatoire économique et commerciale (ECE). Les entretiens se sont donc déroulés à distance (par visioconférence) avec d’anciens camarades de classe qui sont également des amis, contactés individuellement avec pour seul critère d’avoir eu des conversations politiques avec l’enquêteur, et comme motif de « parler du quotidien en école de commerce » afin de ne pas induire une imposition de problématique. Huit élèves au total ont répondu à notre demande, soit quatre femmes et hommes, dont l’âge est compris entre 21 et 24 ans. Tous sont inscrits dans un « Programme Grande École » qui vise à accueillir les anciens élèves de classe préparatoire, dans des écoles comprises entre l’EM Lyon (4ème) et Montpellier Business School (13ème)3. Cette proximité était cruciale pour disposer d’informations précieuses sur les réseaux de sociabilité ou les normes en vigueur dans les écoles4. De cette manière, comme le montrera cet article, se rendre en terrain connu peut être l’un des moyens de surmonter les difficultés d’un confinement.

Prélude : pourquoi il n’existe pas d’ethnographie du rapport au politique des élèves en école de commerce ?5

Une fois le terrain et la population identifiés, l’intention première de la recherche était de déterminer par quelles modalités concrètes le rapport au politique des élèves se reconstruisait au fur et à mesure que ces derniers intégraient les dispositions nécessaires à leurs pratiques professionnelles anticipées. En quittant l’univers scolaire de la classe préparatoire et en s’intégrant dans un univers professionnel « managérialisé »6, les préférences politiques des élèves étaient censées s’aligner vers le libéralisme économique : l’enjeu était donc d’étudier ce qui freinait ou à l’inverse activait cette inclinaison politique. Cette thèse reposait sur deux concepts clés, celui de l’habitus7 d’une part et les critères de jugements personnalisés, entendus comme la « retraduction de la logique proprement politique de la compétition politique à partir de schèmes d’appréciation empruntés à la vie quotidienne »8 d’autre part.

De ce fait, il était prévu de faire politiser les expériences des élèves – d’abord au sens de Daniel Gaxie9 – avec par exemple des questions sur l’activité politique au sein de l’école, notamment via les associations, les discussions entre pairs ou encore certains enseignements traitant de questions présentes dans le débat public, comme les licenciements. Le guide d’entretien prévoyait d’explorer les critères de jugement personnalisés, en opérant un glissement des questions pratiques vers les questions politiques : par exemple, évoquer les enjeux écologiques suite à un stage effectué par une enquêtée dans une entreprise d’hydrocarbures. Cette approche fut invalidée en raison de ce que l’on a interprété comme un « refus du politique » de la part des élèves : en effet, faire le lien entre l’école de commerce et le politique provoquait des rires, des incompréhensions et un embarras qui bloquaient l’entretien. Tous et toutes ont assuré ne pas avoir de discussions politiques au sein de leur école, ou même ne pas avoir pensé à ce sujet pendant leur scolarité ; de cette façon, ils et elles présentaient un parcours qui semblait se soustraire totalement au politique, car en école de commerce, « on ne parle pas de politique »10 :

« Une école de commerce, ça ne te politise pas : tu apprends des techniques de management. Et même ce que te transmets l’admin’ comme image du monde, celle des affaires… Tu n’es pas vraiment en train de faire de la polémique, on s’en fout un peu des débats politiques. […] Des élèves qui militent, pour moi il n’y en a pas, je n’en ai jamais vu. […] La politique ne les intéresse pas. […] S’il y a un meeting qui veut se tenir sur [nom de l’école] – je ne sais pas pourquoi quelqu’un voudrait faire ça, on ne sait jamais – c’est juste qu’ils vont s’en foutre littéralement, ce n’est pas leur sujet. Et même si tu peux le justifier avec la neutralité politique, pour eux c’est plus que ça : la politique n’existe pas » 11.

De ce fait, surmonter et expliquer ce refus est devenu progressivement l’enjeu de cette enquête. En effet, les non-réponses et les évitements sont souvent heuristiques : ici, le refus du politique par les élèves soulevait de nombreuses interrogations. Car au-delà de leur compétence politique12, les élèves avaient régulièrement côtoyé le politique au cours de leurs études : d’abord au sein de l’ancienne filière économique et sociale (ES) puis dans les cours d’histoire, d’économie, de philosophie ou de géopolitique suivis en classes préparatoires. Pour rentrer en école, les élèves devaient répondre à des questionnements économiques et sociaux, et c’est encore le cas en 2020 avec le sujet « Le capitalisme est-il soutenable ? »13. Mieux, deux enquêtés se sont engagés en politique pour la campagne présidentielle de 2017. La soudaine absence du politique lorsqu’ils évoquent leur école ou leurs choix professionnels devenait alors très paradoxale. Ce paradoxe s’est ainsi progressivement transmué en objet de cette enquête : pourquoi des élèves qui présentent un goût pour le politique affichent curieusement une absence quasi-totale de politisation dès lors qu’ils sont interrogés par leur ami sur leur parcours professionnel et leur expérience en école de commerce ?

Ce qui pouvait s’interpréter comme un échec de terrain amenait aussi de nouveaux outils théoriques : étant donné que faire le lien entre les écoles de commerce et le politique dans sa dimension institutionnalisée provoquait une fermeture de l’entretien, on a recouru à une  définition élargie de la politisation, entendue comme « la référence aux principes généraux devant régir une société, ou […] la montée en généralité, et la reconnaissance de la dimension conflictuelle des positions adoptée »14. Ainsi, on a choisi délibérément de provoquer des controverses avec les enquêtés – ce que permettait entre autres le statut d’ami – , afin d’obtenir in fine une généralisation sur la société. Etaient évoqués par exemple le sexisme, l’égalité des chances ou les cas des entreprises controversées comme Total ou Lafarge15.

Les entretiens ont essayé de pallier le manque d’observations induit par le confinement : en étant moins directif qu’à l’accoutumée, il s’agissait de laisser parler l’élève en lui suggérant des prises de position au moment opportun. De cette manière, l’entretien prenait d’abord une forme très libre sur ce qui relevait de l’école de commerce dans sa globalité, mais devenait plus directif quand le propos pouvait être généralisé et conflictualisé, par exemple sur la pertinence de se présenter en tant que femme et utiliser l’argument du genre lors d’une élection à la présidence d’une association. Enfin, il s’agissait de mobiliser des souvenirs communs afin de contextualiser le propos, par exemple en confrontant son expérience du politique en classes préparatoires par rapport au traitement observé par l’enquêté dans son école, dont la très nette différence est induite par des métiers d’étudiant16 particulièrement antagonistes.

Les limites de l’enquête en terrain connu, ou ce que la proximité affective fait à la logique de l’évitement du politique

Finalement, enquêter auprès de ses amis a-t-il été préjudiciable à l’enquête ? Bien que cette stratégie comporte des limites évidentes – comme ne pas aller « là où ça fait mal »11 afin d’éviter de se mettre à dos des proches auxquels on tient – elle a le mérite de recueillir des propos d’individus peu enclins à répondre aux démarches sociologiques, certains ayant accepté l’entretien seulement pour rendre service à l’enquêteur-ami. Mais qu’en est-il des résultats de l’étude à proprement parler ? Il faut bien admettre qu’avoir des enquêtés dans son réseau de sociabilité implique un lien de proximité qui oriente les résultats, d’une manière assez intéressante pour le propos du mémoire.

En effet, si les élèves effectuaient un travail d’évitement du politique17, c’était d’abord dans une logique marchande et d’intéressement : en s’abstenant de politiser leurs discours et leurs actes, les élèves évitaient de se mettre à dos des partenaires commerciaux18 et d’entraver une progression de carrière, par exemple en acceptant des postes dans des entreprises controversées dans l’espace politique. Le mémoire a montré comment les élèves apprenaient en école de commerce à éviter la conflictualité – élément nécessaire à la politisation dans la définition retenue ici – afin de ne pas desservir l’objectif premier de leur scolarité : se former un carnet d’adresse qui garantisse une insertion enviable sur le marché du travail. Afin de réaliser cet objectif onéreux (il en coûte au moins deux ans de travail en classe préparatoire et plusieurs dizaines de milliers d’euros en école), les élèves ont intérêt à nier – y compris aux yeux de l’enquêteur au moins dans un premier temps – tout ce qui peut porter préjudice à la « réputation » de leur école19 et in fine à leur employabilité20.

C’est pourquoi le degré de proximité fut essentiel à la constitution des résultats : plus un ou une enquêté était proche de l’enquêteur, moins il lui était coûteux de se soustraire à cette logique d’évitement de la conflictualité et donc du politique. A l’inverse, chez celles et ceux qui partageaient moins de liens avec l’enquêteur, la situation d’enquête donnait parfois lieu à des résultats que l’on pouvait juger incohérents : par exemple, défendre la justice sociale et critiquer le système d’éducation nationale accusé d’augmenter les inégalités, tout en refusant de considérer les frais de scolarité des écoles de commerce comme un obstacle à l’égalité des chances. La proximité affective avec les enquêtés a ainsi permis de se soustraire à certaines logiques discursives, en tempérant la tendance qu’avaient les élèves à « vendre » leur école à l’enquêteur durant l’entretien.

“Tu parlais du prix de l’école avec tes amis ?

Franchement, on se le disait vraiment souvent en première année, mais tu t’empêches toi-même d’y penser, parce que sinon tu vas avoir le seum. Vraiment, il y a des moments où je n’avais pas envie d’y penser parce que ça allait m’énerver, je me disais : “je vais juste attendre de finir mon cursus et après je me dirais que ça en valait la peine, parce que j’aurais un bon salaire”. […] C’est comme les animaux dans les abattoirs : tout le monde le sait, mais personne n’a envie d’en parler, personne ne va se révolter pour ce sujet-là. Les écoles, c’est pareil »21

Finalement et mis à part lorsqu’il s’agissait de défendre leur propre situation, les élèves avaient tendance au fur et à mesure de l’avancée des entretiens à « oublier » le politique et faire comme s’il n’existait pas, car ce comportement servait directement leurs intérêts : ils et elles affichaient ainsi une conception instrumentale du politique, constitutive de ce que Muriel Darmon nomme un « capital culturel commercial »22.  Bien que l’intérêt au politique vacillant des élèves puisse s’expliquer par d’autres facteurs – notamment une image sociale professionnelle dépolitisante ou une socialisation familiale qui restreint le politique à la sphère de l’intime – c’est cette tendance à utiliser l’absence du politique à leur avantage qui a été mise en lumière par une enquête en terrain connu, en période de confinement*.


* Pour leurs relectures et leurs suggestions, je tiens à remercier particulièrement Choukri Hmed, Amélie Carrier, Mathilde Guellier et Aude Lebrun.

  1. Stéphane Beaud et Florence Weber. « Le raisonnement ethnographique », Serge Paugam éd., L’enquête sociologique, Presses Universitaires de France, 2012, p. 238. []
  2. Flora Bajard, « Enquêter en milieu familier. Comment jouer du rapport de filiation avec le terrain ? », Genèses, vol. 90, no. 1, 2013, pp. 7-24. []
  3. Les places des écoles sont attribuées selon le classement 2020 de L’Étudiant,  repris ici comme catégorie d’analyse en raison de sa performativité ; ce classement jouant un rôle clé dans la distribution des élèves dans les écoles tout comme sur le marché du travail. []
  4. Notamment, il a été possible de définir les écoles de commerce comme des « institutions enveloppantes » – élément explicatif de la politisation dans ce mémoire – avant le début du terrain. []
  5. pour reprendre le titre d’un article de Nicolas Mariot, “pourquoi il n’existe pas d’ethnographie de la citoyenneté”, Politix, 92 (4), 2010. []
  6. Yves-Marie Abraham, « Du souci scolaire au sérieux managérial, ou comment devenir un « HEC » », Revue française de sociologie, vol. 48, no. 1, 2007, pp. 37-66. []
  7. Pierre Bourdieu, Esquisse d’une théorie de la pratique, Librairie Droz, 1972, p. 282. []
  8. Daniel Gaxie, « Mort et résurrection du paradigme de Michigan. Remarques sur quelques résultats récents de la sociologie des comportements politiques aux États-Unis », Revue française de science politique, 1982 (Vol.32), p. 258. []
  9. C’est-à-dire une « attention accordée au fonctionnement du champ politique », dans Daniel Gaxie, « Le cens caché », Réseaux, vol. 22, no. 1, 1987, p. 31. []
  10. Entretien avec Paul, 22 ans, fils de cadres du privé, membre d’une association de finance. []
  11. Entretien avec Alexandre, 22 ans, fils d’ingénieurs, membre d’une association culturelle. [] []
  12. Entendue comme « la possession de connaissances savantes et pratiques nécessaires pour produire des actions et des jugements proprement politiques » dans Pierre Bourdieu, La Distinction, Paris, Éditions de Minuit, 1979, p. 476. []
  13. Myriam Boukaïa, « Sujet et corrigé : ESH HEC Paris », Studyrama.com, consulté le 27 septembre 2020. []
  14. Camille Hamidi, « Éléments pour une approche interactionniste de la politisation. Engagement associatif et rapport au politique dans des associations locales issues de l’immigration », Revue française de science politique, vol. 56, no. 1, 2006, p. 15. []
  15. Voir Soren Seelow, « Syrie : l’entreprise Lafarge mise en examen pour “complicité de crimes contre l’humanité” », Le Monde, le 28 juin 2018 et Patricia Jolly, « Total interpellé sur sa responsabilité dans le changement climatique », Le Monde, 23 octobre 2008. []
  16. Sébastien Michon, « Les effets des contextes d’études sur la politisation », Revue française de pédagogie, n°163, 2008, pp. 63-75. []
  17. Nina Eliasoph, Avoiding Politics. How Americans Produce Apathy in Everyday Life, Cambridge University Press, 1998. []
  18. Le politique peut s’avérer très coûteux pour les dirigeants d’entreprises, comme le rapporte un patron engagé avec le FN, dans Mickaël Ciccotelli, « « Quand vous avez votre tête sur une affiche… ». L’engagement patronal au Front national, un investissement à la rentabilité très incertaine », Michel Offerlé éd., Patrons en France. La Découverte, 2017, pp. 503-515. []
  19. Il est possible de faire un parallèle avec la thèse de Marianne Blanchard, selon laquelle faire des entretiens avec le personnel des écoles commerce relève d’un exercice plutôt ardu en raison de leur volonté de « se protéger des regards extérieurs » et ainsi préserver leur capital symbolique, dans Marianne Blanchard, ((Socio-histoire d’une entreprise éducative : le développement des Ecoles supérieures de commerce en France (fin du XIXe siècle-2010), thèse pour le doctorat de sociologie, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS), 2012, p. 45. []
  20. La logique de compétition entre les écoles doit se comprendre dans ce phénomène de réputation, car « les cadres sont sensibles au fait que la hiérarchie des grandes écoles détermine des privilèges et des formes de mépris » dans François Dubet, « Les cadres et le sentiment de justice », Olivier Cousin et Guy Groux (dir), Les Cahiers du GDR Cadres, n°10, 2005, Paris, France, p. 14. []
  21. Entretien avec Anaïs, 21 ans, fille de restaurateurs, association humanitaire. []
  22. Muriel Darmon, « « Faire » scientifique, « faire » commercial », Classes préparatoires. La fabrique d’une jeunesse dominante, La Découverte, 2015, pp. 241-302. []

Construction et (dé)politisation de la question écologique


Ce que la campagne municipale parisienne de 2020 fait à un « enjeu valise »

Amélie Carrier, Mémoire de Master 1 dirigé par M. Éric Agrikoliansky, Université Paris Dauphine, 2020.

Amélie Carrier est étudiante en Master 2 Politiques publiques et opinion. Elle revient ici sur quelques résultats de son mémoire de Master 1 portant sur la construction et la (dé)politisation de la question écologique par les formations politiques en concurrence pour la Mairie de Paris en 2020.

« Tu peux pas, aujourd’hui, en 2020, gagner une élection si t’as pas un tenant cosmétique ou non sur l’écologie dans ton programme »

Extrait d’entretien avec Clémence, collaboratrice des élu.e.s écologistes à la Mairie de Paris, 26/01/20

Manifestement appropriée par nombre de formations politiques, ce mémoire s’interroge sur ce qui est fait à la question écologique durant la campagne municipale parisienne de 2020. Quelles sont les formations politiques, qui, durant la campagne électorale, se saisissent de l’enjeu, et quelles sont leurs façons de le construire ? En quoi cette « période extraordinaire »1 contribue-t-elle à le faire, le défaire et le refaire ? Au-delà de la situation de compétition, comment met-elle en lumière la manière dont les organisations partisanes fabriquent leurs propositions écologistes ?

Dans une perspective d’histoire sociale des idées politiques, ce travail souhaite éviter la réduction des idées politiques aux doctrines partisanes pour comprendre leurs différents usages et saisir leurs processus de fabrication et d’appropriation2. Dans un contexte de campagne électorale, cette approche permet de rendre compte du « sens investi dans les programmes »3. Ce contexte particulier est quant à lui étudié « au concret »4 : les outils de l’ethnographe permettent de se détacher de l’analyse des effets de la campagne dans l’orientation du vote pour s’intéresser à la manière dont les enjeux de campagne sont construits et (dé)politisés. Ainsi la sociologie de la politisation et celle de la construction des problèmes publics constituent-elles les principales sources d’inspiration de ce travail, permettant d’analyser les processus de cadrages et de luttes définitionnelles5 dont la question écologique fait objet.

Méthodologie
La recherche s’appuie sur divers matériaux empiriques. Elle se fonde d’abord sur l’analyse textuelle des programmes politiques et de la constitution des listes de six formations politiques en concurrence : S. Federbush (RN), R. Dati (LR), B. Griveaux puis A. Buzyn (LREM), C. Villani (ex-LREM), A. Hidalgo (PS) et D. Belliard (EELV). A ces matériaux s’ajoute l’observation des événements de campagne de ces listes (dix-sept au total). Si ces matériaux empiriques sont relativement accessibles, l’organisation du travail d’enquête a été contraint par le rythme de la campagne et de ses événements, ainsi que par les informations disponibles à leur propos. La difficulté à trouver certaines d’entre elles concernant la tenue des événements, malgré la présence des candidats sur les réseaux sociaux, souligne à quel point une partie de la campagne ne semble pas avoir vocation à être pleinement publique.  Ce travail se fonde également sur l’analyse d’un corpus de cinquante-huit articles du quotidien Le Parisien recouvrant la période électorale. L’objectif n’est pas tant d’étudier les effets de l’appropriation de la question par le champ médiatique que de saisir les dynamiques produites par la compétition électorale et ses temps forts dans la construction et la politisation de cette dernière. Enfin, huit entretiens semi-directifs avec des colistièr.e.s ou participant.e.s à la campagne d’EELV et de LREM ont été réalisés pour établir une analyse croisée des rouages de la fabrication de leurs idées écologistes. S’attarder sur les processus d’élaboration idéels présente également un intérêt méthodologique : ils permettent, en entretien, d’aborder les idées de manière détournée et ainsi d’atténuer les risques d’imposition de problématique. En outre, « parce que nous nous passionnons, en effet pour nos croyances politiques […] bien autrement que pour les choses du monde »6, s’intéresser à la politisation de l’enjeu écologique exige un important travail de déconstruction des prénotions concernant les formations politiques en elles-mêmes et la manière dont elles ont pu, dans d’autres contextes, aborder la question.

Si l’intérêt porté à la question écologique est né dans un espace précis de l’échiquier politique, ce mémoire montre qu’il le traverse durant la campagne municipale parisienne. Cette circulation est rendue possible par le flottement définitionnel de l’écologie. Elle se fait toutefois au prix de sa dépolitisation. Si la campagne électorale est l’occasion de sa conflictualisation et de « luttes définitionnelles » politisantes, sa repolitisation n’est que relative et paraît être le fruit de l’événement campagne. L’analyse comparée des instances de production idéelles de LREM et EELV permet quant à elle de ne pas réduire la campagne électorale à une simple situation de compétition. Ces instances et plus généralement la structure des organisations partisanes influencent grandement la nature et la forme des idées écologistes. Cet article se contentera toutefois de mettre en lumière certains vecteurs de (dé)politisation de celles-ci employés par LR, LREM et EELV.

*

Si les différentes formations politiques en concurrence n’accordent pas la même importance à l’écologie dans leurs programmes et leurs événements, en termes de hiérarchie, de contenu ou de temps, sa circulation de part et d’autre de l’échiquier politique n’en demeure pas moins manifeste. Cette circulation est rendue possible par le flottement définitionnel de l’écologie. Il permet aux formations politiques en concurrence de l’investir de manière différenciée : la question écologique est un enjeu valise. Ainsi, la droite a tendance à réduire l’écologie à des problèmes de bien-être et de pollution (de l’air, sonore ou visuelle), réduction critiquée par la gauche et surtout les Verts qui dénoncent un « problème systémique ».

Ces jeux de réduction et de sélection facilitent la mise en conformité du problème avec la ligne partisane de chacun.e. En réduisant le problème écologique à celui des pollutions, la droite fait de l’écologie la défense d’un « cadre de vie » pour « les familles ». Pour cela, elle propose par exemple d’ « assurer la sécurité et l’entretien de tous les espaces verts à commencer par les deux bois de Boulogne et de Vincennes », espaces « envahis de rats et de déchets » « abandonnés à tous les trafics ». Plus qu’écologiste, la proposition de la candidate vise la « reconquête » d’espaces dont elle estime avoir perdu le contrôle. Elle opère ainsi un travail d’ « acclimatation symbolique »7 chargé de rendre l’écologie compatible avec les canons de son parti. S’insérant dans un récit plus général, l’enjeu se voit politisé8. En outre, en tant que « période extraordinaire » – d’hyper-ritualisation, d’incertitude, et de durcissement des lignes de conflits, la campagne électorale est l’occasion d’échanges de coups entre les candidat.e.s, de mises en conflit de leurs positions et de tentatives de démarcations. Cette mise en lumière des clivages partisans, issus de la dynamique de campagne, contribuent à politiser la question écologique. 


Cette politisation paraît toutefois brève et circonstancielle : fruit de la campagne, elle apparaît lors de ses temps forts. En dehors de ces séquences de dissensus, l’écologie a tendance à se voir dépolitisée. De LR au PS, les candidat.e.s à la Mairie de Paris, pourtant inscrit.e.s dans les clivages politiques nationaux, essaient d’estomper leurs lignes partisanes à travers la rhétorique de terrain qui s’inscrit dans la tendance à la conception de plus en plus standardisée des politiques publiques à l’œuvre depuis les années 19909. Ce gommage des marqueurs politiques est renforcé par les cultures partisanes. Ainsi, le « pragmatisme » revendiqué par LREM, qui cherche à s’éloigner de la « vieille grammaire partitaire »10 associée à l’ « ancien monde », ne manque pas de s’appliquer à la question écologique :

« Le maire des villes c’est un maire du quotidien, pas un maire de l’idéologie […] Que vous soyez de droite ou de gauche, la ville a besoin d’être gérée de manière pragmatique, et sur l’écologie c’est exactement la même chose »

Candidat LREM pour le XIe arr.

Le flottement définitionnel de l’écologie se prête particulièrement à l’exercice de dépolitisation : se saisir de l’enjeu valise conduit LREM comme LR à se limiter à la sélection de certains problèmes précis (le manque d’espace verts, la pollution de l’air…). A l’inverse d’une montée en généralité qui politiserait l’enjeu, l’exercice de particularisation le dépolitise. En effet, le travail de spécification fait de l’écologie un terme formel, dont la substance est difficilement identifiable : celle-ci ne serait qu’une somme de problèmes isolés les uns des autres. La formulation d’une revendication cohérente auprès d’une institution publique unique peine ainsi à voir le jour. La multi-causalité du problème écologique, frein à son institutionnalisation, est alors gommée par l’identification des « activités humaines » comme étant à l’origine de la crise, « catégorie universalisante » qui revient à « dissoudre les responsabilités ». Ce cadrage dépolitisant présente la question écologique comme « relevant moins des décideurs que de tout un chacun »11. Ces candidat.e.s en appellent alors à une responsabilisation individuelle : l’ « écologie du quotidien » en sont les maîtres mots. Ainsi LREM propose l’instauration d’une « Plateforme 0 Carbone » qui « permettra à chacun de réaliser son bilan carbone personnalisé, et permettra le passage à l’action avec des solutions géo-localisées ». Elle participe alors à la construction d’un « problème public-privé »12 : ses prétendant.e.s à la Mairie de Paris, institution publique, « invitent les individus à se prendre eux-mêmes en charge ».

La dépolitisation de la question écologique par EELV est toutefois plus ambiguë. Le parti dénonce un « problème systémique » et refuse la substitution du terme « écologie » par le terme « environnement », préféré par R. Dati et A. Buzyn, qui suggère que la nature se réduit au cadre de vie des humains. La politisation de l’enjeu s’opère à la fois par un conflit sémantique et par la volonté de révision de notre relation aux autres êtres vivants présentée comme solution générale au problème écologique. Néanmoins, leur proposition de Coalition Climat avec le candidat C. Villani, défenseur d’une « écologie pragmatique », participe à la dépolitisation du problème.


Comprendre la teneur des propositions écologistes suppose toutefois de sortir de la situation de compétition introduite par le contexte de campagne électorale, pour s’intéresser aux rouages de leur fabrication. En effet, le fonctionnement des organisations partisanes et la division du travail intellectuel en leur sein façonnent ce que sont, in fine, les idées écologistes. La comparaison des instances de production idéelle de deux formations politiques, EELV et LREM, permet ainsi « d’ouvrir la boîte noire des programmes »13. On découvre alors que LREM est dotée d’une instance composée d’expert.e.s aux profils homogènes14, le Conseil parisien de l’Urgence climatique, qui a pour objectif d’élaborer les propositions écologistes de la liste. Si ces expert.e.s délivrent un discours technique et dépolitisant à l’égard de la question écologique, ils.elles ont pu proposer des mesures plus ambitieuses que ce que l’équipe de campagne a finalement inscrit sur le programme. Ces jeux de filtre sont révélateurs de la verticalité de l’organisation partisane, qui limite fortement le pouvoir du Conseil. De ce point de vue, l’organisation d’EELV est plus horizontale, et les membres qui composent les groupes de travail, instances phares de l’élaboration du programme, sont plus diversifié.e.s15. Parce que le parti a longtemps demeuré en marge de l’échiquier politique – n’étant pas en mesure de gouverner, il se contentait principalement de publiciser et de politiser les idées écologistes, il n’est pas rare que les adhérent.e.s et sympathisant.e.s EELV soient également des associatif.ve.s, militant.e.s ou activistes. La construction et la (dé)politisation de l’enjeu passent donc aussi par les membres qui le portent et l’incarnent.

 *

Le seul contexte organisationnel local peine à expliquer l’ensemble de ce qui est fait aux idées écologistes. D’une part, la production des idées à l’échelon local est influencée par le travail intellectuel des organisations partisanes au niveau national. D’autre part, la construction de la question est orientée par le contexte social plus large (score d’EELV aux élections européennes de 2019, Grèves pour le Climat, mouvement des Gilets Jaunes). Mesurer l’influence de ces phénomènes sur la construction et la politisation de l’enjeu est toutefois un exercice complexe : comment certifier que tel.le candidat.e fait consciemment preuve d’intertextualité ? Enfin, l’étude du seul champ politique est insuffisante : saisir le rôle du champ médiatique paraît nécessaire pour apprécier pleinement la carrière des idées écologistes lors de la campagne électorale.

Bibliographie

Agrikoliansky Eric, Heurtaux Jérôme, Le Grignou Brigitte (dir.), Paris en campagne : les élections municipales de mars 2008 dans deux arrondissements parisiens, Editions du Croquant, 2010
Bué Nicolas, Fertikh Karim, Hauchecorne Mathieu (dir.). Les programmes politiques. Genèses et usages, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Res Publica », 2016, 261 p
Cadiou Stéphane, Douillet Anne-Cécile, « L’action publique en campagne », La Vie des Idées, 2020
Comby, Jean-Baptiste, La question climatique. Genèse et dépolitisation d’un problème public, Paris, Raisons d’Agir, 2015, 250 p
Cos, Rafaël. « La carrière de « la sécurité » en milieu socialiste (1993-2012). Sociologie d’une conversion partisane », Politix, vol.  126, no. 2, 2019, pp. 135-161
Durkheim, Emile. Les règles de la méthode sociologique, Paris : Les Presses Universitaires de France, 16e édition, Bibliothèque de Philosophie contemporaine, 1967 [1894], 154p.
Fretel, Julien. « Un parti sans politique. Onomastique d’une innovation partisane : En Marche ! », Mots. Les langages du politique, vol. 120, no. 2, 2019, pp. 57-71
Gusfield, Joseph. La Culture des problèmes publics. L’alcool au volant : la production d’un ordre symbolique, Paris, Économica, « Études sociologiques », 2009 [1981], 364p.
Neveu, Érik. « Chapitre 7 – Dire adieu à la culture des problèmes publics ? », , Sociologie politique des problèmes publics. sous la direction de Neveu Érik. Armand Colin, 2015, p. 217242
Rioufreyt, Thibaut. « Ce que parler politique veut dire. Théories de la (dé)politisation et analyse du discours politique », Mots. Les langages du politique, vol. 115, no. 3, 2017, pp. 127-144
Rioufreyt, Thibaut. « La mise en politique des idées. Pour une histoire sociale des idées en milieu partisan », Politix, vol.  126, no. 2, 2019, pp. 7-35


  1. Agrikoliansky Eric, Heurtaux Jérôme, Le Grignou Brigitte (dir.), Paris en campagne : les élections municipales de mars 2008 dans deux arrondissements parisiens, Editions du Croquant, 2010. []
  2. Rioufreyt, Thibaut. « La mise en politique des idées. Pour une histoire sociale des idées en milieu partisan », Politix, vol.  126, no. 2, 2019, pp. 7-35 []
  3. Bué Nicolas, Fertikh Karim, Hauchecorne Mathieu (dir.). Les programmes politiques. Genèses et usages, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Res Publica », 2016, 261 p []
  4. Agrikoliansky Eric, Heurtaux Jérôme, Le Grignou Brigitte, op. cit. []
  5. Gusfield, Joseph. La Culture des problèmes publics. L’alcool au volant : la production d’un ordre symbolique, Paris, Économica, « Études sociologiques », 2009 [1981], 364p. []
  6. Durkheim, Emile. Les règles de la méthode sociologique, Paris : Les Presses Universitaires de France, 16e édition, Bibliothèque de Philosophie contemporaine, 1967 [1894], 154p. (citation p. 32 []
  7. Cos, Rafaël. « La carrière de « la sécurité » en milieu socialiste (1993-2012). Sociologie d’une conversion partisane », Politix, vol.  126, no. 2, 2019, pp. 135-161 []
  8. Rioufreyt, Thibaut. « Ce que parler politique veut dire. Théories de la (dé)politisation et analyse du discours politique », Mots. Les langages du politique, vol. 115, no. 3, 2017, pp. 127-144. []
  9. Cadiou Stéphane, Douillet Anne-Cécile, « L’action publique en campagne », La Vie des Idées, 2020. []
  10. Fretel, Julien. « Un parti sans politique. Onomastique d’une innovation partisane : En Marche ! », Mots. Les langages du politique, vol. 120, no. 2, 2019, pp. 57-71. []
  11. Comby, Jean-Baptiste, La question climatique. Genèse et dépolitisation d’un problème public, Paris, Raisons d’Agir, 2015, 250 p. []
  12. Neveu, Érik. « Chapitre 7 – Dire adieu à la culture des problèmes publics ? », , Sociologie politique des problèmes publics. sous la direction de Neveu Érik. Armand Colin, 2015, p. 217242 []
  13. Bué Nicolas, Fertikh Karim, Hauchecorne Mathieu op. cit. []
  14. Sur les 11 rédacteur.ice.s principaux.ales, tous.tes sont diplômé.e.s du supérieur, 7 d’une grande école (écoles de commerce, Sciences Po…). Autant sont expert.e.s, consultant.e.s, directeur.ice.s d’entreprise en RSE ou entrepreneur.se.s. []
  15. Au sens où les adhérent.e.s au parti peuvent y participer, selon leurs centres d’intérêts et/ou compétences. []